.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 risible amour. (jasper)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: risible amour. (jasper)   Lun 13 Mar - 15:47


   
risible amour.
jasper et adrian

   
   
le soleil n'est même pas encore levé que adrian est déjà bel et bien réveillé. il n'a pas le choix de toute manière. il doit bien aller travailler. alors il s'est levé, difficilement. à l'aube, comme tous les jours. il ne commence qu'à neuf heures. mais à six heures il est bel et bien réveillé. prêt à aller courir. petit rituel. étape à laquelle il ne veut et ne peut déroger. vêtu d'un simple jogging et d'un sweat à capuche, baskets aux pieds, il quitte son logement. pas encore totalement éveillé, il se retrouve à courir. à petites foulées. pour ne pas commencer trop durement. il y va petit à petit. par étapes. une fois qu'il se sent un peu trop à l'aise à cette allure, il accélère. et il laisse ses jambes parcourir quelques kilomètres pendant à peu près une heure. le souffle court, ruisselant de transpiration, il s'arrête devant la porte d'entrée de son appartement. les yeux clos, un sourire étirant ses lèvres. il aime la sensation de son corps complètement vidé après un tel effort. sentir ses muscles complètement tendus, presque engourdis. et la sensation passe après une simple douche. question d'habitude. à neuf heures pile, il est sur son lieu de travail. opérationnel. il est collé à la réserve aujourd'hui. ça ne le dérange aucunement. il aura la paix au moins. il sera dans son coin à simplement ranger les arrivages dans un coin. vérifier les commandes. il passe sa journée là. son téléphone greffé à la main. il échange quelques messages avec jasper. son petit ami. bien que personne n'en soit au courant. ou presque personne. adrian, il lui propose de se retrouver sur une plaine où ils ont l'habitude d'aller depuis qu'ils sont gosses. un peu en dehors de la ville. calme. isolé même. il aime aller là-bas adrian. pour profiter de la vue. pour échapper au bruit de la ville. jasper accepte. adrian, il s'arrange avec son patron à midi pour pouvoir quitter son poste un peu plus tôt. histoire de pouvoir être à l'heure au rendez-vous fixé à dix-sept heures avec jasper. l'homme d'une petite quarantaine d'années accepte sans broncher. lui expliquant d'ailleurs qu'aujourd'hui, ils auraient sûrement pu tourner en effectif réduit.
sa journée terminée, il salue quelques collègues avant de se faire la malle. il ne va pas perdre de temps. sûrement pas aujourd'hui. il se presse même sur le chemin. par peur d'arriver en retard. il déteste ça adrian. il est ponctuel, enfin, il essaie réellement de l'être du moins. et aujourd'hui ne fera pas exception à la règle. même à pieds, il ne met qu'une petite vingtaine de minutes pour arriver sur les hauteurs de la plaine. là où ses yeux se posent directement sur une silhouette qu'il ne connait que trop bien. et il sourit adrian. comme un gosse. simplement heureux de revoir jasper. il s'approche, dans son dos. et lentement, ses bras se glissent autour du jeune homme, ses lèvres venant se poser contre la mâchoire de ce dernier. t'es arrivé depuis longtemps ? simple manière de savoir s'il l'attend ou non depuis un certain temps déjà. les bras d'adrian restent fermement autour de jasper. pas franchement décidé à le relâcher de si tôt. non, il veut profiter encore un peu. profiter de pouvoir le prendre dans ses bras à sa guise. parce que finalement, cet endroit, c'est l'un des rares où ils peuvent se comporter comme un couple. mais adrian, il sait que s'ils restent cachés, c'est parce que jasper n'ose pas encore assumer totalement sa sexualité. qu'il n'ose pas encore se dresser contre son père. alors il attend. mais adrian, c'est loin d'être le type le plus patient du coin. non, lui, c'est plutôt le gars qui veut tout avoir de suite. mais il fait des efforts. il essaie d'en faire du moins. il essaie de ne pas lui demander trop souvent des nouvelles quant à l'avancée du sujet. il essaie de ne pas s'énerver trop facilement à cause de ça. de ne pas se braquer bêtement. il fait tout ces efforts parce qu'il tient réellement à lui. simplement parce qu'il tient beaucoup trop à lui. il l'aime. depuis bien longtemps. depuis six ans maintenant. sûrement un peu plus d'ailleurs. il n'a jamais vraiment cherché à savoir à partir de quel moment il a commencé à le regarder réellement différemment. à ressentir une drôle de sensation quand son regard croisait le sien. à sourire bêtement en le voyant simplement arriver. t'as passé une bonne journée ? il finit par le relâcher. lui redonnant un semblant d'espace. alors qu'il s'assied au beau milieu de l'étendue d'herbe, levant légèrement le visage pour observer son petit ami. les yeux légèrement plissés à cause de soleil encore un peu trop présent.
   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Lun 13 Mar - 21:07

le temps semble passer trop lentement. tu regardes ton téléphone toute les cinq minutes. tu peux pas t'en empêcher. ton regard qui s'illumine quand tu vois le prénom d'adrian affiché sur l'écran. quelques messages dans la journée et un léger sourire ne quitte plus tes lèvres à partir du moment ou vous vous êtes donnés rendez-vous le soir même. ça te met de bonne humeur. parce que tu es toujours de bonne humeur quand tu dois voir adrian dans la journée. tu ne peux pas empêcher tes lèvres de se tordre en un grand sourire une bonne partie de la journée. ton père qui te demande pourquoi t'es de bonne humeur comme ça. s'il savait. si seulement il savait. je suis de bonne humeur parce que je dois voir mon mec ce soir. tu aimerais lui dire. le crier haut et fort. mais tu te retiens. parce que tu sais qu'il risque de s'énerver, de t'insulter et pourquoi pas de te frapper aussi. cela ne t'étonnerais même plus, tu le connais trop bien maintenant. et tu aimerais pouvoir t'opposer à lui, ouvrir ta bouche et lui balancer tout ce que tu penses de lui en pleine face. mais il faut croire que tu n'y arriveras jamais. lâche. c'est le mot qui convient pour décrire ton attitude face à ton père. tu fermes les yeux un moment alors que tu jettes un nouveau coup d'œil à l'heure. seize heures trente. parfait. tu inventes rapidement une excuse pour que ton père te fasse pas chier et tu récupères ton vélo pour te rendre à l'endroit ou vous vous retrouvez toujours avec adrian. la plaine. belle. majestueuse. le vent fouettant vos deux corps étroitement liés. juste lui. toi. et le silence de la nature. personne pour vous déranger. tu pédales rapidement, le vent dans tes mèches de cheveux alors que tu ne fais pas attention à rien. non. t'as juste terriblement envie de voir adrian, de le serrer dans tes bras et de l'embrasser. ça te fait chier toi aussi, de devoir vous cacher. mais c'est comme ça. tu ne mets que quelques minutes pour rejoindre la plaine et tu abandonnes ton vélo dans l'herbe alors que tu tournes ton regard vers cody. les bâtiments qui se dessinent à quelques centaines de mètres seulement. tu es perdu dans ta contemplation quand tu sens les mains d'adrian se glisser autour de toi et ses lèvres se poser sur ta mâchoire. « t'es arrivé depuis longtemps ? » ça te réconforte de sentir les bras de ton petit ami autour de toi, et tu viens glisser ta main contre la sienne, souriant comme un con. « cinq minutes maximum. » tu réponds simplement. il déteste être en retard. et tu le sais. tu ne le sais que trop bien. une légère bourrasque de vent fait voler tes cheveux contre ton front et tu caresses le dos de sa main du bout des doigts, distraitement. « t'as passé une bonne journée ? » tu hausses les épaules. question banale. il desserre son emprise sur toi et tu lui voles un baiser avant qu'il ne s'asseye dans l'herbe, son regard levé vers toi. tu viens t'asseoir dans l'herbe à ton tour, face à lui, entre ses genoux alors que tu glisses tes jambes de parts et d'autres de ses hanches. tu te rapproches autant que tu le peux de lui. « interminable. » tu soupires doucement. « mon père m'a prit la tête. comme d'hab' quoi. et toi, ta journée ? pas trop longue à la boutique ? » tu lui demandes doucement, te penchant en avant pour venir presser un baiser contre ses lèvres. doux. tendre. amoureux. tu ne t'es jamais senti aussi bien qu'en embrassant adrian. tu ne t'es jamais senti aussi fort que dans ses bras. il a ce pouvoir sur toi. de tout te faire oublier. les emmerdes. la vie. le monde autour de vous qui disparaît le temps de quelques minutes qui semblent des heures entières. et ce que tu préfères, c'est quand la nuit vous enveloppes, quand la lune est seul témoin de votre amour, le vrai, le fort, celui qui consume vos deux corps liés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Lun 13 Mar - 22:18


   
risible amour.
jasper et adrian

   
   
le programme de la journée est fait. en un simple échange de messages. le truc banal. adrian, il lui a simplement balancé une heure et un lieu de rendez-vous. accepté par son petit ami. le rendez-vous était fixé. de quoi rendre sa journée meilleure. la rendre interminable surtout. l'heure défilait à une vitesse lente. extrêmement lente. les minutes passaient tranquillement. les secondes se mêlant les unes aux autres. impatient. voilà l'état dans lequel il était adrian. trépignant quasiment dans son coin. n'attendant qu'une seule et unique chose. retrouver jasper. passer enfin un peu de temps ensemble. juste tous les deux. pouvoir agir comme bon leur semble. sans redouter un quelconque regard trop insistant. profiter de la tranquillité de la plaine pour enfin pouvoir se comporter comme un couple. hors de son logement. parce qu'en dehors de son logement, ils se s'embrassent pas réellement. ils ne se prennent pas dans leurs bras. rien de tout ça. parce qu'il ne faut pas être vu. personne ne doit savoir pour eux. parce que n'importe qui est susceptible de tout balancer au père de jasper. le petit ragot de la journée. il n'y a qu'une personne qui est au courant de tout ça. la sœur d'adrian. parce qu'elle les a pris sur le fait. et c'est la seule raison pour laquelle elle est au courant de leur histoire. mise dans la confidence. incluse dans un de leur plan aussi d'ailleurs. jouer la petite amie de jasper. rien que ça. il n'a pas hésité à dire oui adrian. parce que ça allait leur sauver la mise. que le père de jasper allait enfin le lâcher un peu. il s'est méfié un peu au début. pas de jasper. non, de sa sœur. il s'est juste assez souvent assuré que tout se passait bien. qu'elle ne ressentait rien de trop fort pour jasper. il manquerait plus qu'elle tombe amoureuse de lui.
il quitte son boulot. rapidement. pressé. ne voulant pas faire attendre jasper. il espère même arriver en premier d'ailleurs. sur le chemin, il marche d'un pas pressé. il aurait sûrement du prendre sa planche. il aurait été plus rapide. ça aurait été moins fatiguant aussi d'ailleurs. mais il n'y avait simplement pas pensé. cette sortie n'était franchement pas prévue quand il est partit de chez lui ce matin. le soleil tape doucement sur son crâne. il ne va pas s'en plaindre. il préfère nettement ce temps là. s'il pleuvait, il n'aurait même pas pensé à proposé cette sortie à son petit ami. non, il lui aurait sûrement simplement proposé de passer dans la soirée chez lui. histoire de passer un peu de temps ensemble. quelques heures. peut-être la nuit, s'il était chanceux. le jeune homme laisse ses pieds le conduire jusqu'à la plaine. chemin qu'il connait par cœur. depuis qu'il est assez grand pour se faufiler hors de la surveillance de ses parents. c'est son refuge ici. l'endroit où il venait s'amuser étant gosse. se ressourcer par la suite. il passait la plupart de son temps ici avec jasper justement. à profiter de la vue sur cody. aujourd'hui, cet endroit, c'est celui où ils se retrouvent pour être seuls. pour se retrouver simplement dans les bras l'un de l'autre au beau milieu de la journée. et tout ça au grand air.
il grimpe sur les hauteurs de la plaine. sans aucune difficulté. il y retrouve jasper. déjà fièrement debout devant lui. lui tournant le dos pour observer cody vu de là. adrian, il s'approche. se glisse derrière lui. silencieusement. comme un prédateur vers sa proie. ses bras se glissent autour de son petit ami. plaquant alors son torse contre le dos du jeune homme. et ses lèvres se posent sur sa mâchoire. tendre baiser. ses lèvres se posant à peine sur la peau de son petit ami. quelques mots s'échappent d'entre ses lèvres. et jasper ne tarde pas à lui répondre. sa main se glissant sur l'une des siennes. il mêle alors ses doigts aux siens. exerçant une simple pression. brève. juste suffisante pour qu'il le sente faire. son visage bouge de haut en bas. simple signe qu'il a bien entendu ses paroles. et un sourire fend toujours ses lèvres. désolé de t'avoir fais attendre. la question banale s'en suit. mais il s'y intéresse réellement. il veut vraiment savoir comment s'est passé sa journée. jasper lui vole un baiser, ça le fait marrer adrian. et ses fesses se retrouvent rapidement contre le sol. le visage incliné vers le haut pour observer son petit ami. petit ami qui s'installe en face de lui. ses jambes de chaque côté de son bassin, se rapprochant au maximum de lui. il le laisse faire adrian. ses mains venant simplement se poser sur ses hanches. son regard ancré dans celui du jeune homme en face de lui. tu devrais l'envoyer chier. une bonne fois pour toute. adrian, il hausse les épaules. parce que c'est ce qu'il aurait fais à sa place depuis bien longtemps. il n'aurait pas supporté le climat familial dans de telles circonstances. mais il sait aussi que jasper n'est pas encore prêt à le faire. son père est bien loin d'être le père de son petit ami. ma journée était longue, mais ça allait. c'était calme. les lèvres de son petit ami se pressent doucement sur les siennes. les yeux d'adrian se ferment assez rapidement. pour profiter de ce simple contact. baiser auquel il répond de suite. il ne peut en aucun cas refuser ce baiser. il se sent dans la bulle avec jasper. comme coupé du monde. il rompt le baiser, le souffle court. et son front vient simplement se poser contre celui de son petit ami. un sourire toujours bien présent sur les lèvres d'adrian. tu m'as manqué jas'. ses doigts viennent caresser doucement les hanches de son petit ami, ses pouces se hissant sous le vêtement du jeune homme. il ne tente rien de plus. il se contente de laisser ses doigts frôler sa peau. tranquillement. de simples caresses. comme des plumes.  
   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Lun 13 Mar - 23:10

tu as toujours aimé la vue sur cody. observer les maisons briser la ligne parfaite de l'horizon. la fumée qui s'échappe des cheminées en hiver alors que les foyers se réchauffent lentement grâce au bois récolté par le père ou par le fils. un sourire se dessine sur tes lèvres. tu entends sans mal les pas d'adrian derrière toi. mais tu ne bouges pas. profitant simplement de son étreinte alors que tu sens ses bras se glisser autour de toi et son torse contre ton dos. tes épaules se détendent doucement alors que ses lèvres pressent un léger baiser sur ta mâchoire. c'est pas assez. tu veux l'embrasser. tu veux sentir sa peau sous tes lèvres et tu veux sentir sa langue glisser contre la tienne. mais tu ne bouges pas. tu glisses ta main sur son bras. tu le laisses entremêler vos doigts, exercer une légère pression sur ta main. et tu peux pas t'empêcher de sourire. comme un con. parce que t'es heureux. parce que ton petit ami est tout contre toi et qu'il n'y a rien ni personne pour venir vous déranger. « désolé de t'avoir fais attendre. » tu ris un peu. tu t'en fiches. qu'il soit en avance ou à l'heure. qu'il soit en retard de cinq ou de quarante minutes. le plus important c'est qu'il soit la. contre toi. que tu puisses sentir son parfum chatouiller tes narines. c'est tout ce qui compte. rien d'autre que lui, lui, lui. il te demande comme s'est passé ta journée. banal. ennuyeuse. atrocement lente. tu pourrais trouver des millier d'adjectifs pour décrire une journée sans lui. parce qu'elles sont toutes affreusement lentes et dénudées de sens. tu lui voles un baiser. une légère pression contre ses lèvres. puis tu viens t'asseoir avec lui dans l'herbe, entre ses cuisses, tes jambes autour son propre corps. tu veux pas être loin de lui. tu parles de ton père. il t'a fait chier. comme d'habitude. tu soupires un peu. « tu devrais l'envoyer chier. une bonne fois pour toute. » tu secoues doucement la tête de gauche a droite. tu devrais. tu le sais. et pourtant tu en es totalement incapable. « je le ferrais. » que tu réponds toujours. tu comptes le faire. « un jour. » tu ne sais pas quand. tu es incapable de le dire précisément. quand tu auras trouvé le courage de t'opposer à ton père. quand tu auras mis assez d'argent de côté pour pouvoir louer un appartement. hors de question que tu te retrouves à la rue et si adrian doive t'heberger. même si vivre avec lui représente tout ce que tu as toujours voulu. surtout ces dernières années alors que la cohabitation avec le vieux devient de plus en plus compliquée. « ma journée était longue. mais ça allait. c'était calme. » tu hoches doucement la tête. tu viens presser un baiser contre ses lèvres. tu ne résistes plus à la tentation. non. elle est trop grande. un baiser échangé. ses lèvres qui y répondent tranquillement. tes mains dans sa nuque pour l'empêcher de partir. de s'éloigner. de t'abandonner. mais tu as besoin de respirer. faiblesse humaine. ton front contre le sien, tes mains sur son torse, les siennes sur tes hanches. un sourire sur tes lèvres. « tu m'as manqué jas' » tu souris un peu plus. à cause de ses mots. parce que les doigts d'adrian de sont doucement glissés sous ton haut. sa peau semble brûlante. et c'est une sensation toujours aussi délicieuse. tu soupires doucement. de bien être. tu pourrais passer des heures comme ça, juste à profiter de sa chaleur, de sa simple présence. « toi aussi tu m'as manqué. » tu n'es jamais aussi sincère que quand tu parles à adrian. « je t'aime. » tu rajoutes, un souffle, un murmure. par peur que le vent l'emporte et qu'il ne vienne atterrir chez la mauvaise personne. tes lèvres qui miment bien trop souvent ces trois syllabes. pour le faire sourire. parce qu'il n'y a que lui. il n'y a jamais eu que lui. une évidence. « j'ai dis à mon père que je le rejoignais en ville demain matin... » tu souffles, tes prunelles pétillantes. parce que les nuits passées au dehors de la ferme sont trop rare pour que tu ne les passent pas chez adrian. juste lui et toi. nus de préférence. mais tu peux te contenter de simplement serrer son corps contre le tien pour t'endormir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Mar 14 Mar - 15:06


   
risible amour.
jasper et adrian

   
   
cet endroit, il semble coupé du monde. à des années lumières de tous les soucis qui peuvent exister à cody. ici, il sont dans leur monde. rien d'autre. personne ne peut venir troubler leur tranquillité. hormis le vent. et quelques animaux. des oiseaux. ceux que adrian aime observer. suivre des yeux dans l'étendue bleue du ciel. jusqu'à les perdre de vue. les oiseaux, c'est la liberté. ceux qui parcourent le monde, sans se soucier de quoi que ce soit d'autre. suivant simplement les climats plus cléments. suffisamment malin pour éviter les catastrophes naturelles. si adrian croyait à la réincarnation, ça serait en oiseau qu'il aimerait revenir. sans aucun doute. mais pour le moment, il se contente de les observer. d'un oeil peu attentif. parce que jasper leur fait de la concurrence aujourd'hui. concurrence déloyale, il faut l'admettre. jasper, ça sera toujours celui qui aura toute l'attention d'adrian. en toute circonstance. ses yeux se posent d'eux-mêmes sur lui. sans même qu'il ne puisse réellement lutter. c'est perdu d'avance en fait. c'est comme deux aimants. toujours attirés l'un vers l'autre. deux amants. les corps qui ne peuvent de repousser. impossible. alors naturellement, adrian, il se retrouve dans un premier temps le torse collé au dos de son petit ami. les bras fermement enroulés autour de lui. leurs doigts mêlés. un sourire niais sur les lèvres. la joie de le retrouver, tout simplement. le bonheur de l'avoir enfin dans ses bras. de l'avoir juste pour lui. et rapidement, ils se retrouvent assis sur l'herbe. jasper venant se glisser entre les genoux d'adrian, lui faisant face. ne se lâchant pas du regard. dans le regard d'adrian, on y lit que de la tendresse. de l'amour aussi, évidement. rien d'autre. même quand le sujet passe sur le père de jasper. il ne veut pas le laisser gâcher ce moment. déjà qu'il réussit, sans même le savoir, à compliquer leur relation. c'est sûrement ça le pire. c'est que l'homme n'est au courant de rien. rien de ce qu'il se passe entre eux. et qu'il réussit déjà à venir s'immiscer entre eux de temps en temps. adrian, il s'est déjà imaginé ce qu'il se passerait s'il était au courant de tout. là. maintenant. il a imaginé des tas de trucs. des tonnes de scénarios possibles. plausibles. le fait qu'il empêche jasper de sortir, le menaçant de le mettre à la porte, ou des conneries du genre. des menaces quelconques à l'encontre d'adrian. il saurait même pas quoi faire adrian. ni quoi dire. parce que dans le fond, il ne veut pas que jasper perde tout contact avec son père. il n'en a qu'un de père. et ça pour toujours. lui, il aimerait que ça se passe bien. que l'homme accepte leur relation. mais adrian, il l'a déjà entendu parler des homosexuels. et il sait que ça ne pourra pas bien se passer. il comprend pas adrian. il comprend pas comment certaines personnes peuvent penser ainsi. comment le choix d'un partenaire du même sexe peut dégoûter à ce point. peut entraîner la volonté d'exclure une personne. au fond, y'a aucune différence. ils ne sont pas pour autant différents. jasper lui dit qu'il l'enverra chier, un jour. adrian, il hoche la tête. un jour. les mots s'échappent dans un souffle. il sait ce que ça veut dire adrian. il sait que jasper n'est simplement pas encore prêt. qu'il va falloir encore attendre. des semaines. des mois. des années. ça fait six ans. six ans déjà qu'ils se cachent. au début, c'était amusant. presque excitant. de se cacher de tout le monde. se retrouver en douce. mais après tout ce temps, ça l'ennuie plus qu'autre chose. il en a marre de se cacher. lui, il aimerait pouvoir se balader en ville avec jasper. main dans la main. s'afficher fièrement. pouvoir enfin avouer à ses parents que c'est lui qui est en couple avec jasper. pas sa sœur. mais adrian, il attend. parce qu'il ne se voit simplement pas sans jasper. il ne se voit avec quelqu'un d'autre que jasper surtout.
ses doigts se glissent sous le haut de jasper. pour caresser simplement sa peau. rien que ça. il ne tente rien d'autre. ses doigts parcourant avec légèreté son épiderme. savourant la douceur de sa peau sous ses doigts. ses lèvres s'étirent un peu plus en entendant la réponse de son petit ami. sa réponse puis les quelques mots suivant. adrian, il adore l'entendre lui dire qu'il l'aime. il sent toujours une drôle de sensation parcourir son corps. sans qu'il ne puisse le contrôler. alors l'une de ses mains remonte lentement jusqu'à se poser doucement sur la joue de jasper. je t'aime aussi. les mots s'envolent. portés par le vent. mais ils ne s'en iront pas bien loin. ils resteront ici. comme tous les autres. adrian, il n'a pas franchement l'habitude de dire ces fameux mots. il se sent jamais vraiment à l'aise. mais avec jasper, ça sort tout seul. naturellement. jasper, il reprend parole. assez rapidement. pour annoncer qu'il ne rentrera pas à la ferme ce soir. qu'il avait tout arrangé pour pouvoir passé le reste de la journée et de la nuit avec lui. il ne peut que sourire adrian. parce que pouvoir passer des nuits ensemble, c'est un luxe. réellement. ça ne se passe pas si souvent que ça. pas aussi souvent qu'ils le souhaiteraient surtout. bien souvent contraint à ne se voir que quelques heures par ci, quelques heures pas là. enfin une bonne nouvelle. il ne tarde pas à venir capturer les lèvres de jasper avec les siennes. un doux baiser. qu'il fait durer. sa main n'ayant toujours pas quitté sa joue. l'autre se décalant simplement sur son dos pour le serrer doucement contre lui. boo va être content de te revoir. il murmure ça contre ses lèvres avec un sourire amusé. parce qu'il imagine déjà boo courir partout dans le loft, à les suivre à la trace. comme il le fait toujours. d'ailleurs adrian s'imagine déjà l'état dans lequel il va retrouver le loft. laisser boo seul, c'est jamais une très bonne idée, mais il a rarement le choix adrian.
   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Mar 14 Mar - 19:47

parfois, tu aimerais que le temps s'arrête. juste lui. adrian. lui et toi. vous. c'est tout ce qui compte pour le moment. plus rien d'autre n'a d'importance. non. tu veux que ce moment ne s'arrête pas. tu veux pouvoir le prendre dans tes bras. l'embrasser. lui tenir la main sans jamais te priver de son corps près du tien. mais ça ne marche pas comme ça. non. toi tu peux pas avouer à tes parents que t'es gay. parce que ton père te foutrais sans doute dehors. et parfois tu envies adrian. d'avoir une famille si compréhensive. d'avoir un père qui est fier de lui. d'avoir des parents qui s'en fichent de savoir s'il aime les hommes ou les femmes. oui. tu l'envies. tu lui en veux aussi. c'est tellement simple pour lui. tellement plus simple. parce que toi aussi tu en as marre de te cacher. de ne pas pouvoir voir ton petit ami quand tu le souhaites sous prétexte qu'il est censé être ton meilleur ami et rien d'autre. tu retiens un soupir. tu viens t'asseoir contre adrian, en face de lui, tes mains sur son torse. parce que tu as toujours peur que ce moment ne soit pas réel. qu'il ne s'agisse que d'un rêve. une illusion. qu'il ne soit pas vraiment là. avec toi. mais il est là. et c'est tout ce qui compte. ses pouces qui tracent de léger cercles sur tes hanches. un délicieux frisson qui remonte le long de ta colonne vertébrale. et tu viens l'embrasser tendrement. tes lèvres contre les siennes. ça te fait tellement de bien. tu lui souffles que tu l'aimes. la vérité. ce qu'il se passe au fond de ton crâne. le seul sentiment dont tu es certain, c'est celui là. l'amour que tu lui portes. l'amour qui fait battre ton coeur. trop vite. trop fort. il n'y a quel lui qui arrive à faire ça. « je t'aime aussi. » ça te fait tellement de bien. de l'entendre dire ça. de l'entendre te dire qu'il t'aime. ça te fais encore un peu plus tomber amoureux de lui. sa main posée sur ta joue te réconforte, tu appuies un peu ton visage contre la paume de sa main et tu ronronnerais presque. si tu le pouvais. c'est tout le temps comme ça avec adrian. tu te sens terriblement bien. tu lui annonces que tu ne comptes pas rentrer a la ferme ce soir. non. t'as pas envie. tu veux passer du temps avec ton petit ami. tu ne veux pas qu'il pense que tu le délaisses. que tu ne l'aimes plus. non. t'as déjà mille scénario en tête. de comment peut de terminer la soirée. lui. toi. tu souris doucement. tu ne sais pas depuis combien de temps vous n'avez pas dormis ensemble. trop longtemps. et ton corps brûle de ne pas sentir la peau d'adrian contre la tienne. un manque que tu ne supportes plus. « enfin une bonne nouvelle. » oui. enfin. tu souris doucement. t'es niais. terriblement niais. mais t'es aussi terriblement amoureux. tu réponds doucement au baiser d'adrian quand ses lèvres de retrouvent sur les tiennes. sa main toujours sur ta joue et la seconde dans ton dos. tu te sens tellement bien. dans ses bras, en train de l'embrasser. tu réponds à son baiser. tu pourrais arrêter de respirer pour pouvoir éviter d'arrêter de l'embrasser. de toute manière, il n'y aurait pas meilleur façon de mourir à tes yeux. tes lèvres contre celle de ton petit ami. ce geste qui a tout déclenché il y a maintenant dix ans. un baiser. un simple baiser pendant une nuit qui est devenue si spéciale. « boo va être content de te revoir. » tu ris doucement alors que ses lèvres bougent contre les tiennes. tu reviens l'embrasser doucement. « ouai, mais je compte bien être tout à toi ce soir. plier au moindre de tes désirs ... » tu souffles doucement, tes mains appuyant contre son torse pour le faire basculer dans l'herbe. tu poses tes mains de autour de son visage et tu viens l'embrasser. encore et toujours. tu ne te lasses jamais de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Mar 14 Mar - 21:14


   
risible amour.
jasper et adrian

   
   
adrian, il a déjà pensé pas mal de fois au fait de pousser jasper à avouer sa sexualité auprès de sa famille. l'y contraindre. le mettre face à un quelconque dilemme. mais il s'est imaginé son petit ami se braquer. refuser. parce qu'il risque gros en faisant ça. se retrouver à la porte. en soit, ça serait sûrement le cadet de leurs soucis. parce que adrian, il l'accueillerait chez lui sans aucun souci. vivre ensemble, c'est un peu ce que recherche adrian. passer la majorité de leur temps ensemble. juste tous les deux. mais jasper, il refusera. pour le moment du moins. parce qu'il veut attendre. laisser les choses se faire tranquillement. patienter en espérant que la mentalité de son paternel change un peu. adrian, il n'a pas eu ce souci là. ses parents l'ont accepté. directement. parce que sa sexualité, ça ne change rien à leurs yeux. qu'il aime un homme ou une femme, ça ne change rien pour eux. un beau-fils. une belle-fille. c'est la même chose. la mère de famille, elle a au moins le stresse en moins de se crêper le chignon avec sa belle-fille. ça simplifie presque les choses au sein de la famille. parce que adrian, il n'a plus à se cacher. à hésiter avant de dire telle ou telle chose. éviter de dire des choses qui pourraient causer un quelconque malaise. malaise que lui seul ressentirait, évidement. il se sent mieux depuis qu'il a tout avoué. plus léger. plus libre aussi d'ailleurs. il est enfin lui-même. vraiment lui-même. le seul truc qu'il doit surveiller, c'est ce qu'il dit. veiller à ne pas trop en dire. à ne pas laisser échapper les mauvaises paroles comme réponse à certaines questions. quand on lui demande si il a enfin trouvé un petit ami par exemple. le prénom de jasper ne doit pas franchir ses lèvres. pourtant, il rêve de pouvoir crier au monde entier qu'ils sont ensemble. mais il se retient. et balance finalement qu'il est célibataire. il ne s'attarde jamais sur la question. alors les autres pensent qu'il vit simplement mal son célibat. si seulement ils savaient. adrian, il n'est plus célibataire depuis longtemps. depuis six ans maintenant. même si avant ça, il aurait simplement dit que c'était compliqué. pas franchement clair. parce qu'avec jasper, il y avait déjà quelques dérapages. un baiser à quatorze ans. une première fois à leurs seize ans. mais il leur a fallu un certain temps avant de mettre les choses au clair. se dire que finalement, ce n'était pas juste des dérapages. que chacune de ces choses, ils les souhaitaient réellement. qu'il fallait enfin arrêter de se voiler la face. parce que ça ne servait plus à rien au final.
adrian et jasper, ils se retrouvent seuls sur la plaine. dans les bras l'un de l'autre. leurs corps quasiment collés l'un à l'autre. comme souvent. parce qu'ils rattrapent le temps perdu. s'avouent une énième fois ce qu'ils ressentent l'un pour l'autre. parce qu'ils n'ont pas vraiment l'occasion de le faire aussi souvent qu'ils le voudraient. aussi souvent qu'ils le devraient. les mains d'adrian profitent du contact de la peau de jasper. l'une de ses mains sur sa joue, l'autre sur son dos. pour le garder contre lui. le visage du jeune homme se presse contre la main d'adrian. et leurs lèvres ne tardent pas à se retrouver l'une contre l'autre. un tendre baiser. leurs lèvres se trouvent, se retrouvent. mais le baiser ne dure pas bien longtemps. parce que adrian, il ne tarde pas à prendre parole. parler de boo. son chiot. une calamité ce chiot. pot de colle. mais un amour. une boule d'amour. adrian, il ne se voit plus vraiment vivre sans lui. vivre seul, réellement, il ne sait pas s'il le pourrait. il s'ennuierait. certainement. il n'aurait personne à l'attendre quand il rentrerait du boulot. et jasper, il reprend parole. il lui répond. plus ou moins. il lui fait quasiment une sorte de promesse. le jeune homme, il sent les mains de jasper appuyer doucement sur son torse. adrian, il se laisse retomber. doucement. ça promet alors. il sourit en coin. un sourire plein de malice. adrian, il reste couché sur le dos, le visage incliné pour observer minutieusement son petit ami. les lèvres de jasper venant se reposer sur les siennes. adrian, il laisse ses mains se glisser sur le dos de son petit ami pour le faire se coucher sur lui. totalement. et une fois qu'il est bel et bien installé, il glisse ses mains sous son haut, le lui caressant de bas en haut. les yeux clos, il prolonge le baiser, laissant finalement sa langue venir se frayer un chemin jusqu'à celle de son petit ami. les laissant se mêler l'une à l'autre. dans une danse sensuelle. baiser qui dure. un certain temps. jusqu'à ce que son souffle se fasse trop court. jusqu'à ce que la nature le pousse à rompre le baiser. pour reprendre son souffle. le temps de retrouver une respiration correcte. tu me dis quand tu veux rentrer. il prononce ça en rouvrant les yeux. son visage à quelques centimètres de celui du jeune canterbury. et finalement, il bascule pour se retrouver sur jasper, prenant appuis sur ses avant-bras, de chaque côté du visage de son petit ami, pour ne pas l'écraser de tout son poids. c'est mieux comme ça. il rit doucement. avant de venir déposer quelques baisers sur son visage. ses joues, son menton, évitant soigneusement ses lèvres. et finalement, il s'abaisse légèrement pour embrasser la ligne de sa mâchoire, jusqu'à la zone juste en-dessous de son oreille. un sourire ne quittant pas ses lèvres. il adore faire ça adrian. embrasser ainsi son petit ami. laisser ses lèvres parcourir sa peau. provoquer, en quelque sorte, jasper. ça l'amuse. c'est sûrement pour ça qu'il le fait si souvent.
   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Mar 14 Mar - 22:03

c'est parfait. tellement parfait que tu en oublies tout. la vie. ton père. roman. la ferme. tu ne penses plus à rien. juste à la douceur des baisers d'adrian. à son amour aussi. parce qu'il te fait vivre, son amour. depuis six ans maintenant, tu es tout bonnement incapable de le regarder sans que ton coeur batte plus vite, sans que ton regard reste fixé sur ses lèvres, ses yeux, les traits de son visage que tu connais par coeur. et tu ne regrettes pas. de l'avoir embrassé gamin. d'avoir couché avec lui ado. d'avoir laissé planer ce doute de trop longues années. parce que maintenant, tu es heureux. oui. tu oses le dire. avec adrian, tu es heureux. cette sensation que tous le monde cherche. désespérément. toi tu l'as trouvée. dans les bras de ton petit ami, ses lèvres pressant doucement contre les tiennes. c'est parfait. le paradis. vous êtes loin de tout et si proche l'un de l'autre. tu comptes ces moments précieux. tu voudrais ne jamais les oublier. mais ça arrivera. un jour. la mémoire qui te fera défaut. et ce jour te fait peur. celui ou tu ne seras plus capable de te souvenir combien tu l'aimes. tu fermes les yeux un moment, tu éloignes des pensées de ton esprit. et tu lui murmures que ce soir, tu plieras face à lui. une promesse chuchotée. comme deux enfants qui s'apprêtent à faire une bêtise. « ça promet alors. » tu ris un peu. tu viens poser tes mains sur son torse, le poussant dans l'herbe. toi au-dessus de lui. un énième baiser. tu cèdes facilement quand les mains d'adrian glissent dans ton dos et te forcent presque à terminer allongé contre lui. ton corps collé au siens. sa main sous ton haut. la pulpe de ses doigts le long de ton dos. un frisson de délice qui s'empare de toi. tu le laisses prolonger votre baiser. sa langue contre la tienne. tu gémirais presque tellement cette sensation t'as manquée ces derniers temps. le souffle te manque. tu le laisses se détacher doucement de toi, tu colles ton front contre le sien, une de tes mains caressant distraitement sa joue, retraçant sa mâchoire. « tu me dis quand tu veux rentrer. » tu hoches doucement la tête. « il fait encore jour. autant en profiter. » tu souffles. t'as hâte de rentrer avec lui, mais t'es bien la. t'as pas envie de bouger. t'as la flemme surtout. adrian, il bascule sans difficulté. inversant vos positions. son corps surplombant le tien. ses avant-bras de part et d'autre de ton visage. tu souris. niaisement. il est tellement proche de toi que vos souffles se mêlent. tes mains prennent place sur ses épaules, glissant doucement dans son dos. « c'est mieux comme ça. » tu ne peux pas t'empêcher de rire avec lui. puis il vient déposer quelques baisers sur ton visage. il évite tes lèvres. il le fait exprès. tu le sais. et tu le détestes tout autant que tu l'aimes quand il fait ça. il trace une ligne de baisers le long de ta mâchoire jusqu'à ton oreille. et un faible soupir de plaisir s'échappe de tes lèvres. il sait. il sait comment ta peau est sensible à cet endroit-là. il est le seul à le savoir et cette simple pensée te tires un faible gémissement. tes mains glissent dans son dos. tendrement. elles glissent sous son haut et tu viens caresser son torse, laissant tes doigts effleurer ses côtes, se promener sur ses pectoraux avant de finalement glisser dans le creux de ses reins puis sur ses fesses. presque innocemment. presque. tu souris doucement, venant déposer un baiser sur sa joue, laissant tes lèvres glisser sur sa mâchoire. « tu t'es rasé ce matin ? » tu demandes en souriant, sa peau lisse contre tes lèvres. tu aimes ça. tu le préfères comme ça. tu viens déposer un baiser sur le coin de ses lèvres, avant de laisser ta tête retomber contre le sol en souriant toujours. comme un con. parce que t'es amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Mer 15 Mar - 16:28

entre jasper et adrian, ça a toujours été comme une évidence. les choses se sont faites d'elles-mêmes. meilleurs amis au début. cul et chemise même. jamais l'un sans l'autre. eux-deux contre le reste du monde en fin de compte. et au fil du temps, y'a des petites choses qui ont commencés à clocher. le fait qu'ils dorment ensemble un peu trop souvent. et ça malgré leur âge. le fait que les pensées d'adrian dérivaient souvent quand ils se retrouvaient si proches. lui, il se voyait l'embrasser. laisser ses mains encore inexpérimentées parcourir le corps de jasper. pensées refoulées. pendant un temps au moins. avant que leurs lèvres ne se rencontrent pour la première fois. avant ce premier baiser dont adrian se souvient encore clairement. adrian, il se souvient de chacune des paroles qu'ils ont prononcés ce soir là. de chaque murmure qui venait combler le silence qui régnait dans la chambre. et il se souvient surtout de la sensation qui avait traversé son corps quand ses lèvres avaient enfin trouvées celles de son meilleur ami. la première seconde, c'était bizarre. et puis, il s'est laissé aller. il s'est laissé aller à cette douce sensation. et ses mains ont caressées le corps d'un homme pour la première fois ce soir là. des caresses innocentes. ou presque.  jasper, au final, c'est clairement son pilier. meilleur ami. premier baiser. première fois. premier petit ami. ils y sont allés par étape. des étapes qui n'ont pas forcément été classées dans le bon ordre, mais ils s'en foutent pas mal eux-deux. parce que ça les a conduit là où ils sont aujourd'hui. ça leur a permis d'être en couple à l'heure actuelle. alors ces années de doute. ces non-dits permanents. ces regards essayant de se faire discret. au final, tout ça, c'était nécessaire. alors adrian, il ne regrette rien. il n'est pas du genre à regretter grand choses non plus d'ailleurs. il assume ce qu'il fait. en général. sauf cette nuit. trop ivre. quand ils ont franchis un nouveau cap. là, il n'a pas osé en parler. parce qu'il n'aurait même pas su quoi dire.
et jasper, il lui promet de se plier face à lui ce soir. chuchotement que adrian a bien entendu. il ne pouvait passer à côté d'une telle promesse. il lui promet de chaudes retrouvailles. alors adrian, il ne peut que saluer ce choix. et ça fait marrer jasper. un jasper qui prend les choses en main. qui prend le contrôle de la situation en faisant basculer adrian dans l'herbe. le dos contre le sol. son petit ami rapidement allongé sur lui. ses doigts venant parcourir son dos. lentement. avec douceur. parce que ouais, malgré les apparences, adrian, avec jasper, il est doux. toujours. adrian, il aime prendre soin de son petit ami. dans tous les sens du terme. il aime voir un sourire venir étirer ses lèvres. entendre son rire résonner dans ses oreilles. il aime le voir heureux. rayonnant. alors il lui offre tout ce qu'il a adrian. son amour. son cœur. son corps. pour le moment, il se contente de lui offrir un baiser. un vrai baiser. de ceux qui retournent l'estomac. ceux qui puent l'amour et la sincérité. il le lui offre, jusqu'à ce que son manque d'air le contraigne à rompre ce contact. et dès que le baiser se termine, adrian, il sent la main de jasper venir retracer la ligne de sa mâchoire. il le laisse faire. sans broncher. adrian, il aime sentir les mains de son petit ami sur sa peau. c'est rassurant comme contact. apaisant. ça lui fait tout oublier. ça le conforte un peu plus dans sa bulle. dans leur bulle. comme tu veux. adrian, il n'est pas plus motivé que ça à rentrer. il n'est surtout pas motivé à bouger de là. ils sont bien là. tous les deux. leurs corps pressés l'un contre l'autre. leurs lèvres se retrouvant quand bon leur semble. à se déclarer leur amour avec pour seul témoin le vent. personne ne vient les déranger là. personne ne risque de briser leur secret ici. adrian, il bascule. venant glisser son corps au-dessus de celui de jasper. sans pour autant l'écraser. alors il prend appuis sur ses avant-bras. son visage à quelques centimètres de celui du jeune homme. un sourire étirant la commissure de ses lèvres alors que les mains de son petit ami passent de ses épaules à son dos. et adrian, il s'amuse. ses lèvres venant parsemer le visage de jasper de baisers. plus ou moins appuyés. mais il évite ses lèvres. et termine par laisser ses lèvres suivre la ligne de sa mâchoire jusqu'à la zone située juste sous son oreille. adrian, il sait que cette zone est sensible chez son petit ami. et c'est alors sans grande surprise qu'il entend un faible gémissement franchir les lèvres de jasper. ça le fait sourire un peu plus adrian. fier de lui. fier de constater qu'il peut encore, avec de simple baisers sur son visage, déclencher de telles réactions chez lui. le jeune mills sent finalement les mains de son petit ami se glisser sous son haut. le simple contact entre les mains du jeune homme et sa peau, lui arrachant un frisson. ses mains passant de son dos à ses côtes avant de passer par ses pectoraux. il profite de ce contact. des douces caresses généreusement offertes. il n'a même pas le temps de vraiment réagir que les mains de jasper se retrouvent sur ses fesses. chose qui arrache un petit rire à adrian. mais il ne bouge pas ses mains. elles sont très bien là où elles sont après tout. et les lèvres du garçon désormais couché sur l'herbe se retrouvent contre la mâchoire d'adrian. jasper, il remarque de suite qu'il s'est rasé. sa peau devant vraisemblablement être bien trop douce contre ses lèvres. mais adrian, il sait que le jeune homme le préfère ainsi. il le connait quasiment par cœur en fait. ouais. je sais que tu préfères comme ça. alors je fais des efforts. il murmure ces mots. parce qu'il ne veut pas briser le moment. comme s'il craignait que tout ne soit qu'un rêve. qu'en parlant trop fort, il se réveille. que tout s'envole. adrian, il reste au-dessus de son petit ami, venant appuyer un peu plus son buste contre le sien. ses lèvres effleurant celles de jasper. sans pour autant réellement l'embrasser. laissant simplement leurs souffles se mêler. et il laisse finalement certains de ses doigts venir jouer avec ses cheveux. tirant très légèrement dessus. sans pour autant lui faire mal. j'aime bien quand tu as les cheveux comme ça. je peux passer ma main dedans. il parle presque pour lui-même là. son regard pourtant bien ancré dans celui de son petit ami. il se perd dans ses yeux. bien trop rapidement. bien trop facilement. bien trop souvent aussi d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Mer 15 Mar - 20:28

ça te paraissait tellement compliqué à l'époque. et ça te paraît tellement plus simple maintenant. aimer adrian. t'arrivais pas quand t'étais ado. t'arrivais pas à te dire que t'avais envie d'embrasser ton meilleur ami. de le toucher. de découvrir tout un tas de trucs avec lui. tu ne savais même pas quoi. tu n'avais aucune foutues idées de ce pouvait être le sexe. et encore moins avec un homme. mais tu voulais le découvrir. avec adrian. t'étais incapable d'expliquer pourquoi. pourquoi les hommes et pas les femmes. pourquoi lui et pas un autre. pourquoi ton meilleur ami et pas un parfait inconnu qui vient de nul part. t'en as foutrement aucune idées. mais ça te paraît tellement plus facile aujourd'hui. l'amour. l'affection que tu lui portes. tout te semble naturel. la manière dans vos lèvres se rencontrent, celle dont vos doigts se lient quand il te fait tendrement l'amour, son corps pressé contre le tien alors que tu l'observes dormir la nuit. tout cela te semble tellement ... spontané. tu ne réfléchis pas. tu agis. sans savoir pourquoi, sans chercher à savoir pourquoi. tout simplement parce qu'adrian, il est parfait. tu l'aimes beaucoup trop. sans doute trop même. mais tu ne peux pas t'en empêcher. de sourire quand il te rejoint sur la plaine, quand il t'enlace et que ses doigts se mêlent aux tiens, quand tu viens t'asseoir face à lui et que tu lui promets d'être tout à lui ce soir. non. tu ne peux pas t'empêcher de l'aimer beaucoup trop fort. tu le fais tomber dans l'herbe et tu viens t'allonger sur lui, doucement, la chaleur de son corps contre le tien. vos baisers. tendres. doux. des sourires discrets. ça vous suffit. ça t'as toujours suffit à toi. sa simple présence qui te rend heureux. qui fais naître un sourire sur tes lèvres. un sourire un peu trop présent la plupart du temps. et tu t'en fous. si ça paraît suspect. si les gens se posent des questions. toi tu l'aimes. t'es heureux. et tant pis si ça plait pas au autres. tu te sens bien avec adrian. terriblement bien. et tu t'abandonnes à lui. tu lâches prises. tu le laisses sans mal prendre le dessus et venir s'allonger sur toi. encore plus quand il t'offre ce baiser. celui qui te fait frissonner, qui fait battre ton coeur plus vite et plus fort. ce baiser sincère, tendre, celui qui te retourne l'estomac. et tant pis si ta gorge te brûle. tant pis si tu peu plus respirer. ton corps te hurle de te détacher de ses lèvres, mais tu peux pas. t'y arrives pas. t'en ai incapable. pourtant, tu le laisses s'éloigner un peu de toi. pour reprendre ton souffle. pour qu'il reprenne le sien. doucement. puis il vient poser ses lèvres sur ton visage. sur ta peau. et cette simple caresse te fais sourire un peu plus. parce que tu l'aimes de trop. il trace un chemin de baisers sur ta mâchoire, jusqu'à cette zone sous ton oreille qui est tellement sensible. et tu gémis. faiblement. un simple soupir de plaisir qui franchit tes lèvres. il te connaît tellement bien. il sait exactement ou t'embrasser, comment te faire gémir ou te faire soupirer de plaisir. il connaît tellement bien ton corps. et tu connais le sien sur le bout des doigts, c'est pour ça que tu viens glisser sans gène tes mains dans son dos et sur son torse, pour finalement se poser sur ses fesses sans honte. tes doigts qui pianotes doucement sa peau au travers de son pantalon. tu viens embrasser sa mâchoire, tes lèvres glissants contre sa peau douce. tu lui demandes en murmurant s'il s'est rasé ce matin. « ouai. je sais que tu préfères comme ça. alors je fais des efforts. » tu souris. tu l'aimes tellement. pour toute ces petites attentions. parce qu'il pense a toi. tout le temps. et que ça te plait. parce que toi aussi tu penses tout le temps à lui. tu peux pas penser à quelqu'un d'autre que lui. il prend encore plus de place dans ton esprit quand ses doigts glissent dans tes cheveux, tirant un peu sur tes mèches presque blondes. t'aimes pas qu'on te dises que t'es blond. « j'aime bien quand tu as les cheveux comme ça. je peux passer ma main dedans. » tu ris un peu. tu le laisses glisser ses doigts dans tes cheveux. tu aimes bien cette sensation. tu fermes les yeux et tu souris doucement. « t'es tellement romantique. » tu murmures. tes mains glissent dans son dos, tu viens tracer des petits cercles sur le haut de ses épaules, dessinant des arabesques imaginaires du bout des doigts. « je voulais les couper bientôt. ils me gênent quand je bosse et puis la dernière fois j'ai dû les attacher ... » tu rigoles. parce que même ta mère s'est foutue de ta gueule en voyant tes mèches rattachées ensembles. « tu sais quoi ? » un souffle. un murmure, tes mains dans son dos de nouveau, massant doucement sa peau. « je t'aime. » t'as jamais été comme ça. avance personne. hormis adrian.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Mer 15 Mar - 22:46

le corps des hommes, il l'a découvert avec jasper. et c'est de loin la seule personne avec laquelle il voulait découvrir tout cela. parce qu'il était en confiance avec lui. meilleur ami avant tout. et l'attirance qu'il ressentait pour lui était indéniable. depuis toujours. même s'il a eu du mal à s'en rendre compte. à l'affirmer aussi d'ailleurs. parce que cette pensée l'a perturbé. penser qu'il puisse ressentir de telles choses pour un garçon. pour son meilleur ami en plus de tout ça. il savait pas comment réagir. il ne savait même pas quoi penser de tout ça. ce genre de relation, c'est pas commun. c'est pas la majorité. c'est qu'une minorité des relations dans le monde. les homosexuels, ce ne sont qu'une minorité sexuelle. lésée en plus de tout ça. minorité mise de côté pendant bien longtemps. discriminé à longueur de temps aussi d'ailleurs. adrian, c'est ça qui l'a la plus dissuadé d'en parler. parce qu'il avait peur que ça influence bien trop sa vie professionnelle par exemple. ou ses relations sociales. qu'on le mette de côté. qu'on le range dans une case. à l'écart de tout le reste. mais adrian, il fait en sorte que les gens qui ne le connaisse pas, ne se doute en rien de son orientation sexuelle. après tout ça ne regarde que lui. et ses proches. personne d'autre. alors adrian, il s'est déjà retrouvé dans de drôles de situations. se faire draguer par une fille par exemple. ça le faisait marrer adrian. ces filles, elles étaient souvent mignonnes. mais rien de plus. ils discutaient. mais il ne pouvait lui donner plus. l'embrasser, peut-être. dans un quelconque délire. mais plus qu'un simple baiser, c'est impossible. biologiquement, rien ne suivrait. parce que les courbes féminines, ça ne l'attire pas vraiment. le corps d'une femme, c'est beau. jamais il ne dira le contraire. ça porte la vie déjà. mais il ne trouve rien de réellement attirant. il préfère largement des pectoraux un minimum développé à une poitrine généreuse. il n'y a même pas de comparaison possible. le choix est vite fais. trop vite fais. le seule chose qu'il pourrait apprécier chez une personne du sexe opposé, ça serait sûrement la douceur dont les femmes peuvent faire preuve. parce que les hommes, ils ne sont pas franchement connus pour leur douceur. pas la majorité d'entre eux du moins. mais y'a jasper. et jasper, il est doux avec adrian. ses mains se retrouvent assez facilement à caresser la peau du jeune homme. comme une plume. et ça lui plaît à adrian. ça lui plaît aussi de voir que de temps en temps, ça change totalement. qu'il puisse ressentir la poigne de jasper sur son corps. toute sa force. sous la passion. quand il le sert dans ses bras. fermement. c'est réconfortant ça. il se sent en sécurité dans les bras de jasper.
adrian, il aime jasper. d'un amour fort. pure. il l'aime comme il n'a jamais aimé personne d'autre. jamais personne d'autre. il ne contrôle aucun de ses ressentis avec jasper. son cœur agit et guide ses actions avant même que son cerveau ne soit intervenu. il se laisse guider par ses sentiments. à chaque fois. par l'amour qu'il lui porte. c'est ça le plus dur. parce qu'il ne peut pas le contrôler. jamais. surtout pas ses yeux qui brillent un peu trop en l'observant. ni les battements de son cœur qui se font plus rapides en sa présence. et il a peur qu'on finisse par s'en rendre compte. que les gens qui sont avec eux, quand ils sont en public, finissent par se rendre compte qu'ils ne se regardent pas comme ils le devraient. qu'il y a une étincelle en plus. des sourires un peu trop présents. heureusement, pour le moment, ils sont seuls. alors ils peuvent se laisser aller pour ces retrouvailles tant attendues. leurs corps se retrouvent. se pressent l'un contre l'autre. leurs lèvres se redécouvrent. et leurs mains parcourent timidement le corps de l'autre. tout se fait naturellement. comme si c'était le déroulement normal des choses. comme si tout devait se passer exactement comme ça. adrian, il se retrouve sur jasper. en un mouvement de bassin, il a retourné la situation. et ses lèvres parcourent le visage de son petit ami. lui décrochant un léger gémissement. adrian, il aime entendre ces sons franchir les lèvres de jasper. il aime savoir que ce qu'il lui fait lui plaît. à tel point qu'il ne peut pas vraiment contrôler les réactions de son corps. et les doigts de jasper se retrouvent sur les fesses d'adrian. à pianoter doucement. alors il sourire adrian. tout simplement. profitant de la présence de ses mains sur son corps. et rapidement, le sujet dérive. sur la barbe non existante d'adrian. parce qu'il s'est rasé. juste pour faire plaisir à jasper. il aime faire preuve de petites attentions, pour lui faire comprendre, par de simples gestes, qu'il l'aime. tout simplement. il n'a pas besoin de lui en faire part. de prendre parole. adrian, il pense toujours à jasper. jasper, il est toujours dans un coin de sa tête. pensée constante. pensée troublante. pensée qui rend ses journées légères surtout. qui vient lui rendre le sourire, en toute circonstance.
adrian, il laisse ses doigts se perdre dans les cheveux de son petit ami, tirant doucement dessus. il aime ça. il aime pouvoir passer sa main dans ses cheveux. sa tignasse blonde. bien que jasper refuse d'admettre qu'il soit blond. il se marre quand il entend son petit ami lui dire qu'il est romantique. il le regarde dans les yeux. fixement. restant bien au-dessus de lui. son corps pressé contre le sien. le sien prenant surtout appuis sur celui de jasper. c'est pas nouveau ça. et il plante un baiser sur le coin de ses lèvres. son visage venant ensuite se nicher das le cou du jeune homme, son souffle heurtant doucement sa peau. les mains de jasper viennent remonter sur les épaules de adrian. pour dessiner quelques motifs, d'un air distrait. il hausse les épaules en entendant jasper lui dire qu'il pense les couper. il n'est pas convaincu adrian. mais si ça le dérange, c'est sûrement mieux au fond. moi j'aime bien quand ils sont comme ça. et puis si tu peux les attacher, tu pourras demander à ta mère de te coiffer. il se moque. gentiment. avec un sourire au bord des lèvres. pour montrer qu'il plaisante. quand le jeune homme lui pose la question, il se contente de remuer la tête, de gauche à droite. son regard ne quittant pas le sien. ses doigts jouant toujours avec quelques mèches de ses cheveux. et il reprend parole. dans un murmure. pour lui dire qu'il l'aime. et un sourire niais étire ses lèvres. il ne peut l'empêcher d'apparaître. il ne le contrôle simplement pas. (64) j'aime beaucoup trop t'entendre dire ça. tu peux répéter pour voir ? et il sourit. comme pour essayer de le convaincre de le faire. ses lèvres venant s'accaparer un bref instant des lèvres de son petit ami. un bref baiser. mais un doux baiser avant tout. adrian, il finit par se redresser. simplement pour se mettre à califourchon sur jasper. ses jambes de chaque côté du bassin de son petit ami. ses mains se posant finalement au niveau de ses abdos. ses doigts glissant sous son haut pour caresser doucement sa peau. retraçant le contour de ses muscles. son regard ne quitte pas le visage de son petit ami. le détaillant minutieusement. t'es beau. il murmure ces mots. comme sur le ton de la confidence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Jeu 16 Mar - 21:43

tu te sens tellement bien avec adrian. tout te paraît plus simple. instinctif. comme si tout était normal. ça l'est. parce que tout est normal. tout est parfaitement normal. toi dans ses bras. tu le fais tomber dans l'herbe, il t'embrasse et c'est tellement facile de répondre a son baiser, de le laisser te faire tomber dans l'herbe et venir recouvrir ton corps avec le sien. tes mains dans son dos. c'est naturel. tellement naturel. tu aimes ses baisers. tu aimes sentir ses lèvres contre les tiennes. depuis toutes ses années. tu ne t'en lasses pas. non. jamais. et tu ne t'en lasseras sans doute jamais. tu l'espères. au fond tu espères réellement que ça va durer. lui et toi. vous. tu n'as pas envie que ça s'arrête. tu n'as pas envie de le voir partir avec un autre. tu ne supporterais pas de le voir avec un autre mec, de le voir l'embrasser, être tendre avec lui comme il l'est avec toi. tu fermes les yeux un moment. tu profites de ses baisers, des légères caressent de ses mains sur ta peau. et tu explores son corps du bout des doigts. son dos. son torse. son ventre. tu glisses tes mains sur ses fesses, innocemment, appréciant simplement leur forme. tu lui dis qu'il est romantique. tu souris doucement, tu l'embrasses rapidement. « c'est pas nouveau ça. » tu pouffes un peu. c'est vrai. il a toujours été comme ça. et ça t'as toujours fait fondre. parce que tu ne lui résistes pas. jamais. tu dessines des arabesques imaginaires sur ses épaules. du bout des doigts. puis le sujet devient banal. il s'est rasé. tes cheveux sont trop longs. tu penses les couper. tu ris un peu. « moi j'aime bien quand ils sont comme ça. et puis si tu peux les attacher, tu pourras demander à ta mère de te coiffer. » tu lèves les yeux au ciel. tu viens pincer ses hanches. doucement. pour le punir. la pulpe de tes doigts qui effleure ses côtes. « tu parles. c'est toi qui me coiffera. après qu'on ait fait l'amour. parce que je serais tout décoiffé. et il faudra pas que ça se voit ... alors tu me coiffera. » tu souffles, en laissant tes mains glisser sur son torse. lentement, effleurent sa peau, appuyant a d'autre endroits, tes ongles effleurant l'épiderme fragile. tu viens lui souffler que tu l'aimes. doucement. tendrement. « j'aime beaucoup trop t'entendre dire ça. tu peux répéter pour voir. » tu ris un peu. glissant une main sur sa joue alors qu'il presse un baiser sur tes lèvres. « je t'aime. » tu murmures contre ses lèvres. tendrement. amoureusement. tu le laisses quitter tes lèvres et se redresser. tu l'observes. à califourchon sur tes hanches. le soleil couchant qui éclaire son corps. tu te mordilles doucement la lèvre. tu frissonnes quand ses mains se frayent un chemin sous ton haut pour retracer tes muscles. t'es pas si musclé que ça, tu fais pas beaucoup de sport. mais le travail à la ferme a tout de même dessiné ton torse. « t'es beau. » tu souris comme un con. comme d'habitude. « toi aussi. t'es magnifique. » tu murmures, tes mains caressant ses hanches du bout des doigts. tu te redresses. tes mains dans son dos. tu le gardes sur tes cuisses. contre toi. tu traces une ligne de baiser dans son cou, jusqu'à son oreille. « j'ai très envie de toi. » tu glisses contre sa peau. continuant d'embrasser sa mâchoire et son cou, tes mains caressant son dos. tu respires son odeur. son parfum. tu pourrais t'en intoxiquer. tu frottes ton nez contre l'arrête de sa mâchoire. « dit, tu me donneras un de tes t-shirt ? comme ça j'aurais ton odeur avec moi à la ferme. » t'es niais. affreusement romantique. mais t'y peux pas grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Sam 18 Mar - 17:23

adrian, c'est pas franchement le type qui préparera un repas au chandelle pour un quelconque anniversaire. ni même celui qui invitera l'élu de son cœur au restaurant une fois par semaine. parce que dans le fond, ça ne lui viendrait même pas vraiment en tête. il trouverait ça ringard s'il y pensait de toute manière. mais il sait être romantique, à sa manière. en faisant preuve de quelques petites attentions. au quotidien. des petits gestes par ci et par là. comme si de rien était. parce qu'avec jasper, il essaie de faire attention à ce qu'il fait. ce qu'il dit. du moins, il le faisait réellement au début de leur relation. quand c'était censé être plus fragile. plus hésitant. parce qu'ils ne savaient pas réellement quoi faire. quoi dire. encore à moitié entre l'amitié et l'amour. à ne pas savoir sur quel pied danser. adrian, ça lui arrive de repenser à cette période. il se marre de temps en temps en y repensant. revoyant la maladresse évidente dont l'un et l'autre faisait preuve. c'était mignon. rappelant un peu la maladresse des enfants. ceux à qui on ne peut pas en vouloir. jamais. c'était pas simple au début et ça ne l'est toujours pas à vrai dire. c'était comme si il y avait toujours quelque chose pour venir les empêcher d'être totalement ensemble. ça se simplifie un peu avec le temps. maintenant, il n'y a plus l'appréhension de briser une amitié avec une histoire ratée. mais y'a toujours ce souci. avec le père de la famille canterbury. adrian, il ne lâche pas pour autant. il ne lâche rien. il attend. simplement. il laisse jasper prendre son temps. encore un peu plus. il l'aime bien trop pour le laisser de toute manière. il l'aime bien trop pour lui poser un quelconque ultimatum. parce que jasper, c'est son tout. le seul qui arrive à le faire sourire par sa simple présence. le seul qui arrive à faire battre son cœur un peu plus rapidement. un peu trop rapidement par moment aussi d'ailleurs. le seul sur qui le regard d'adrian se perd. le seul qu'il pourrait observer en silence pendant des heures et des heures sans même s'ennuyer. à le contempler, rien de plus. adrian, il sait qu'il est chanceux d'avoir jasper. parce qu'il ne trouvera jamais quelqu'un qui lui correspondrait aussi bien. ils se connaissent depuis toujours. ils se connaissent par coeur. aussi bien mentalement que physiquement en fin de compte.
le sujet dérive. sa barbe. les cheveux de jasper. ses cheveux sont un peu trop longs selon lui. adrian, il sait pas trop. il l'aime bien avec les cheveux comme ça. quand quelques mèches viennent s'égarer sur son front. viennent caresser son propre visage quand jasper se penche pour l'embrasser. et ça le fait marrer de l'imaginer se faire coiffer surtout. l'imaginer se prendre la tête pour s'attacher les cheveux aussi. adrian, il balance qu'il pourra demander à sa mère de le coiffer. ça ne semble pas convaincre jasper qui lui pince doucement les hanches, le faisant rire doucement. le jeune homme, il remue la tête. de gauche à droite. doucement. juste pour lui faire comprendre qu'il n'est pas d'accord avec ses dires. enfin pas totalement. je ne le ferais pas sans rien en échange. il ment. en partie du moins. adrian, il frissonne doucement sous les caresses de jasper. et il sourit en l'entendant lui dire qu'il l'aime. il lui demande de répéter. alors que ses lèvres trouvent les siennes sans aucun mal. son petit ami ne le fait pas plus patienter que ça puisque les quelques mots parviennent rapidement jusqu'à ses oreilles. le jeune mills, ne peut s'empêcher de regarder avec tendresse son petit ami une fois le baiser rompu. juste avant de se redresser pour s'installer à califourchon sur lui. ses genoux reposant au sol de chaque côté de son bassin. et un sourire en coin étire le bord de ses lèvres en voyant jasper venir mordre doucement sa lèvre. et les doigts d'adrian se glissent sous le haut du jeune homme. pour venir caresser son ventre. contournant ses muscles. du bout des doigts. sans réellement monter sur son torse ou descendre au niveau de la barrière que constitue le bas du jeune homme. il reste simplement au niveau de ses abdos. les muscles ne sont pas saillants, mais suffisamment dessiné pour pouvoir suivre le tracé. adrian, il finit par murmurer quelques mots. murmurer à jasper à quel point il est beau. le ton un peu plus bas qu'il ne l'avait prévu. mais au final, ce n'est sûrement pas plus mal. jasper sourit. sourire communicatif puisque adrian ne peut s'empêcher de faire la même chose quand il prend à son tour parole. jasper il se redresse par la suite. réduisant considérablement la distance entre leur torse et leur visage. mais celui de jasper disparaît bien vite dans le cou d'adrian. ses lèvres rencontrant sa peau. alors les mains d'adrian cessent tout mouvement. bêtement. pour simplement venir se poser au niveau de ses côtes. le maintenant contre lui. il profite de ses baisers. de chaque contact de ses lèvres contre son cou. le jeune homme, il a toujours bien trop apprécié les baisers dans le cou. alors il bascule la tête sur le côté opposé afin de lui laisser un accès plus simple à cette partie de son corps. et les mots de jasper ne tardent pas à parcourir l'air. la lèvre inférieure d'adrian se retrouvent rapidement prise entre ses dents. un court instant puisqu'il prend parole pour lui répondre. alors que jasper a déjà repris ses baisers. c'est pas une bonne idée de me dire ça maintenant. les mots ont a peine le temps de franchir ses lèvres qu'un faible soupire d'aise les accompagne. ça pourrait bien trop vite déraper. et dans le fond c'est vrai. ils pourraient le faire ici. dans l'herbe. personne n'en saurait rien au final. seule la nature serait témoin de leur amour.
les mains de jasper restent sur son dos alors que son nez vient se frotter doucement contre l'arrête de sa mâchoire. adrian, il baisse alors les yeux pour croiser son regard. un énième sourire étirant ses lèvres. il ne peut que sourire en l'entendant lui demander ça. c'est mignon. réellement. il ne peut refuser d'ailleurs. tu pourras prendre celui que tu veux. il plante un bref baiser sur le bout du nez de son petit ami avant de simplement le serrer contre lui, venant coller son torse contre le sien. adrian, il n'a aucunement besoin de vouloir prendre l'un des vêtements de jasper pour avoir son odeur avec lui pour le reste de la semaine. tout un côté de son lit étant totalement imprégné de son parfum. le côté du lit de jasper. alors quand il s'endort adrian, c'est un peu comme si son petit ami était à coté de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Sam 18 Mar - 19:03

parfois, tu te demandes si un jour, tu vas avoir le courage de parler à ton père. à ta mère. de tout révéler. de tout avouer. t'es pas en couple avec la sœur d'adrian. non. conneries. balivernes. mensonges. depuis plusieurs années maintenant. c'est juste une mise en scène, un truc fait pour qu'on vous lâche tous les deux. c'est juste un moyen de préserver ton couple, celui que tu formes avec adrian, celui qui perdure depuis six ans maintenant, les sentiments qui sont là depuis bien plus longtemps. parfois tu te poses des questions, la nuit, quand tu dors pas. t'écris. trop. t'écris tout ce que t'aimerais lui dire et comment t'aimerais lui dire. mais tu peux pas. t'arrives pas. une fois face à lui, t'es incapable de sortir le moindre mot. à cause de son regard. froid. distant. celui qui déconseille à quiconque de s'opposer à lui. le grand canterbury. ça te fait rire. cette mascarade. ce contrôle qu'il pense avoir sur ta vie. mais à part te la foutre en l'air, il fait pas grand chose. non. et ça te fait chier. clairement. t'aimerais prendre ton courage à deux mains et lui dire clairement d'aller se faire foutre. mais t'as cette peur bleue de te retrouver à la rue. tout comme ton frère et ta sœur. t'étais un gosse quand c'est arrivé. putain de traumatisme. alors en attendant, tu profites des bras d'adrian quand vous avez des moments à vous. comme ce soir. après sa journée de boulot et ta journée à la ferme. juste vous deux. dans la plaine. allongés dans l'herbe, son corps contre le tient, tes mains contre sa peau. c'est parfait. juste parfait. tu aimes ce genre de moment. tu les adores même. et tu aimerais ne jamais les oublier, pouvoir, les graver à tout jamais dans ta mémoire. tu en profites autant que tu le peux. tu soupires doucement. conversations banales. c'est reposant. apaisant. après une longue journée. de te retrouver contre lui. respirer son odeur. l'avoir rien que pour toi. il te taquine. toi aussi. tu souris comme un con parce que t'es heureux avec adrian. il te rend heureux. tellement heureux. il se redresse et tu te redresses aussi pour le prendre dans tes bras. tes mains dans son dos et ton visage dans le creux de son cou. tu adores son parfum, l'odeur naturelle de sa peau, l'odeur de ses vêtements qui se mêlent à tout ça. c'est juste parfait. tu déposes une ligne de baiser contre sa mâchoire, jusqu'à son oreille. t'as envie de lui. parce que l'avoir contre toi ça te donne forcément envie de l'avoir nu. de sentir sa peau glisser contre la tienne encore et encore. des baisers contre sa peau, le temps qu'il réponde. « c'est pas une bonne idée de me dire ça maintenant. ça pourrait bien trop vite déraper. » tu ris doucement contre sa peau. tes lèvres sur sa mâchoire, sa peau chaude et douce que tu aimes tant. tu fermes les yeux un moment. avant de souffler d'une voix espiègle. « déraper comment ? » tu demandes d'un air innocent, glissant tes mains dans son dos, jusqu'à saisir ses fesses et les presser doucement entre tes doigts, le rapprochant un peu plus de toi. « comme ça ? » tu relèves la tête. avant de lui demander si tu peux lui piquer un t-shirt un de ses jours, pour avoir son odeur avec toi. parce que tu sais que ton odeur traine chez lui, ton parfum sur ses draps quand tu dors chez lui. mais lui, il dort pas chez toi, non, jamais, plus depuis longtemps. il te répond que tu pourras prendre celui que tu veux et ça te suffit. tu ris un peu quand il plante un baiser sur ton nez et qu'il te sert contre lui. tes mains toujours sur ses fesses que tu caresses doucement. c'est tentant. totalement tentant de les glisser sous son pantalon et de tous laisser déraper, la, dans l'herbe, en plein milieux de la plaine, sans personne pour vous déranger, pour interrompre vos baisers. « j'ai pas envie de bouger ... c'est trop loin chez toi ... » tu geins presque dans son cou, continuant d'embrasser sa peau chaude, son cou, sa mâchoire, tu viens déposer un baiser sur le coin de ses lèvres. « j'ai envie de toi ad' ... » mais tu le forceras pas. jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Sam 18 Mar - 19:49

y'a que jasper et lui là. il ne pense à rien d'autre. pourtant, y'a des tonnes de choses qui pourraient venir troubler ses pensées. son boulot. la journée de demain. le soleil qui commence à se coucher, lentement. le père de jasper. mais rien de tout ça ne lui passe en tête. non. dans sa tête, il n'y a que jasper en ce moment. rien que lui. ses yeux. son sourire. ses lèvres. ses mains qui glissent sur son corps. et ses paroles qui s'ancrent dans sa mémoire. chacun de ses je t'aime qui se cale dans un coin de sa tête. des paroles qu'il n'oubliera pas de si tôt. paroles qu'il ne veut oublier. qu'il ne peut oublier surtout. non, c'est les choses qu'il veut retenir à jamais. les derniers mots qu'il aimerait entendre. jasper et lui, dans la plaine. comme souvent. depuis toujours c'est leur endroit. ils disparaissaient pendant des heures étant gosse pour venir s'amuser ici. personne n'a jamais su où ils se rendaient. secret précieusement gardé. leur jardin secret. et encore actuellement, ils se retrouvent assez souvent dans le coin. les activités qui s'y passent ne sont plus vraiment les mêmes. mais ils y passent toujours autant de temps. c'est l'endroit où ils se retrouvent quand ils n'ont que quelques heures à consacrer et qu'ils n'ont pas le courage ou l'envie d'aller jusqu'à l'appartement d'adrian. et finalement, cet endroit, c'est devenu l'endroit préféré du jeune homme. là où il vient quand il veut se retrouver seul et ne penser à rien. se couper de tout. et de tout le monde. quand quelque chose le contrarie un peu trop aussi. et qu'il ne veut pas se retrouver coincé entre quatre murs. il vient souvent ici quand il sait que sa sœur est avec jasper à un repas dans la famille canterbury. parce que ça devrait être lui à la place de sa cadette. parce que ça devrait être lui qui le ramène aux repas de famille. pas sa sœur. si adrian n'était pas certain que rien ne se passerait entre jasper et sa cadette, il aurait pu être jaloux. mal percevoir ce rapprochement. il aurait pu mal le prendre. se faire quelques films aussi. parce qu'au final, à certains moments, il a fini par avoir des doutes. il y a quelques années. il se disait que finalement, jasper avait peut-être simplement honte de lui. parce qu'il ne comprenait pas, à l'époque, que le problème venait réellement du père du jeune homme.
ils se retrouvent couchés sur l'herbe. mais rapidement, ils se retrouvent assis. adrian à califourchon sur jasper, ce dernier revenant contre lui. leur corps l'un contre l'autre. alors que leurs lèvres cessent enfin de se rencontrer, celles de jasper viennent se glisser dans le cou d'adrian. et le long de sa mâchoire. ça lui plaît à adrian. ça lui plaît bien trop. et jasper, il enchaîne. il balance qu'il a envie de son petit ami. le jeune mills, il sait que ça peut déraper trop facilement maintenant. surtout que jasper semble s'amuser à jouer avec la limite. mais c'est loin de déranger adrian. ça le fait sourire. surtout quand il sent ses mains arriver sur ses fesses et les presser entre ses doigts. il le regarde dans les yeux. fixement. exactement comme ça. il le laisse faire adrian. il ne bouge pas d'un pouce. pour ne pas rompre le contact entre leur corps. le sujet du tee-shirt est abordé, mais bien vite passé. repoussé à plus tard. parce que jasper revient à la charge. il lui commence par dire qu'il n'a pas envie de bouger. parce que son appartement est trop loin. adrian, il ne peut qu'approuver. il veut rester là. dans les bras de son petit ami. à profiter de ces retrouvailles. à savourer la chaleur du corps de jasper contre le sien. malgré les entraves que constituent leurs vêtements. mais pour le moment, ces morceaux de tissus ne sont pas superflus. les lèvres de jasper poursuivent leur manège dans le cou d'adrian. et les mains du jeune homme se serrent un peu au niveau des côtes de son petit ami. les lèvres entrouvertes alors que son souffle se fait un peu plus lourd. jasper, il reprend parole. pour lui faire à nouveau part de ses envies. ça le fait sourire adrian. parce qu'il savait très bien que ça aurait dérapé de la sorte dans la soirée. mais il pensait au moins qu'ils auraient été chez lui, dans son appartement. même si au final, ça ne change pas grand chose. personne ne viendra les déranger ici. personne ne les trouvera surtout. à l'écart de tout. à l'abri de tous. si on traumatise des animaux, ça sera de ta faute. et sur ces mots, il laisse ses doigts venir saisir le haut de son petit ami. et lentement, il fait remonter le tissus de son haut. jusqu'à l'en débarrasser. forçant pendant un bref instant jasper à cesser ses baisers. le tissus rejoins l'herbe non loin de là. alors que les yeux d'adrian parcourent le torse désormais dénudé de son petit ami. comme s'il découvrait cette partie de son corps pour la première fois. ça faisait trop longtemps qu'il ne l'avait pas vu. bien trop longtemps à son goût. et adrian, il prend les choses en main. il force son petit ami à se coucher de nouveau. en appuyant doucement sur son torse. il l'observe attentivement quand il se retrouve couché sur le dos sous lui. un sourire sur les lèvres. sa lèvre se retrouve entre ses dents pendant un bref moment avant qu'il ne se reprenne, ses lèvres venant se déposer sur le haut de son torse. ses dents mordillant doucement sa peau. ses doigts caressent le bas de son ventre, à la lisière de son bas. sans se glisser plus bas pour autant. pas pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   Sam 1 Avr - 13:10

tu aimerais que le temps soit suspendu. que ce moment ne s'arrête jamais. une bulle. vous deux. adrian. toi. rien de plus. tu ne demandes pas grand chose pour être heureux, non, rien du tout même. t'aimerais juste pouvoir le serrer contre toi quand tu veux, tes doigts entremêlés aux siens en pleine rue. t'aimerais pouvoir passer outre le regard des gens, l'avis de tes parents, ce que ton père en penserait. mais non. t'es pas comme ça. tu peux pas. t'arrives pas. t'es incapable. et tu t'en veux. terriblement. tu t'en veux parce que tu sais qu'adrian, lui, il assume. tout ça. d'aimer les hommes. de t'aimer toi. et ça te donne envie de vomir de pas pouvoir lui rendre tout ça comme tu aimerais le faire. tu t'en veux tellement. alors tu te contentes de le serrer contre toi. entre tes bras. tu lui murmures que tu l'aimes. comme toujours. des gestes, des mots, des caresses. tu lui montres comme ça. tu tiens à lui et sans doute que t'arriverais pas à vivre sans lui dans ta vie, sans ses messages qui te font sourire, sans son regard pétillant quand vous vous retrouve seul comme aujourd'hui. personne pour vous voir. personne pour vous déranger, personne pour interrompre vos baiser, pour t'entendre dire que t'as envie de lui. terriblement envie. son parfum, sa chaleur contre toi, entre tes bras. c'est beaucoup trop. et évidemment que ça allait déraper entre vous. tes doigts qui serrent ses fesses, qui caressent doucement son dos. tu embrasses ses lèvres, sa mâchoire, son cou, tu t'enivres de son parfum à t'en faire tourner la tête. comme toujours. il a ce pouvoir sur toi. il a cette façon de te rendre accro, dépendant à sa simple présence dans la même pièce que toi. adrian, c'est ta drogue. adrian, tu peux pas imaginer ta vie sans lui, non, impossible. il te connaît tellement bien. depuis tellement d'années. adrian, c'est celui qui est capable de te faire sourire juste parce qu'il est près de toi, c'est celui qui soigne tous tes maux. et t'as envie. t'as terriblement envie de le sentir tout contre toi. au-delà des vêtements que vous portez. t'as envie de lui, de son corps, de ses lèvres, de ses gémissements affreusement sexy. « si on traumatise des animaux, ça sera de ta faute. » et tu ris à ses paroles. tu ris contre ses lèvres sans jamais cesser de l'embrasser. et pourtant t'es bien obligé de te séparer de ses lèvres un court instant, quand il retire ton t-shirt. le vent qui frappe ton torse de plein fouet. tu t'en fous. il te réchauffe. sa simple présence te fait oublier le froid, le vent, l'extérieur. l'herbe sous tes fesses. les mains de ton petit ami sur ton torse. tu soupires de contentement à se contact. tu le laisses prendre les choses en main. ton dos contre l'herbe. adrian sur tes cuisses, piégeant délicieusement sa lèvre entre ses dents un court moment. et puis sa bouche sur ton torse, ses baisers sur ta peau. tes mains qui glissent dans ses mèches, tu les serres doucement entre tes doigts, un soupir de plaisir franchissant tes lèvres. un frisson qui s'empare de ton corps quand les doigts d'adrian se posent doucement sur ton ventre, effleurant ton pantalon, à peine, sans bouger plus loin, sans oser s'aventurer pour le moment. « je t'aime. » tu murmures doucement. t'as besoin de lui dire. t'as besoin qu'il le sache, qu'il l'entendre d'entre tes lèvres. un souffle, un murmure, tu t'en fiches. tu caresses tendrement sa nuque, du bout des doigts, dessinant de petits cercles contre sa peau, tu glisses tes mains sur ses épaules, sous son haut. tu le forces à se relever un moment, le temps de le débarrasser du tissu qui l'encombre. son torse contre le tien. ça fait longtemps, tellement longtemps que tu n'as pas pu le serrer comme ça contre toi. et ça te manquait terriblement. tu te contentes de le garder dans tes bras, de profiter de sa présence un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: risible amour. (jasper)   

Revenir en haut Aller en bas
 

risible amour. (jasper)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le fleur d'amour
» Celui qui lie l'amour et la beauté n'a jamais connu l'amour. Celui qui lie l'amour et l'horreur a déjà aimé.
» Gondolier mon Amour
» • Venus la déesse de l'amour •
» Alec - Amour, tendresse & chocolat /Sbaf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mila Hanska :: Version 3 :: Rps inachevés-