.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bianca » some dreams are better when they end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Bianca » some dreams are better when they end   Lun 29 Fév - 19:36


BIANCA (WAGNER) JOHNSON
What I want from us is empty our minds



☼ NOM : Tous ses papiers portent le nom de Johnson, nom de son époux, et ce malgré qu'ils ne se soient pas vus depuis plus de dix ans. Elle est toutefois née Wagner, nom fièrement porté par son géniteur et le reste de sa fratrie ; c'est d'ailleurs le nom qu'elle utilise depuis son départ de Cody. PRENOMS : Bianca Margaret, deux prénoms aussi anglo-américains que ses origines. ☼ AGE : Trente ans ☼ DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Elle a vu le jour à Cody même, un matin du 3 juin. ☼ NATIONALITE : Elle est issue d'une pure famille américaine, blanche et républicaine jusqu'au bout des ongles. ☼ ORIGINES : Américaines et anglaises  ☼ A CODY DEPUIS : C'est à Cody qu'elle est née, qu'elle a grandit et qu'elle a vécu les premiers balbutiements de sa vie d'adultes. Cela fait toutefois plus de dix ans qu'elle n'a pas mis les pieds dans cette ville et affirmer que son retour se fait à reculons relèverait du pire euphémisme. ☼ STATUT CIVIL : Elle est mariée depuis plus d'une décennie, mais elle vit séparée de son mari depuis son départ précipité de Cody.  ☼ METIER/ETUDES : Suite à son départ de Cody, elle a entreprit des études d'histoire, la meilleure façon selon elle de faire honneur à l'aspect très historique de sa ville natale. Elle était conservatrice d'un musée de Salt Lake City depuis un moment déjà lorsqu'elle prit congé pour revenir à Cody, mais elle aime prétendre que ce retour est temporaire et que, par conséquent, se trouver en emploi est inutile pour l'instant.  TRAITS DE CARACTERE : Passionnée, caractérielle, loyale, sarcastique, menteuse, fière, déterminée, jalouse, colérique, généreuse, débrouillarde, rancunière, spontanée, défiante, dévouée. ☼ AVATAR : Crystal Reed ☼ GROUPE : Fire ☼ CREDIT : crystal-reed-gifs @ tumblr


PLACE YOUR HEAD ON MY BEATING HEART
Bianca est issue du cliché par excellence de la famille américaine du Wyoming. Troisième enfant d'une famille qui en compte quatre, elle a été élevée par deux parents blancs, patriotiques et aussi républicains et conservateurs qu'il est possible de l'être. Chez les Wagners, la prière avant les repas était essentielle, l'avortement était dépeint comme le pire des pêché et le port d'arme constituait la base des droits civils. o Plus important encore, toutes les ethnies et groupes sociaux étaient acceptées, du moment qu'elles restaient entre elles. Alors les blancs mariaient des blancs, les gens de bonne famille mariaient des gens de bonne famille et, surtout, les amérindiens et les familles plus pauvres restaient dans leur coin. o Même si Bianca est loin d'être aussi militante que ses parents et son frère ainé, la pomme n'est pas tombée très loin de l'arbre familial ; la cadette Wagner est également républicaine, attachée aux traditions et férocement patriotique. o Aussi inattendue et indésirée qu'ait été l'annonce de sa grossesse, elle n'a d'ailleurs jamais même envisagé l'avortement. o Enfant, Bianca rêvait de faire sa vie ailleurs qu'à Cody, de quitter le milieu de nul part pour l'action incessante des grandes villes comme New York ou San Francisco. Elle se voyait femme du monde, mondaine mariée à un riche homme d'affaires et naviguant entre les cocktails et les galas de charité. o Elle a changé d'idée vers la fin de l'adolescence, lorsqu'elle est tombée éperdument, follement et déraisonnablement amoureuse d'un garçon du coin, un membre de la tribu Shoshone à des kilomètres de l'image qu'elle avait autrefois de l'homme idéal. Aussi brusquement qu'il est entré dans sa vie, il a redessiné ses désirs et ses idéaux jusqu'à ce que Bianca ne s'imagine tout simplement plus ailleurs que là où lui serait. o Quitter Cody s'est donc révélé beaucoup plus difficile à faire qu'elle ne le pensait, mais cette décision, bien qu'impulsive, était devenue nécessaire à ses yeux : l'idée de demeurer dans une ville où elle était passée si près de fonder une famille avec celui qu'elle considérait être l'homme de sa vie lui était absolument insupportable. Plutôt tout laisser derrière que d'assister au démembrement de son couple, subir les incessants ragots sur les infidélités de son mari et, éventuellement, être aux premières loges lorsque ce dernier referait sa vie avec une autre. o Elle s'est donc exilée à Salt Lake City, en Utah, pendant près de dix ans. Là-bas, elle n'était personne, qu'une fourmi au sein de cette ville tellement plus grande que Cody. C'était exactement ce dont elle avait besoin pour passer à autre chose et tourner la page, croyait-elle, et elle avait presque raison. o Dix ans loin de Cody et de celui qui aurait dû être le père de son enfant s'est toutefois révélé insuffisant pour briser le lien qu'elle continuait de ressentir face à Adriel et, à défaut de l'éloignement, elle en est venu à la conclusion que seul un divorce dans les règles pourrait finalement lui permettre de passer à autre chose. o Depuis son départ, elle esquive systématiquement les relations sérieuses. Chaque fois, elle se convainc qu'elle est prête, qu'elle a envie de s'engager ; chaque fois, il suffit d'une ou deux semaines pour qu'elle mette le doigts sur les mille et unes raisons qui font que la relation ne fonctionnera pas, même si pour cela elle doit les inventer. o Son déménagement à Salt Lake City n'a pas fait perdre espoir à ses parents qu'elle finirait par se caser avec un homme blanc de bonne famille, au contraire. Les années passant, toutefois, ils ont perdu patience envers Bianca et la pression est aujourd'hui plus grande que jamais pour qu'elle se case et fonde une famille. o Bianca est incroyablement cultivée et les dix dernières années lui ont permis de se découvrir une véritable passion pour l'art, l'histoire et la littérature. La femme qu'elle est devenue dispose d'une importante bibliothèque, d'un abonnement au théâtre de Salt Lake City et d'une impressionnante maîtrise de l'art. o Elle n'en a malheureusement pas profité pour apprendre à cuisiner convenablement. o L'éloignement n'a toutefois eu aucun impact sur l'amour de la nature qu'elle avait développé aux côtés d'Adriel et lorsqu'elle résidait encore à Salt Lake City, il lui arrivait fréquemment de s'isoler pour s'étendre dans l'herbe pendant de longues heures, comme elle avait l'habitude de le faire avec Abe à l'époque. o Elle a conservé une minuscule cicatrice sur la hanche, rappel permanent de l'accident de voiture qui, sans la blesser gravement, a emporté avec lui l'enfant qu'elle portait alors. o À défaut d'être très manuelle, Bianca est définitivement débrouillarde : indépendante, elle tient à réussir les choses par elle-même et à se débrouiller seule, quelques soient les efforts qu'elle doit alors déployer. Lorsqu'elle a quitté Cody, elle a d'ailleurs insisté pour s'installer loin de cette ville, seule et sans l'aide de sa famille, et à y reconstruire par elle-même une vie dont elle serait seule aux commandes. Elle n'accepte l'aide de personne, jamais.


☼ PSEUDO/PRENOM : Cassie ☼ AGE : majeure et vaccinée ☼ SCENARIO OU INVENTE : scénario  I love you  ☼ VOS IMPRESSIONS SUR MH : j'adore le contexte, c'est juste assez différent de ce qu'on voit d'habitude pour apporter une petite twist rafraîchissante  brill   ☼ COMMENT AVEZ-VOUS TROUVE LE FORUM : PRD


réservation de l'avatar:
 


Dernière édition par Bianca Johnson le Jeu 3 Mar - 2:21, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Lun 29 Fév - 19:37


ONCE UPON A TIME
We go blind when we've needed to see



« Le fils de la famille Rivendell est nouvellement célibataire, paraît-il. » Susan Wagner avait lancé cette phrase avec désinvolte, mais personne autour de la table ne fut berné par sa fausse indifférence. Au contraire, Andrew Wagner, le patriarche de la famille, releva la tête de son assiette avec intérêt, bientôt imité par trois de ses héritiers. « Vraiment ? » s'enquit Andrew d'un ton aussi faussement désinvolte que celui de son épouse. « Quelle surprise, un jeune homme aussi intelligent ! » « Et mignon. » renchérit Juliet, la deuxième enfant de la famille. « Il n'y a pas une fille dans cette ville qui ne le trouve pas irrésistible. » Thomas, l'aîné, lança un regard entendu vers ses parents. « J'ai entendu dire qu'il comptait entreprendre des études d'ingénierie. Un ingénieur à Cody, il en faut de l'ambition pour avoir de tels projets. » Un court silence s'installa, interrompu uniquement par les bruits de mastication du plus jeune enfant de la famille, à l'aube de l'adolescence et encore inconscient des enjeux qui prenaient place chez les Wagner depuis plusieurs mois déjà. « Il pourrait peut-être t'aider avec tes cours, Bianca. » lança la matriarche, s'adressant directement à la principale concernée de cette conversation pour la première fois. L'interpellée, qui avait gardé le silence depuis le début du dîner, demeura immobile pendant un moment, les yeux rivés sur son assiette. « M'aider avec mes cours ? » répliqua-t-elle d'un ton beaucoup trop las pour la jeune fille qu'elle était. Elle avait depuis longtemps perdu intérêt dans ces dîners familiaux (et obligatoires) qui faisaient partis de la routine des Wagners. En fait, chaque réunion familiale lui était aujourd'hui insupportable, parce que chaque conversation les ramenait irrémédiablement vers le même sujet : son avenir. Ses études, ses projets et, surtout, ses fréquentations. « Si j'ai besoin d'aide avec mes cours, je demanderai à mon petit-ami. » « On parle de vrais cours ici Bianca, ceux pour entrer à l'université, pas ceux pour apprendre à grimper dans les arbres ! » La réplique impulsive de son père jeta un voile glacé à table et les doigts de Bianca se resserrèrent autour de son ustensile, alors que les yeux de sa fratrie se baissaient simultanément vers leur assiette.

Bianca avait toujours été l'enfant prodigue de la famille : intelligente, polie, parfaitement éduquée selon les critères des Wagners. Déjà à l'enfance, ses parents se plaisaient à dire que chacune des décisions qu'elle prenait était la bonne, qu'elle était pleine d'ambition et promise à une vie complète et accomplie. Qu'il eut s'agit de la réalité ou non, il ne fallu qu'une relation, un petit-ami qui ne correspondait pas aux « standards » pour faire de Bianca le sujet de préoccupation numéro un de sa famille. Il était maintenant primordial, voire essentiel, de la caser au plus vite avec un bon parti, un jeune homme blanc et républicain de la région, un jeune homme aux ambitions convenables avec lequel elle pourrait fonder la parfaite petite famille américaine et adopter deux golden retriever. L'idée n'avait jamais déplu à Bianca, au contraire ; quelques mois auparavant, c'était exactement le genre d'avenir qu'elle s'imaginait, le genre de projet de vie qu'elle chérissait. Puis elle avait rencontré Adriel, et ses plans de vie avaient changé aussi rapidement que la panique avait gagné ses parents.

Le silence à table, glacial, s'éternisa pendant encore plusieurs secondes. Les mâchoires de son père étaient serrées, rigides et c'est sa mère qui, nerveusement, tenta d'apaiser la situation : « Ce que ton père veut dire, ma chérie, c'est qu'il faudrait éventuellement penser à mettre fin à cette amourette pour te concentrer sur ton avenir, tu ne crois pas ? » Sa voix douce et posée ne parvint pas à calmer la colère qui émanait de Bianca, qui quitta son père des yeux pour darder son regard sur sa mère. « Ce n'est pas une amourette. » articula-t-elle froidement mais lentement, comme s'il s'agissait d'une phrase qu'elle avait maintenant l'habitude de répéter. « Ce n'est pas une amourette du tout, loin de là. » Elle aurait voulu dire plus, expliquer les sentiments fous et incontrôlables qu'elle ressentait pour Abe et la certitude qui grandissait en elle qu'il était le bon, l'unique, la seule personne sur Terre qu'elle pourrait un jour aimer d'une façon aussi indéniable et limpide. Mais il lui semblait prématuré de s'adresser ainsi à ses parents alors qu'elle n'avait pas encore fait part au principal concerné des émotions folles qu'il déclenchait chez elle, du besoin constant qu'elle avait de se retrouver à ses côtés et de la plénitude que sa simple présence lui apportait. Et de toute façon, argumenter avec sa famille était devenu vain.

□□□

Les ragots avaient commencés peu de temps après leur mariage, mais c'est à peine si elle en comprenait la nature tellement elle vivait dans son propre monde, sur son propre nuage avec Adriel. Elle n'aurait pu prétendre que la situation était idéale : elle était jeune, enceinte et nouvellement mariée en réponse à la pression de sa famille. Elle aurait souhaité terminer ses études, prendre le temps de s'installer avec Abe et organiser avec lui un mariage plus tard, quand tous deux auraient été prêts, un mariage à leur goût dans lequel ses parents n'auraient pas eu mot à dire. Sa grossesse surprise avait compliqué la situation, indéniablement. Mais au final, Abe et elle avaient simplement pris de l'avance sur un futur qui, elle en était convaincue, les attendait de toute façon.
À mesure que passait les semaines, puis les mois, la pression extérieure s'infiltra néanmoins entre eux, fissurant sournoisement leur relation sans que l'un ou l'autre n'y fasse obstacle. Les ragots se firent plus insistants et l'attitude d'Adriel, plus concordante aux reproches qu'on lui faisait en son absence. Jour après jour, on rappelait à Bianca les circonstances de leur mariage et la liberté dont son mari était maintenant dépourvue. On lui parlait des autres femmes qu'il fréquentait, de l'aigreur qu'il éprouvait face à ce mariage forcé et à cet enfant non désiré. À sa façon, elle avait tenté de se refermer devant ces arguments, de se couper de ces gens qui lui dépeignait une réalité à laquelle elle ne voulait pas croire ; à se refermer devant eux, toutefois, elle en vint également à se couper davantage de son mari, à s'éloigner lentement mais sûrement et à se murer dans un silence qui devint vite pesant.

L'accident fut le point culminant de cette crise qui se préparait tranquillement, vicieusement. Du jour au lendemain, il n'y avait plus de bébé et, aux yeux de Bianca, plus de projets non plus : combien de temps faudrait-il à Adriel pour s'apercevoir de la facilité avec laquelle il pourrait maintenant récupérer sa liberté ? Combien de jours, de mois avant qu'il ne lui annonce son départ, la fin de cette union qu'il n'avait probablement jamais réellement désirée ? Quand oserait-il s'afficher avec une autre, une femme qu'il fréquentait déjà probablement et dont elle devrait endurer la vision jour après jour, dans cette ville trop petite qu'était Cody ?
Cette nuit-là, le bras d'Abe enroulé autour de sa taille, Bianca avait essayé de trouver le courage de lui parler. De se confier sur les doutes qui l'assaillaient, de comprendre son silence et la distance qui s'était immiscée entre eux. Mais les mots n'étaient pas venus et, à la place, elle avait enserré la main d'Abe dans la sienne, désespérément, pour qu'il ne parte jamais. Un simple coup de fil avait toutefois suffit pour qu'il la laisse là, seule dans leur lit, et tout était alors devenu limpide pour Bianca : tous les avertissements, les ragots, les commentaires qu'on lui glissait depuis des mois. L'enfant à venir avait été la seule chose qui avait vraiment retenu Adriel : sans lui, ce mariage n'était qu'une frime, une entrave à son besoin de liberté. Prétendre était maintenant hors de question et il avait atteint ce point d'indifférence où il lui semblait acceptable de quitter au beau milieu de la nuit, sans explication, pour vaquer à d'autres occupations.

Couchée sur le dos, les yeux rivés sur le plafond, elle se força à lui accorder une heure et croisa les doigts pour qu'il revienne. Cette heure passée, elle se leva et, lentement, prépara la valise qu'elle planifiait inconsciemment depuis des semaines. Ses yeux allaient et venaient entre la valise et le cadran de leur chambre et son corps réagissait à chaque bruit extérieur, désireux qu'il s'agisse de son mari qui revenait à la maison. Quand elle finit par se convaincre que ce n'était pas le cas, pas ce soir, elle rédigea une note qu'elle déposa sur son oreiller et quitta. Elle termina sa nuit sur le sofa de sa sœur aînée, incapable de fermer l'œil et l'âme et peine, et dès le lendemain elle planifiait son départ par bus pour l'Utah.

□□□

La première sonnerie du téléphone avait à peine retentit que Bianca se jetait déjà sur l'appareil, fébrile. Elle avait passé les dernières heures de la journée à tourner en rond dans son appartement de Salt Lake City, ramassant ici et là une objet qui ne traînait pas et prétendant s'intéresser à un livre de recette qu'elle avait laissé bien en évidence sur son comptoir, comme un encouragement. Les heures étaient passées à un rythme insoutenable par sa lenteur, et à plusieurs reprises, elle avait empoigné le téléphone pour placer elle-même l'appel qu'elle attendait. Chaque fois, elle s'était résigné à reposer le combiné, mais lorsque l'appel lui parvint finalement, elle avait épuisé les dernières gouttes de sa patience. « Alors ? » fut le premier mot qu'elle lança, sans même préalablement confirmer l'identité de l'appelant. « Ça ne s'est pas exactement passé comme prévu. » reçut-elle comme réponse de sa sœur, la voix de cette dernière trahissant le moment désagréable qu'elle avait sûrement récemment expérimenté. « Ce qui veut dire que... ? » « Et bien, je suis allée chez lui - » « Je ne tiens pas particulièrement à un récit détaillé, Juliet. Il a signé ou pas ? » Les mots de Bianca étaient plus tranchants qu'elle ne l'aurait voulu, plus froids que ce que sa sœur méritait, mais la tension accumulée au cours des dernières semaines avait lentement raison de son calme.

Il lui avait fallu près de dix ans pour décider de demander le divorce. Au départ, l'idée ne lui avait même pas traversé l'esprit, pour la simple et bonne raison qu'elle ne voulait pas se séparer d'Adriel. Elle l'avait quitté, oui, parce qu'elle avait finit par se laisser convaincre que lui ne souhaitait que la fin de leur relation. Elle n'avait toutefois pu se résoudre à souhaiter la même chose. Les années passant, elle avait presque réussit à se convaincre qu'elle était passé à autre chose : elle avait un emploi, des amis, fréquentait parfois un homme pour quelques semaines avant de découvrir ce qui, inévitablement, clochait chez lui. Elle se croyait libérée, heureuse. Mais chaque relation, chaque évènement plus ou moins significatif la ramenait toujours à lui. Lui qui visitait encore ses rêves, même après dix ans, lui dont le visage traversait ses pensées lorsqu'elle avait à prendre une décision, lui dont elle recherchait inconsciemment l'approbation, même à 800 kilomètres de distance. Comme l'empreinte indélébile de ce que sa vie aurait pu être, la pensée qu'il existait encore, loin d'elle et sans elle, suffisait encore parfois à l'empêcher de fermer l'œil la nuit. Une autre conclusion s'était donc imposée à elle : il fallait divorcer, couper définitivement ce lien qu'elle n'avait pas voulu laissé mourir pendant toutes ces années. Faire disparaître son nom à lui de ses papiers, redevenir officiellement Bianca Wagner, reprendre sa vie en main et repartir à neuf. Recommencer à zéro, une fois encore.

Elle avait mandaté un avocat, qui avait veillé à ce que les papiers soient délivrés à Adriel. Ce dernier n'avait pas accepté, à la grande surprise de Bianca (n'était-il pas déjà marié, père de trois enfants, heureux et épanouis ? Dans ses cauchemars, c'était l'image qu'elle s'en faisait). Bianca s'était alors tourné vers sa sœur, qui s'était laissée convaincre de lui rendre ce tout petit service. « Non, il n'a pas signé. » Service qui, apparemment, s'était révélé plus complexe que prévu. Bianca soupira lourdement, le visage enfoui dans le creux de sa main alors que le silence envahissait leur conversation. Pourquoi refusait-il de leur faciliter la vie à tous les deux ? « Pourquoi ? » « Mais tu peux peut-être demander à ton avocat de - » « Pourquoi il n'a pas signé ? » Les quelques secondes qui précédèrent la réponse de Juliet trahirent son hésitation. « Je ne sais pas trop. » « Juliet... ? » «  J'en sais rien, peut-être - » « Juliet, qu'est-ce qu'il a dit ? » Un autre silence, plus long cette fois. Depuis le départ de Bianca, la famille Wagner avait soigneusement veillé à éliminer autant que possible Adriel Johnson de sa vie. Jamais on ne mentionnait son nom, jamais on ne donnait de nouvelles. Les visites familiales avaient toujours lieu à Salt Lake City, jamais à Cody, de peur que les deux époux ne se recroisent un jour. Le retour éventuel de Bianca n'était donc pas, à toute fin pratique, un évènement souhaitable. « ... Il a dit que t'avais qu'à le lui demander en personne. »



Dernière édition par Bianca Johnson le Jeu 3 Mar - 2:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Lun 29 Fév - 19:39

J'ai parié sur la CB que le scénario serai tenté dans le week end. Et bien, je me suis trompée d'une journée ! Tu fais un excellent choix bave Bienvenue sur Mila Hanska ! Si tu as des questions, je suis disponible Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Lun 29 Fév - 19:42

Bienvenue à toi ! heartt
Tu vas faire un heureux en tout cas !!! bave loveuh
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Lun 29 Fév - 20:10

Merci beaucoup à vous deux brill  kisslove

Elizabeth > J'ai failli te donner raison en plus, je suis passée à 2 doigts de m'inscrire hier soir tutu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Lun 29 Fév - 20:26

Je peux dire que j'ai bon alors tutu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Lun 29 Fév - 20:28

Bienvenue sur MH ! I love you Je suis tellement contente que ce scénario soit tenté. <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Lun 29 Fév - 22:01

T'as parié Eli tutu ?

Ma feeeeeeeeeeeeeemmmmmmmmmmmmmmeeeeeeeeeeee leche douche kiss saut loveuh sunny pompom free dance love2 love2 calin1 string rabbit aah heartt youpi superman yeaah lovebal pervers haan three crazy bed toy kisslove bave
Un heureux ? Pire que ça oui crazy
Bienvenue brill Et si jamais tu as la moindre question ou envie de discuter, ma boîte MP t'es totalement ouverte tutu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Lun 29 Fév - 22:19

Elizabeth > Moi je te donne totalement raison tutu

Noah > Merci ! I love you Déjà en ne le tentant pas hier j'ai eu peur qu'il m'échappe, je pouvais pas courir le risque une 2e fois omg

MON MARIIIIIIIII  ballon  kiss  loveuh  bed kisslove leche hug  lovebal  pervers  crazy
C'est sûr que je t'embête par MP, soit ce soir en revenant de mon dîner, soit demain. Parce que je veux confirmer 2-3 détails avec toi, et parce que je suis une harceleuse de MP de toute façon  Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Lun 29 Fév - 22:54

leche kiss saut loveu loveuh calin1 love2 lovebal heartt bed
J'attends ton MP pour que tu me harcèles pour te confirmer ces détails tutu idea
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Mar 1 Mar - 16:29

Ce scénario de fifouuuu !!!! supp chap crazy haan
J'ai trop hâte de pouvoir vous stalker pervers
Bienvenue parmi nous la belle brill
(trop de feels en moi d'avoir revu Crystal dans TW... cryy malgré son accent moche XD)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Mar 1 Mar - 21:55

J'adooooooore le début de ta fiche brill brill brill
J'en veux plus hug leche
Le post qui sert à rien... sinon à t'encourager ma femme tutu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Mer 2 Mar - 15:27

Skylar > Merci I love you T'auras bien raison de stalker les Johnsons, tu vas en avoir pour ton argent pervers

Adriel > C'est exactement ce que tu es sensé faire, encourager ta femme en permanence Arrow
leche hug ballon loveuh lovebal
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Mer 2 Mar - 22:13


Bienvenue parmi nous !! brill brill Si tu es la femme d'Adriel alors un lien s'imposera probablement entre nos personnages smile smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Jeu 3 Mar - 18:09

Ta fiche bave bave bave
J'en suis fan ! Tu as totalement et parfaitement cerné le lien que j'imaginais lovebal lovebal lovebal
Et ta Bianca... je l'aime bave crazy
Et ta façon d'écrire... loveuh kiss

J'ai hâte de pouvoir RP avec toi kisslove
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Jeu 3 Mar - 18:33

Vito > Merci beaucoup ! Il me tarde de discuter de notre lien alors brill

Adriel > Tu fais ma journée toi hug J'ai trop hâte de pouvoir RP maintenant lovebal


Cette fiche est donc terminée I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Jeu 3 Mar - 19:07

Quand c'est parfait, faut le dire bave lovebal
Vivement que tu sois validée pour qu'on puisse RP loveuh haan
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Jeu 3 Mar - 19:43

Et bien, j'ai hâte de vous voir en rp brill Je te valide avec plaisir, ma belle !

Adriel, j'ai fait assez vite ? laugh2
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Jeu 3 Mar - 19:47

Très vite love2
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   Jeu 3 Mar - 19:54

Ça c'est du rapide !
Merci beaucoup Elizabeth I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Bianca » some dreams are better when they end   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bianca » some dreams are better when they end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hola !
» [Tu monte ou tu baisse le son ?] par Aureliedu29
» Dream Chaser
» NMD : Never Mind my Dreams

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mila Hanska :: Fiches de présentation-