.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dancing till the break of dawn ♦ Shaw & Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Arrivée le : 03/03/2017
Messages : 50
Avatar : Jake Gyllenhaal
Crédits : Moi-même
Points : 0
Age : 30 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Guide touristique
Ton vote : Républicain, pour le port d'armes et contre l'avortement.

MessageSujet: Dancing till the break of dawn ♦ Shaw & Caleb   Mar 7 Mar - 23:15

Dancing till the break of dawn

Shaw & Caleb



Musique d'ambiance

« John ! Une bière. » Je me laisse lourdement tomber sur un tabouret au comptoir, croisant mes bras sur celui-ci. « Un cocktail, peut-être ? C’est notre spécialité… Tu devrais le savoir, après toutes ces années. » Je soupire et secoue la tête dans un sourire en coin. « Un cowboy qui sirote un cocktail ? La honte internationale. » Le barman hausse les épaules et décapsule une bouteille de Budweiser, qu’il claque devant mon nez dans un sourire exaspéré. Je n’ai jamais goûté à leurs spécialités, elles ne m’intéressent pas le moins du monde. Une bonne vieille bière à la bouteille, il n’y a pas mieux. Je porte celle-ci à mes lèvres et en bois une longue gorgée en fermant les yeux. J’ai attendu ce moment toute la journée, et pouvoir enfin me poser un peu me fait un bien fou. Des touristes chiants et un temps pourri, le mélange parfait pour passer les heures les plus longues de ma vie. Et puis ce téléphone qui n’a pas arrêté de sonner… Pour la peine, je l’ai abandonné dans ma voiture, les clients attendront. Un soupir m’échappe et je reprends une nouvelle gorgée de ma bière, jetant un coup d’œil autour de moi.

Un petit groupe de musique reprend des chansons country récentes, tellement récentes qu’elles ressemblent plus à de la pop qu’à de la vraie country. Ils ne sont pas mauvais pour autant, et je prends le temps de les observer quelques instants. Mon regard croise celui de la chanteuse, particulièrement mignonne. Je porte mon index et mon pouce à mon chapeau pour la saluer d’un hochement de tête façon cowboy. Elle sourit et ne détourne plus le regard, ce qui m’arrache un sourire charmeur. La soirée vient à peine de débuter, mais il y a déjà pas mal de monde et un groupe de cowboys monopolise les fléchettes. Ce bar, c’est un peu le rendez-vous des locaux. Les touristes préfèrent passer leur temps à l’Irma hôtel, construit par le seul et l’unique Buffalo Bill. Tant mieux. Je ne sais pas si je serais capable de supporter une seule phrase en français de plus, j’en ai assez entendu aujourd’hui.

Le groupe entame une chanson d’amour, et je sens le regard pesant de la chanteuse sur moi. Just a kiss on your lips in the moonlight. Just a touch of the fire burning so bright. Je reprends une gorgée de bière, sans détourner le regard de la jolie blonde. Elle a une voix plus qu’agréable, mais son look est pitoyable. Un chapeau de cowboy blanc à dix euros, des bottes roses et un pantalon en cuir abîmé. C’est plutôt mignon, mais elle est loin d’être la cowgirl qu’elle prétend être. Comme il n’y a que des locaux, elle risque de se faire démasquer rapidement… mais personne ne pourrait réellement en vouloir à une poupée dans son genre.

La porte du bar s’ouvre pour la première fois depuis que je suis là et je tourne la tête vers celle-ci, curieux. Mon regard bloque sur la jeune femme qui vient d’entrer, d’une beauté déconcertante. Mais ce n’est pas tout. Cette jeune femme, ce n’est pas n’importe qui. Je me lève, bière à la main, et me dirige vers elle dans un sourire sincère et heureux. « Shaw St John », je lance en la prenant dans mes bras, sans attendre son autorisation pour le faire. Je la lâche plutôt rapidement et recule d’un pas pour pouvoir la regarder de la tête aux pieds. « Dis donc, il est où Shawn St John ? » Ça, c’est le surnom que je lui donnais il y a tant d’années, avant son départ. Shaw était un vrai garçon manqué à l’époque, alors la voir aussi féminine à cet instant précis, c’est pour le moins étrange. Je ris doucement, posant mon regard bleu sur son si joli visage. « T’es magnifique, Shaw. » J’enfonce une main dans la poche de mon jeans – mon attitude habituelle – et poursuis : « Noah m’a dit qu’il t’avait croisée. J’avoue que j’y croyais pas trop, sur le moment. J’ai jamais été aussi content d’avoir tort. » Une journée pourrie qui tourne étonnamment bien, finalement…  

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivée le : 03/03/2017
Messages : 73
Avatar : Danielle Campbell
Crédits : Baby Blood - Kay
Points : 0
DC : Ezae Blackwell
Crédit : Kay'
Age : 23 ans.
Statut : Célibataire.
Occupation : En recherche d'un travail, que ce soit dans la gestion d'entreprise ou dans un ranch. Ou n'importe quoi de correct en fait.
Ton vote : Démocrate.
Quartier : Un petit plein-pied sur Yellowstone Avenue. Toutes mes économies y sont passées, il est temps de retrouver du travail !
Post-it : † Poster sur Instagram.
† Monter un dossier en béton pour les chambres d'hôte.
† Appeler mes parents pour prendre des nouvelles de la famille.
† Faire le plein du frigo.
† Me remettre sérieusement au sport.

Rps : Prête à jouer avec vous !

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: Dancing till the break of dawn ♦ Shaw & Caleb   Jeu 9 Mar - 13:05




   

Shaw & Caleb
« Dancing till the break of dawn. »
A
h le retour à Cody. C'est un peu comme le retour à la maison, même si pour les locaux, j'ai tout sauf le droit de penser à la ville sous ce terme. Mais pour moi c'est bel et bien ça. C'est là que je me suis toujours le plus sentie à ma place malgré les voyages incessants. Si je devais avoir une maison, en toute logique il s'agirait de Cheyenne, ma ville natale, la capitole de cette sublime région qu'est le Wyoming. Seulement, pour moi, Cheyenne c'est juste un nom sur mon certificat de naissance, une bizarrerie de plus qui entoure ma naissance. L'autre bizarrerie c'est ma date de naissance par rapport à celle de mon frère jumeau, mais passons.

Être là, ça me fait un bien fou. Pour revenir, il m'a fallu un simple coup de tête, et en arrivant j'ai failli me laisser avoir par tout ce que j'avais laissé là en partant, qui a manqué de m'ensevelir, mais au final j'ai fait ça comme une chef, et j'ai été un peu plus remarquée que nécessaire. En même temps, pour ceux qui se rappelaient de moi, je suis passée de l'adolescente coiffée et habillée à la garçonne, qui jure comme un charretier et qui n'hésite pas à foutre son poing dans la figure d'un importun à une jeune femme féminine et déterminée. En somme, je suis tout ce qu'il y a de plus différente maintenant, mais ça n'est peut-être pas mal. Je suis le mélange de deux filles qui cohabitent parfois difficilement, mais celle que j'ai réussi à devenir, celle dont je me suis forgé pas à pas le caractère et l'image me plaît énormément.

Depuis mon retour, certaines habitudes ont la vie dure. La plupart du temps, je sors le soir, ne serait-ce que pour boire un verre et me réimprégner de la vie de cette région. Denver est aux antipodes de Cody, et j'ai quand même besoin de me remettre dans le bain, même si je suis particulièrement ravie d'avoir pris la décision de revenir. Je me sens bien, enfin moi, dans cette ville, mais je suis aussi consciente de m'être trop habituée à la ville. Ce besoin régulier de sortie le prouve, de toute façon. Mais bon, il y a un simple moyen d'y remédier ; y succomber. Ce soir, c'est dans un bar à l'ambiance typique que je décide de sortir, pas dans l'un de ces attrape-touristes qui fonctionnent bien en ville. Tout y est quinze fois plus cher au moins et il n'y a rien d'authentique là-bas, parfois même pas le sourire du barman. Honnêtement, très peu pour moi, pour ce genre de choses, j'aurais clairement pu rester à Denver.

Je passe à la salle de bain pour me préparer, et je jette mon dévolu sur un jean slim qui me met en valeur. Je suis petite, je n'ai donc pas des jambes d'une longueur infinie, mais avec ce jean et une paire de talons – vertigineux, comme je peux me le permettre de part mon gabarit court sur pattes – je sais qu'elles n'ont rien à envier aux gambettes interminables de certaines filles. Et puis, ma petite taille, c'est aussi mon atout charme. On me qualifie sans cesse de mignonne, et je sais que je peux tout avoir d'une petite poupée si je m'en donne les moyens. Là, par exemple. Avec ce jean, j'opte pour un chemisier léger, d'un crème délicat, qui flotte juste assez autour de mon corps pour suggérer mes formes. Le décolleté n'est pas indécent, loin de là, mais il en montre largement assez sans partir dans l'excès. J'ajoute un pendentif en jade, un peu volumineux, et la tenue est complète. Je peux ensuite me concentrer sur ma coiffure, et j'opte simplement pour un de ces chignons bas dont j'ai le secret. Je le retiens avec une broche assortie à mon collier, et le tour est joué. Pour le maquillage, je fais léger et soft, dans des tons très naturels, juste histoire d'avoir bonne mine et de donner un peu plus de profondeur à mon regard. Une touche de rouge à lèvres d'une jolie teinte rosée complète le tout.

Sous ma jolie cape en feutre, je me dirige finalement vers le bar, après un temps en voiture. Le temps est très humide, il pourrait pleuvoir sur le retour que ça ne m'étonnerait pas le moins du monde. Alors je ne prends pas de risque. Avant même de m'engouffrer dans l'échoppe, j'entends la musique pop-country et je me demande bien quel groupe peut jouer. Puis je me rappelle du temps que j'ai passé loin d'ici et me dis que je ne le connaît sûrement pas, de toute façon. Et puis, je dois avouer que j'ai pas mal de retard en terme de culture musicale country. Ça n'a pas du tout été dans ma playlist à Denver. J'étais fiancée, et je ne voulais surtout pas que mon fiancé mette le doigt sur mes réelles origines. Oh, je n'ai pas menti, il savait que je venais du Wyoming, ça n'était pas tabou. Mais je n'ai jamais explicité que je venais vraiment du milieu du rodéo. J'aurais aussi bien pu être déjà une citadine des grandes plaines, aussi contradictoire que cela puisse être.

J'entre finalement dans le bar. Juste après avoir refermé la porte derrière moi, j'observe alentours ce qu'il se passe, et je pourrais m'étouffer de rire avec la version Barbie de la parfaite cow-girl qui chante en se dandinant sur scène si je n'avais pas vu, arrivant droit devant moi, l'un des fantômes de mon passé. Caleb fait partie de ceux qui m'ont manqué malgré tout, et le voir ce soir, ça me plaît vraiment. J'ai déjà croisé son petit frère, Noah, avec lequel j'ai même passé une nuit agitée, mais c'est surtout avec Caleb que j'étais fourrée, étant gamine. Mais bon, comme le cadet de la fratrie n'était jamais loin, je connais plutôt bien les deux. J'avance pour réduire encore la distance qui me sépare de mon amie d'enfance, et je passe un bras autour de lui lorsque ses bras passent autour de moi. J'avais peur que les retrouvailles soient plus froides, alors maintenant que l'ambiance est loin d'être glaciale, je ne vais certainement pas me plaindre.

« Caleb. »

Son nom quitte doucement mes lèvres, et mon sourire s'entend facilement dans ma voix. Je suis ravie de le revoir. Depuis sept ans, nos routes ne se sont pas croisées, et ça m'a fait bizarre. Nous avions l'habitude de nous voir quelques semaines par an, pour le rodéo de Cody, et que ces dernières années ce ne soit pas le cas, ça a été difficile à vivre. Mais il fallait que je me protège, et ne pas remettre les pieds dans cette ville était la plus sûre manière de le faire. Lorsqu'il se recule, je lui souris en coin et je penche la tête sur le côté tandis qu'il m'observe à la loupe. J'aurais pu parier sur cette réaction, je suis l'opposée de celle que j'étais en partant, clairement. C'est facile, de rester sous son regard. J'ai confiance en lui, en son jugement, et je sais très bien qu'il accueillera mon poing en pleine face avec le sourire s'il devient désobligeant. Il connaît mon fichu caractère, après tout. Seulement voilà, il me fait plutôt rire qu'autre chose, et j'écarte une mèche échappée de mon chignon avant de lui répondre.

« Oh, je l'ai enfermé dans mon dressing à mon arrivée à Denver. Je le laisse sortir de temps en temps, mais pas trop souvent. »

En même temps, j'ai l'excuse, pour avoir été un vrai garçon. J'ai grandi dans un milieu d'hommes, avec deux grands frères. Et puis, mes parents attendaient deux garçons, dans la catégorie jumeaux, pas un petit gars et une mini chieuse. Du coup, je n'ai pas vraiment été féminine de ma jeunesse, mais je me rattrape carrément depuis quelques années. Les occasions où j'ai porté des santiags et des chemises en coton depuis mon départ se comptent sur les doigts de mes mains, à mon avis. Puis le compliment sort de nulle part, et je souris avec un peu plus de réserve. On me dit souvent que je suis mignonne, délicieuse, à croquer, ce genre de petites choses presque un peu cliché. Ça, c'est plus rare, et venant de ce mec, je sais que ce n'est pas du vent. Il ne fait pas dans la catégorie flatterie.

« Merci. T'es pas mal non plus, dans ton genre. »

Je lui sers un clin d'œil. Il sait que je l'ai toujours trouvé beau. C'est le genre de choses que j'ai déjà pu lâcher un peu trop souvent quand j'étais gamine. J'ai toujours eu une franchise bien à moi, à l'époque des rodéos. Lorsqu'il poursuit, je me demande une seconde ce que Noah a pu lui dire, et je me dis qu'au final, il n'a sûrement pas du rentrer dans les détails de notre rencontre. Ce n'est pas non plus moi qui vendrais la mèche, en tous cas. Et quand bien même, je n'ai aucun compte à rendre à qui que ce soit. Le célibat a de nombreux bons côtés, finalement. Je décide de laisser la partie Noah de côté pour me concentrer sur le plus important, c'est-à-dire ma présence à Cody. Je me sens un peu piteuse de ne pas m'être manifestée à mon retour, mais très honnêtement, et même si je ne lui avouerais pas, j'avais un peu peur de sa réaction, et je n'avais pas vraiment envie de m'y frotter après l'accueil arctique que ma famille m'a réservé.

« Noah a une grande gueule visiblement. » Je rigole un peu. Ce n'est pas un secret, que je sois là, à la limite. « Je voulais passer te voir, mais il paraît que tu es un homme occupé. Du coup j'ai attendu que le hasard fasse les choses. On boit un verre ? » Je passe mon bras sous le sien, haussant un sourcil de questionnement. Je doute qu'il m'envoie promener en venant vers moi juste avant, mais soit. Je finis par m'installer au comptoir, en laissant les regards glisser sur moi sans m'en inquiéter. J'ai l'habitude. Je commande un Bloody Mary, en digne fille de la ville que je suis maintenant, me tournant finalement vers le cow-boy avec un sourire qui m'éclaire le visage. On pourrait croire que je rayonne de l'intérieur. « Alors, qu'est-ce que j'ai raté ces sept dernières années, Caleb ? »

Parce que malgré tout, ça m'intéresse. Ce qu'il a fait, qui il a rencontré, qui est parti, qui s'est marié, qui est parent. C'est une petite ville communautaire, pour y revenir pleinement, il vaut mieux que je sois prête à l'affronter sans me prendre les pieds dans le tapis.


           
(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & icons:tumblr

         



I feel back home
La maison, c'est l'endroit qui vous manque déjà avant même que vous l'ayez quitté. C'est l'endroit auquel vous pensez quand vous êtes nostalgique. C'est l'endroit où vous avez vos plus beaux souvenirs.


Dernière édition par Shaw St John le Ven 31 Mar - 8:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivée le : 03/03/2017
Messages : 50
Avatar : Jake Gyllenhaal
Crédits : Moi-même
Points : 0
Age : 30 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Guide touristique
Ton vote : Républicain, pour le port d'armes et contre l'avortement.

MessageSujet: Re: Dancing till the break of dawn ♦ Shaw & Caleb   Sam 25 Mar - 23:27

Dancing till the break of dawn

Shaw & Caleb


Je n’ai jamais réellement su pourquoi Shaw a quitté Cody. Elle restait très vague sur les raisons de son départ, et j’avoue ne jamais lui avoir posé la question. Ma vie a toujours été bien remplie, et je ne la contrôlais pas assez à l’époque pour pouvoir réellement me soucier de celles des autres. Même maintenant je suis loin de tout contrôler d’ailleurs, mais je me démerde mieux qu’avant. Entre les randonnées en montagne, les histoires avec les Warrens et les nombreux coups de fil à gérer, je n’ai plus vraiment de temps pour moi. Du coup, Shaw et moi nous sommes éloignés lentement mais sûrement. Je lui en veux moins qu’à mon frère, voire même pas du tout, parce qu’elle ne me devait absolument rien. Aidan, lui, s’est barré alors qu’on avait besoin de lui, de son expérience, de ses quelques années de plus. Mais il nous a lâchement abandonnés, et ça, ça passe très mal.    

Ma petite blague quant à son côté garçon manqué la fait rire, et sa réponse m’arrache un sourire amusé. A l’époque, j’avais souvent l’impression de côtoyer un mec tellement elle était tout sauf féminine. Un frère de substitution, presque. Bon, d’accord, c’est peut-être un peu exagéré. Mais quand même ! « Eh bien, laissez-le au placard, ce monsieur. Vous êtes à croquer comme ça, mademoiselle », je lui réponds dans un sourire quelque peu charmeur. Oh, c’est plus joueur qu’autre chose, et elle a l’habitude avec moi. Je ne suis pas capable de rester sérieux trop longtemps avec elle, de toute façon. Elle me complimente à son tour, et je ne peux pas m’empêcher de sourire en coin, plus ou moins flatté. Notre conversation est étrange, en réalité. J’ai rarement échangé ce genre de choses avec elle, justement parce qu’elle était aussi masculine, à l’époque. Ce n’est pas pour me déplaire, pourtant, la nouvelle Shaw me va parfaitement. De ce que j’ai pu voir, en tout cas, parce que qui sait ce qui se cache derrière ce petit bout de femme… ça ne m’étonnerait même pas qu’elle se transforme en Hulk dans cinq minutes.

Lorsqu’elle me fait remarquer que Noah a une grande gueule, je ris doucement dans un petit hochement de tête. « Et heureusement ! Parce que sinon tu serais partie avant que je sache que tu étais revenue… » C’est vrai que j’aurais aimé apprendre la nouvelle autrement que par mon frère. Elle aurait pu me passer un coup de fil, ou simplement passer au ranch, mais elle ne l’a pas fait. Oh, je ne lui reproche rien, encore une fois. Elle ne me doit rien. Mais ça reste pour le moins étrange, parce que je ne sais pas ce qui l’a poussée à ne pas me tenir au courant. Avant même que je n’aie le temps de lui poser la question, elle y répond – même si ça reste plutôt vague. Un homme occupé… Ce n’est pas faux. Mais du temps, j’en aurais trouvé, pour elle. Elle passe son bras sous le mien et m’entraîne vers le bar, histoire de prendre un verre. « Allons-y », je lui réponds simplement, dans un sourire. Je sens de nombreux regards se retourner vers elle, et celui de la fausse cowgirl basculer sur moi. Je lui souris gentiment, de façon presque désolée. Non, je n’ai jamais voulu lui filer de faux espoirs. Mais Shaw St John est dans la place, et à ce moment-là, on ne peut plus avoir d’yeux pour qui que ce soit d’autre.

« C’est vrai que je suis plutôt occupé », je commence, une fois installés au bar. Je termine ma bière et en commande une autre tout de suite, avant de poursuivre : « Mais je peux refiler du travail à Noah de temps en temps, alors ton excuse est bidon, Shaw. » Un petit sourire en coin vient m’étirer les lèvres, malicieux. Je reprends le boulot de Noah quand il en a besoin et inversement, sauf pour les balades où on passe la nuit en montagne. A ce moment-là, la compagnie de mon frère m’est indispensable, et les touristes apprécient notre présence aussi. Deux cowboys, deux flingues, deux fois plus de sécurité.
La question de Shaw me fait sourire. Ce qu’elle a raté en sept ans ? « Pfiou, tellement de choses… » je lance, tout en cherchant ce que je pourrais bien lui raconter. « C’est pas à moi qu’il faut poser cette question. Tu sais à quel point je m’intéresse à la vie des gens… » j’ajoute en soupirant. C’est-à-dire, pas du tout. Je ne parle qu’aux gens que j’apprécie, je n’assiste qu’aux événements qui m’intéressent et surtout, je ne me fie pas aux qu’en-dira-t-on. « Parle-moi un peu de toi, plutôt. Pas de grande nouvelle à m’annoncer ? » je continue, enthousiaste, avant de prendre une nouvelle gorgée de bière. Moi ? Changer de sujet ? Mais pas du tout !

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivée le : 03/03/2017
Messages : 73
Avatar : Danielle Campbell
Crédits : Baby Blood - Kay
Points : 0
DC : Ezae Blackwell
Crédit : Kay'
Age : 23 ans.
Statut : Célibataire.
Occupation : En recherche d'un travail, que ce soit dans la gestion d'entreprise ou dans un ranch. Ou n'importe quoi de correct en fait.
Ton vote : Démocrate.
Quartier : Un petit plein-pied sur Yellowstone Avenue. Toutes mes économies y sont passées, il est temps de retrouver du travail !
Post-it : † Poster sur Instagram.
† Monter un dossier en béton pour les chambres d'hôte.
† Appeler mes parents pour prendre des nouvelles de la famille.
† Faire le plein du frigo.
† Me remettre sérieusement au sport.

Rps : Prête à jouer avec vous !

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: Dancing till the break of dawn ♦ Shaw & Caleb   Ven 31 Mar - 9:23




   

Shaw & Caleb
« Dancing till the break of dawn. »
J
e suis assez contente de revoir Caleb. Il me manquait beaucoup ces derniers temps. Mon éloignement de Cody n'a pas toujours été facile, puisque ça n'était pas tout à fait volontaire, mais c'était ça ou me mettre en danger. Alors j'ai serré les dents, coupé les ponts, et j'ai assumé mon choix, très douloureux cela dit. De voir que mon retour dans la ville est moins mal vu que dans ma famille me fait du bien, et je ne peux que sourire avec un véritable plaisir face à Caleb. La conversation est plus facile que je ne l'aurais cru et j'en profite sérieusement. On échange quelques blagues sur mon passé de garçon manqué et finalement sur la nouvelle version de moi, et je n'hésite pas à dire ce que je pense du physique de l'homme qui me fait face. Caleb m'a toujours plu, et j'ai déjà du le dire un certain nombre de fois en étant plus jeune, mais mes arguments avaient peut-être moins de poids. Qui sait. Je suis sincère en tous cas, on ne peut pas m'en vouloir du moins.

Puis la conversation dérive sur la grande gueule du cadet Barnes. Évidemment Noah a dit à son frère qu'il m'avait croisé en ville, c'est la moindre des choses. Cela dit il semble avoir omis certains détails, comme nos occupations de cette fameuse soirée. Difficile de lui en vouloir, il sait que nous avons un vieux lien et il n'avait sûrement pas envie de se mettre son frère à dos. Mais s'il l'avait dit, je n'aurais fait qu'assumer, après tout je suis une adulte depuis le temps. À la place je cite la grande gueule du plus jeune de la fratrie et le rire de Caleb allège un peu la morsure que je ressens dans sa réponse. Je me contente de secouer lentement la tête et de le regarder droit dans les yeux.

« Je ne repars pas, Caleb. À moins bien sûr qu'on essaye de me mettre dehors, et encore je ne compte pas me laisser faire. »

Je pourrais difficilement être plus honnête avec lui qu'en lui répondant ça. Non, je ne compte plus partir. Je voudrais monter un projet à Cody, je voudrais reprendre mes marques et me sentir à nouveau à la maison dans cette ville. Ça n'a rien d'impossible tant que les habitants ne me mettent pas des bâtons dans les roues. Je tente de m'allèger en saisissant le bras du jeune homme et en lui proposant d'aller boire un verre à deux. On sera sûrement plus à l'aise pour discuter que simplement plantés au milieu de la pièce avec ces gens qui nous regardent un peu de travers.

On s'installe simplement et je passe ma commande avec un sourire enjôleur pour ne pas changer mes habitudes de petite citadine. C'est vrai que j'ai énormément changé ces dernières années. C'est sûrement une des raisons pour lesquelles je n'étais pas pressée outre mesure de revoir Caleb. J'avais un peu peur de sa réaction. Peut-être à raison ? Je sens que je me hérisse un peu lorsqu'il répond enfin à la qualification d'homme occupé. Je prends néanmoins sur moi, après tout je suis fautive de cette situation et je ne peux pas lui en vouloir. J'ai envie de faire disparaître mon nez dans mon verre de manière immédiate, mais ça serait tout bonnement lâche et ridicule. Je hausse les épaules.

« Très bien. Mon excuse est bidon. La vraie raison c'est que ... enfin, tu m'imagines débarquer la bouche en cœur en mode "salut c'est moi, j'ai disparu comme une voleuse il y a 7 ans et j'ai décidé de revenir ! Et sans explication bien évidemment parce que je ne compte pas m'étendre sur ce qui m'a fait quitter Cody." » Je grimace un peu, mal à l'aise d'avoir lâché ça comme ça mais bon. J'opte pour être honnête, et en même temps j'essaye de rester très neutre. Je ne compte pas attaquer. Juste garder mes secrets au chaud. « Je trouve ça plus facile de dire que tu es un homme occupé. Ça laisse moins de place aux questions normalement. »

Je lui souris un peu en coin. J'essaye en suite de deviner ce qui a changé en ville, et pose simplement la question à Caleb. La réponse, j'aurais vraiment du m'en douter. Je le connais, quand même. Mais j'aurais pensé qu'il m'aurait un peu parlé de lui tout de même. Seulement il n'y compte visiblement pas et j'esquisse un sourire en coin, en me rendant compte que les choses ne changent vraiment jamais.

« Comment tu fais pour ne pas gaffer, sérieusement ? »

Je ris un peu et bois une gorgée de ma boisson avant de répondre à la question qu'il m'a relancée. Il y en a des choses à dire. Vraiment beaucoup même. Je plante un regard dans le sien, puis je commence tranquillement à parler.

« Il s'est passé énormément de choses en fait. Premièrement mes frères m'adressent à peine la parole et mes parents c'est juste pour la forme. J'ai pas fait l'unanimité en partant. Sinon, j'ai étudié à l'Université de Denver. Je suis diplômée en gestion des entreprises et j'avais un très gros poste dans une entreprise nationale. » Je souris avant de caresser instinctivement l'alliance manquante à ma main. Dès que je pensais à Denver, je pensais à Sag. « J'ai été fiancée aussi, pendant six mois à un garçon génial. Mais je crains de lui avoir brisé le cœur en décidant de quitter Denver pour Cody sans même lui demander son avis. » Je hausse les épaules, lentement. « Je crois que de toute façon nous n'avions pas les même projets pour l'avenir, j'ai préféré arrêter avant de faire des dégâts. » Un soupir franchit mes lèvres. « Mais il était franchement extra, comme gars. »

Je fronce le nez, un peu dégoûtée de ma propre attitude, comme toujours quand j'y songe. Seulement, j'ai fait mes choix, comme toujours, et ici il n'y a pas de place pour mon financier de fiancé. Cette vie que je voulais n'était pas compatible avec le reste. Je continue de siroter mon cocktail en observant le cowboy et je penche finalement la tête sur le côté, avec un air de parfaite curiosité. Derrière, dans la continuité, Barbie essaye de m'assassiner avec ses yeux et ça me rend quelques peu curieuse, oui.

« Assez parlé de moi. Sept ans c'est long, t'as forcément des trucs à me raconter. Si c'est pas sur les ragots de la ville ... eh bien ça sera sur toi je présume. J'ai besoin de te cuisiner toute la soirée parce que tu vas rebondir sur tout ce que j'ai dit juste pour ne rien dire sur toi? »

Je le connais assez bien à force. Moins il parle de lui et mieux il se porte. Seulement, je suis excessivement curieuse. C'est à prendre en compte.


           
(c) fiche:WILD BIRD, textures by Dayanna & icons:tumblr

         



I feel back home
La maison, c'est l'endroit qui vous manque déjà avant même que vous l'ayez quitté. C'est l'endroit auquel vous pensez quand vous êtes nostalgique. C'est l'endroit où vous avez vos plus beaux souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dancing till the break of dawn ♦ Shaw & Caleb   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dancing till the break of dawn ♦ Shaw & Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Movis-straming[100% DVDRIP]Prison break S4
» Prison Break RPG
» Problème de connexion (Dawn of War 2 en multijoueur)
» salon de Genève 2012 : Nouvelle Audi RS4 Avant break
» The Twilight Saga: Breaking Dawn Part 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mila Hanska :: 
Cody - Wyoming
 :: Sheridan Avenue :: Blue moon
-