.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Lun 13 Mar - 23:29

Les derniers mots sont murmurés à travers tes lèvres, tes doigts glissent sur les cordes offrant l'ultime note. Et tu te redresses un demi sourire affiché sur ton visage alors que quelques applaudissement accompagnent ton départ de la petite scène. Tu remets ta vieille guitare dans son étuis et tu repars comme tu es venu. Tu t'installes au comptoir quelques secondes plus tard, après avoir essuyé quelques salutations de certaines personnes dans le bar, les mêmes que d'habitude. Tu passes une main sur ton visage, pour effacer la fatigue qui t'accable depuis plusieurs jours. T'as passé le cap la veille et la vision de sa tombe, grise, sombre, si triste, flotte dans ton esprit depuis. T'as cru que t'irais mieux après ça, que tu pourrais tourner cette nouvelle page de ton passé, mais tu t'es planté en beauté, t'arrêtes pas de la voir, de penser à elle, à son rire, le souvenir de sa voix si douce. Tu soupires et relève les yeux, tu le vois, ce type que t'as déjà croisé l'autre soir, tu te souviens lui avoir parlé, parce que tu parles à tout le monde toi, t'as besoin de communiquer, de regarder les gens dans les yeux. T'as besoin de contact, t'as pas besoin d'amis, t'en as déjà, t'as noah, ça te suffit. Mais cerner les gens, percer leur mystère, dévoiler leur secret, lire en eux, t'es doué pour ça et t'aimes ça surtout. Ça t'occupe en général, t'aimes pas avoir l'esprit vide, tu sais ce qui va remonter sinon, et t'en veux pas de ces souvenirs là, ces pensées du passé, d'un temps qui te semble si loin, mais qui ne l'est pas tant que ça. Ces questions restées en suspens, celles qui te refoules depuis. Tu fixes le barman, rejetant tes idées noires, tu reportes ton attention sur lui, tu l'observes manier les bouteilles avec des gestes presque mécaniques, vifs et surtout précis. Il ne s'attarde pas sur les clients, il parle peu et évite les contacts visuels. T'as déjà repérés plusieurs tics chez lui, en à peine quelques minutes. Tu le vois s'approcher de toi, tu ne le quittes pas des yeux, sans te soucier du fait qu'il puisse sentir son regard pesé sur lui, qu'il remarque ta présence et tes yeux plantés sur lui. T'as pas peur de la réaction des gens, t'assumes généralement tes actes, t'as l'habitude de passer pour un type bizarre. T'es différent après tout, tu l'as toujours su, mais tu veux comprendre en quoi exactement. Tu commandes une bière alors que l'homme passe devant toi, t'es pas sûr qu'il t'es entendu, vu l'absence totale de réaction de sa part mais tu lui laisses le bénéfice du toute et tu reportes ton regard sur son visage, sur mâchoire, le détail des traits de son visage, tu les mémorises par réflexe. Tu imagines parfaitement la sensation de tes doigts sur sa peau, et cette idée s’insémine dans ton esprit. Tu te pinces les lèvres, en tapotant tes doigts sur le bois du comptoir, tu décides d'attirer son attention, songeant sincèrement qu'il ne t'a pas entendu la première fois. excusez-moi, une bière s'il vous plaît. tu hausses légèrement la voix sans agressivité, t'es pas du genre à t'énerver pour une bière de toute façon. tu jettes un coup d'oeil à la salle, la pièce se vide peu à peu, t'as aucune idée de l'heure qu'il peut être mais t'as pas envie de rentrer maintenant, te retrouver dans ta maison si vide et si silencieuse.




You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?


Dernière édition par Raylan Winchester le Lun 27 Mar - 22:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois ✖
i'm a rockstar, deal with it
avatar

Arrivée le : 09/03/2017
Messages : 90
Avatar : sid ellisdon
Crédits : lethargy
Points : 185
DC : naïm l'oublié

Age : vingt ans dans la gueule
Statut : faudrait déjà s'y intéresser
Occupation : mécano, barman du dimanche et du jeudi soir
Ton vote : t'es pas de ceux qui s'en préoccupe
Quartier : fuck off.
Post-it : fuck off².

Rps : 3/3

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mar 14 Mar - 18:43

dans le bleu de l'absinthe
dmitri & raylan


t'es pas sur d'avoir tout suivit. ni le fil, ni la journée. sans trop savoir comment tu t'es levé ou même comment t'as enchainé les heures de boulot, tu sais pas. aucune idée. pas que t'étais défoncé, juste que t'y as prêté aucune attention notoire. rien d'extraordinaire, et tu te retrouves là le soir. jeudi soir. jeudi bourré. c'est un peu l'principe de beaucoup de soirée de semaine dans ce bar. heureusement tu viens rarement en dehors d'tes heures de boulot. et le dimanche t'as la chance de n'avoir que les ivrognes suspedu à leurs bières dégueulasse. ce soir sera donc le seul moment de ta soirée où tu dois t'taper les rires, les discussions, les cris et chansons. joyeux bordel de petit con. et pourtant tu l'aimes pas si mal ce job. tu l'trouve même plutôt cool. pas aussi cool que de réparer des caisses toutes la journée, mais ça paye ta dope alors c'est parfait. petit gars bien pensé. c'est pas ici qu'on viendra t'faire chier. le patron sait à quel point t'es poli, sociable et doux. il s'en contre fou d'ton caractère de merde tant que tu sers à boire et que tu peux aussi servir de videur quand parfois y'en a un qui fait chier. juste milieu d'un job de soirée. alors tu cherches aucune pression, et les gens passent encore et encore sans même que t'y prêtes attention. filles qui minaudent devant toi sans accorder la moindre faveur, filles facile. t'en veux pas. enfin ça dépend des soirs. tu pousses un verre devant un gars, il te file son fric tu tournes les talons. basta. t'attrapes un autre verre alors que derrière toi y'a une voix qui résonne encore. excusez-moi, une bière s'il vous plaît. ta mâchoire elle se crispe, tu lui lances un regard. froid, et pourtant si détaché. j'ai entendu. deux s'condes. tu grognes en reposant ton verre sur le bord du bar rendant la monnaie au pauvre type qui s'en va. tu poses ton regard bleu acide sur l'autre. le chanteur, facile à t'en souvenir il a occupé le bar un moment. tu récupères sa boisson que tu poses sans trop de délicatesse devant sa main. ça s'ra tout ? t'es agacé. pas par lui. pas par ça. dans ce bar t'as toujours la gueule du mec emmerdé, peut-être parce que c'est vrai. que le monde entier t'emmerde Dim, peut-être que oui. tu restes à attendre une pseudo réponse qui t'intéresse guère. il t'saoule son regard. tu l'sens poser sur toi depuis un moment. depuis un long moment et t'aimes pas ça, sa manière d'te fixer, de t'observer comme s'il t'analyser. pauvre con, peut-il pas aller faire ça ailleurs ? il t'emmerde, ouais voila. il t'emmerde le chanteur du coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mar 14 Mar - 22:05

Tu fixes toujours ce type. Sans gêne, tu ne connais pas vraiment cette notion de toute façon, être embarrassé, gêné par quelque chose, ce n'est pas ton genre. Toi tu assumes tout ce que tu fais, sinon tu ne le fais pas, point. T'as toujours su que t'étais différent, et aujourd'hui tu l'acceptes, simplement. Alors observer un type dans un bar, juste parce que t'en as envie, parce que son visage t'attire, que ses traits te fascinent, ça te dérange pas toi. j'ai entendu. deux s'condes.  Il te lance un regard noir et tu souris malgré toi, tu l'as énervé malgré toi mais encore une fois, ça ne te fais rien à toi, la réaction des gens est souvent prévisible. Tu le regardes toujours alors qu'il encaisse un autre client, son humeur toujours aussi morose. désolé. tu t'excuses sans le penser réellement, juste pour la forme, par réflexe. T'es d'une nature polie, toi. Tes doigts jouent sur les rayures du bois du bar, t'as déjà occupé cette place à une époque. Derrière un comptoir, devoir servir des gens venus noyer leur chagrin dans l'alcool, oublier leur vie le temps de quelques verres, tu aimais bosser dans un tel endroit, les gens aiment parler dans un bar, déverser leur problème à un inconnu est tellement plus simple et moins cher qu'un psy. Tu vois le barman revenir vers toi, son regard  froid te transperce mais tu ne le quittes pas des yeux, tu souris toujours, ça fait longtemps que t'avais souris autant. Tu ne sais même pas pourquoi tu le fais et t'es pas venu pour te battre ou te faire éjecter du bar, mais la mauvaise humeur du type derrière le comptoir ne t'atteint pas, elle ne semble pas te contaminer. Il pose finalement ta commande devant toi avec autant de délicatesse qu'un éléphant dans une boutique de porcelaine. merci. tu attrapes ton verre et le porte à tes lèvres pour avaler une gorgée. ça s'ra tout ?  Son ton ne laisse aucun doute à son agacement, et tu ressens finalement une pointe de regret. T'as pas certain d'avoir fait quelque chose qu'il explique autant d'agressivité. Tu plonges ton regard dans le sien pendant quelques secondes avant de répondre sur un ton calme. Vous êtes toujours énervé comme ça ? Tu le regardes d'un air sérieux, ta question est sincère sans ironie, ta voix presque enfantine, mais tu veux réellement savoir, juste comprendre comment il en est arrivé là, à cette situation qui le mène à repousser les gens de la sorte. Tu bois une nouvelle gorgée de ta bière, attendant une réponse de sa part, sans être vraiment certain qu'il réponde.  




You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois ✖
i'm a rockstar, deal with it
avatar

Arrivée le : 09/03/2017
Messages : 90
Avatar : sid ellisdon
Crédits : lethargy
Points : 185
DC : naïm l'oublié

Age : vingt ans dans la gueule
Statut : faudrait déjà s'y intéresser
Occupation : mécano, barman du dimanche et du jeudi soir
Ton vote : t'es pas de ceux qui s'en préoccupe
Quartier : fuck off.
Post-it : fuck off².

Rps : 3/3

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mar 14 Mar - 22:57

dans le bleu de l'absinthe
dmitri & raylan


tu fermes dans pas longtemps. l'patron commence déjà à ranger au loin les chaises, dans l'fond d'la salle. juste pour signifier que dans une bonne demie heure ça sera fermé. tranquille pour le reste de la nuit. la soirée a tiré loin, tu compterais presque les minutes mais t'es pas d'ce genre. t'es du genre à laisser passer, laisser filer. puis tant pis si ça dure une éternité. ton portable suspendu plus loin à son câble de chargement, t'es là sans idée de l'heure exact qu'il est. assez tard pour bientôt songer à fermer, ça te suffit comme idée. t'es pas sur d'avoir envie de supporter plus. pas c'soir. comme tout le temps. t'es pas de ceux qui aiment bosser. c'est pas rare en plus, ce type de gens. t'as envie d'retrouver Lysandre, d'vous poser, d'allumer un joint, t'prendre un cachet, appeler des gens. faire partir le son, faire partir les pensées, oublier, t'éclater. ça tournera mal, ce soir comme les autres soirs. ça finit toujours mal avec toi. ton meilleur pote en a marre, tes potes sont habitués, et les autres ont que trop l'habitude de te voir t'emporter. alors ça ne changera rien. ton plan de soirée est tout bonnement tracé. à moins qu'une fille réussisse à franchir le seuil de ta chambre avant que t'es pu t'énerver. ça peut être une idée.
merci. tout l'monde dit pas merci, tout l'monde n'est pas poli. toi l'premier, pour faire chier. mais sinon t'as c'truc bien encré. seule éducation intégrée, sans même y penser t'es du genre à dire merci. quand on t'rend la monnaie pour tes clopes, quand on t'laisse passer, quand on t'redonne un truc. bref, poli. ça claque du reste du caractère ouais. mais lui non plus, il l'pense pas, juste poli. tant mieux, t'attends pas mieux. il boit, tu parles plus par habitude. passer à autre chose, le servir et partir. sauf qu'il se remet à t'fixer. il te saoule. tu t'appuies sur le rebords de l'évier derrière le bar le regardant simplement. il cherche quoi ? tu sais pas. tu t'en fou, nan ? tu sais même pas trop pourquoi t'as demandé ça au final. t'aurais du passer à autre chose simplement. Vous êtes toujours énervé comme ça ? définitivement tu aurais du passer à autre chose. tu t'arrêtes un instant dans la suite de tes pensées. tu l'fixes pour de bon. un sourcil qui se lève très légèrement. tu réagis pas, visage fermé. parc'que pour toi là j'ai l'air énervé ? l'air que t'expire après, on appelle ça un soupire/sourire, tu l'fixes. j'te conseille de pas trainer quand j'le deviens vraiment alors. c'est cassant, c'est blasant, et y'a au loin l'ombre d'un sourire dans tes yeux. mais très loin, derrière le masque du mec qu'on fait pas chier. et t'as pas hésiter un instant à le tutoyer, tu détestes parler aux gens autrement. même aux vieux. alors lui et sa gueule d'ange peuvent aller se rhabiller s'il compte un minimum de courbette et de confidence de bar. t'es pas là pour causer. t'as jamais été là pour parler. t'sais pas le faire, pas aujourd'hui que ça va commencer. on va pas tarder à fermer, profites d'ta bière rapidement. l'humour saturé d'ironie vient dorer tes paroles alors que tu récupères un verre de la main d'une fille qui te le ramenait. allez casses toi t'es hideuse avec ta jupe trop courte. bordel, faut que tu rentres, ton cerveau se retourne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mer 15 Mar - 4:54

Tu vois bien que ça s'agite autour de toi, le bar va fermer et dans pas le longtemps mais t'as pas envie de partir, toi, pas encore, t'es pas prêt à rentrer chez toi. Tu te feras sûrement virer de la salle à un moment donné mais peu importe, t'as bien l'intention de finir ta bière. Vous êtes toujours énervé comme ça ? Toi tu demandes ça, juste comme ça, pour savoir, pour parler. Parce que t'es curieux, tu veux juste comprendre, mais le type ne semble pas apprécier ta question et sa réponse ne tarde pas, cette fois c'est lui qui te fixe, un air légèrement agacé et surpris sur le visage. parc'que pour toi là j'ai l'air énervé ? Tu remarques qu'il te tutoie et tu hausses les épaules, l'air de rien, parce que ouai tu le trouve pas très calme ce type, tu comprends pas trop sa question, au fond. « bah ouai. » tu réponds ça, doucement, presque dans un murmure, non pas que t'es peur de ce gars, qu'est sûrement bien plus que toi, d'ailleurs, mais tu voudrais pas l'énerver plus, parce que tu veux pas le contrarier toi, tu demandes juste. j'te conseille de pas trainer quand j'le deviens vraiment alors. Tu portes de nouveau ton verre à tes lèvres, ton regard toujours fixé sur lui. si vous le dites. tu réfléchis pas trop à tes paroles, à ce qu'elles pourraient avoir comme conséquences, non toi tu réponds, tu dis les choses franchement, comme elles viennent, t'as pas de barrière, t'en as pas besoin. on va pas tarder à fermer, profites d'ta bière rapidement. Il confirme tes pensées, mais t'avais vraiment de doute à ce sujet, il est probablement hyper tard, t'es même pas sûr d'être encore le même jour que lorsque t'es arrivé ici. Tu t'en fous, t'as pas de compte à rendre à quelqu'un de toute façon. tu devrais peut-être trouver un colocataire, ou adopter un chien, tu sais pas trop, est-ce qu'il y a une différence, t'en sais rien. J'y compte bien, merci. Nouvelle politesse, nouvelle insolence. Tu le sais même pas mais bordel faudrait que tu apprennes à te taire, mais t'as pas appris ces choses là, toi, t'as appris à survivre, à ne pas mourir de faim, à protéger ta sœur. ne pas finir comme ton père, le corps enfouis dans un fossé, criblé de balle. tu finis ton verre, tu prends ton temps pour l'apprécier mais ça ne dure pas éternellement, tu déposes un billet sur le comptoir et tu te lèves en soupirant, tu ne peux pas retarder l'inévitable finalement. tu quittes la bar, l'étui de ta guitare dans une main. t'inspires une large bouffée d'air frais et tu avances sans réfléchir à tes pas, à la direction que tu prends, t'aurais dû aller à droite mais t'es partis à gauche, allez savoir pourquoi. le sens de la contradiction sûrement. mais tu te retrouves dans la ruelle derrière le bar, tu ne reconnais pas l'endroit, pourtant tu connais tous les coins de cody, toi, t'es un passe-partout mais là t'es plus sûr de toi, tu poses ta guitare contre le mur à ta droite et plante tes mains dans tes poches, par réflexe. tu sais pas trop ce que t'attends mais tu le fais, t'hésite à aller tout droit ou retourner sur tes pas, rentrer chez toi ou errer dans les rues de cody. dilemme.  



You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?


Dernière édition par Raylan Winchester le Mer 15 Mar - 23:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois ✖
i'm a rockstar, deal with it
avatar

Arrivée le : 09/03/2017
Messages : 90
Avatar : sid ellisdon
Crédits : lethargy
Points : 185
DC : naïm l'oublié

Age : vingt ans dans la gueule
Statut : faudrait déjà s'y intéresser
Occupation : mécano, barman du dimanche et du jeudi soir
Ton vote : t'es pas de ceux qui s'en préoccupe
Quartier : fuck off.
Post-it : fuck off².

Rps : 3/3

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mer 15 Mar - 21:49

dans le bleu de l'absinthe
dmitri & raylan


tu comprend ce qu'il veut. ce qu'il cherche. douce différence de ces types qui te cherchent souvent. il y a ceux qui veulent les problèmes, qui provoquent, et qui emmerdent. et celles qui veulent autre chose, te percer à jour, pour un truc plus cliché. lui, il semble appartenir à ni l'un ni l'autre d'ces groupes de gens. alors tu sais pas trop. il t'agace simplement, t'es vite agacé, c'est pas nouveau. patience que trop limitée, tu ne supportes pas qu'on s'attarde sur ta personne. plus que la banalité. trop connu de ton entourage, on sait qui tu es, comment tu es, personne n'ira te fixer et vouloir t'analyser. et là clairement t'as cette impression désagréable que l'gars le fait. et tu voudrais qu'il s'trouve une autre occupation, une autre distraction. alors t'es désagréable, comme à ton habitude. pas énervé, pas sur les nerfs... juste désagréable. qu'il aille voir ailleurs bordel. ça t'emmerde ouais. bah ouai. tu l'fixes un peu blasé par sa réponse. il aurait mieux fait d'la fermer, d'prendre son verre et se tirer. non mais sérieux c'est quoi ce gars qui s'pense dans le droit de te faire chier ? t'as du mal avec le concept de client, c'est certain... mais au oire il est là pour s'boire un verre, chanter deux trois chansons pour distraire les débiles d'ici. c'est tout. t'enchaines vaguement. si vous le dites. il t'agace, il joue doucement avec ton humeur sans que tu veuilles non plus t'emporter. pas c'soir. enfin pas maintenant. tu l'fixes simple. t'as même pas accordé une seule seconde de l'attention à la différence d'age qui peut être visible. ou pas. t'arrive pas à donner d'âge aux gens... et au pire toi d'tes vingt et un ans t'emmerde un peu trop le monde pour t'en soucier. tu fais ton taff, tu vies ta vie, qu'on vienne pas t'emmerder. J'y compte bien, merci. ça c'est pour tes dernières paroles. il t'emmerde sérieusement. avec son air trop posé, trop présent. il t'énerve à t'observer. tu serres les dents, tu l'fixes un instant. ouais, c'est ça. tu grognes en tournant les talons. tu grognes tout l'temps, pour trois fois rien, ou pour beaucoup. moyen de communication éternel chez toi. tu le laisses s'éclater seul essayant d'oublier son regard. tu t'occupes ailleurs, tu nettoies des verres, tu resserres un vieux. tu lui dis qu'il va devoir songer à aller consommer dehors, qu'ils vont fermer. et s'enclenche alors l'éternel refrain de fin de soirée. quand il faut mettre tout l'monde dehors. bordel !!! et ça dure un moment. et ton chieur de la soirée finit par s'en aller. tu l'suis du regard en terminant de poser des verres propres. la porte se referme. tiré de rideau. tu grognes un "bordel" de soulagement entre tes dents. tu mates l'heure, tu montes le son de la musique pendant que l'boss récupère la caisse. t'empiles les tables, les chaises, tu nettoies le bar sans t'presser discutant vaguement avec l'autre barman. vous finissez, et tu profites que pour une fois t'ais terminé plus tôt, pour prendre ta veste et tes clopes. t'attrapes la poubelle, et tu t'tires par la porte de derrière pour aller la jeter. dehors il fait nuit noire, et tu profites de la fraicheur de la ruelle pour soupirer, de ta main libre tu claques ton briquet et tu respires ce tabac qui t'a trop manqué. tu traverses les deux marches avant de tressaillir légèrement en apercevant une ombre en face. bordel.. tu mets bien quelques secondes avant de reconnaître la silhouette et la face du mec de l'autre côté. tu serres les dents. pas encore putain. tu t'tends, et tu t'avances vers les poubelles. qu'est-ce qu'tu fous là ? tu lances en brisant le silence avant de balancer le sac d'un coup de bras par dessus le bord de la benne à ordure. peut-être qu'au final il a quelque chose contre ta gueule. que tu t'en souviens pas. que t'as encore merdé quelques part... tu soupires mentalement à cette possibilité. t'as pas envie d'régler des comptes maintenant. tu voulais rentrer baiser putain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Jeu 16 Mar - 0:23

Tu t'es décidé à quitter le bar, t'as bien vu que ça allait fermer et t'as pas voulu traîner plus longtemps. T'as déjà bossé dans ce genre d'endroit, tu sais ce que c'est que de vouloir rentrer chez toi alors que des clients refusent de partir et que t'es obligé de faire ton boulot. Mais t'as pas pris la bonne direction, t'as pas fais gaffe, acte innocent ou geste médité, t'es pas très sûr mais tu te retrouves là, dans cette ruelle et t'es planté près du mur, à côté de ta guitare. Tu ne sais pas quoi faire, alors tu ne fais rien, parce que t'es comme ça, toi. Tu fais pas les choses parce qu'il faut les faire, tu les fais parce que t'en as envie. Les mains plongées dans ton jean, tu regardes les lumières filtrées faiblement des réverbères qui bordent la rue. Tu pourrais aller voir gavin, mais tu ne peux pas, tu le sais, t'es pas libre d'aller le voir comme tu le voudrais, quand tu le veux, non c'est lui qui vient, et t'accepte, parce que t'as pas le choix, parce que t'es amoureux, comme un con. Que tu supporterais pas qu'il te quitte lui aussi, t'as trop perdu, tu veux pas te retrouver seul. même noah a failli t'abandonner, juste parce que t'es pas dans la norme, parce que t'aimes les mecs et pas les filles comme la société le voudrait, comme elle le dicte. T'as pas choisis tes préférences, t'es né comme ça, point. pourquoi ce serait plus mal que le reste. T'as vraiment du mal à comprendre l'espèce humaine parfois. souvent même. Tu soupires, songeant à repartir sur tes pas, tu sais plus trop combien de temps tu as marché pour arriver là, pas longtemps au vu de l'endroit où tu te retrouves, t'as juste longé la rue, t'as dû tourner à un moment donné. Tu retrouveras bien ton chemin au fond, tu t'es toujours débrouillé jusqu'ici. Tu te retournes pour récupérer ta guitare lorsque la porte face à toi s'ouvre et qu'un type sort. Tu t'arrêtes pour l'observer et tu le reconnais aussitôt malgré le peu de lumière dans la ruelle, le barman. Tu commences à te demander si t'es bien arrivé ici par hasard, tu crois au destin toi, à ces choses étranges qui arrivent sans qu'on ne les prévoit. Tu te redresses alors qu'il allume une cigarette avant de descendre les marches et lever la tête vers toi. Bordel.. son humeur ne semble pas s'être améliorée et tu replonges tes mains dans tes poches, hésitant à repartir ou rester, t'as envie de lui parler à ce mec, tu sais pas pourquoi mais ça te fascine de le regarder, son air sombre t'attire, malgré son attitude de gangster, escroc aux allures de playboy, tout ce qui devrait te faire fuir, toi fils de dealer, orphelin à quinze ans parce que ton géniteur à préféré tricher que gagner honnêtement sa vie. Mais on fait tous des choix, bons ou mauvais, qui guident nos vies et nous font prendre des directions différentes en fonction d'eux. On a tous des raisons de les faire. Et ce type n'est pas né blasé par la vie, il est devenu, tu le sais, tu le sens, ça fait partie de ton don de le ressentir, de le deviner et de comprendre pourquoi. qu'est-ce qu'tu fous là ? Sa voix te sort de tes pensées et tu sursautes légèrement, non pas par peur, mais parce que tu ne saurais pas répondre à sa question, t'as l'habitude de parler aux gens, de les rendre joyeux, par de simples mots, de les amuser mais avec lui c'est différent, tu n'arrives pas à le cerner, à savoir comment agir avec lui, tu voudrais le calmer, trouver les mots pour l'apaiser mais t'es pas sûr que des paroles puissent y parvenir. Tu te contentes de hausser les épaules, comme un tic nerveux. Je crois que je suis perdu, je voulais juste rentrer chez moi, mais... mais quoi ? T'en sais rien, tu parles comme ça vient dans ton esprit, t'es pas doué pour mentir, t'en vois pas l'utilité. Tu marques une pause, réfléchissant à la suite mais rien ne vient à vrai dire. Alors tu le regardes simplement quelques secondes mais la lune est voilée par les nuages et les lumières filtrent à peine des réverbères, tu devines à peine son visage, et ça te perturbe un peu trop alors tu t'approches sans prévenir, comme ça sans réfléchir. T'es beaucoup trop près de lui, plus que la normale ne l'autorise entre deux quasi inconnus, mais tu ne connais pas les règles toi. T'es suffisamment près pour sentir la fumée chatouiller ta peau. Je ne voulais pas vous énerver tout à l'heure vous savez. Tu observes son regard, sa réaction, t'espère le voir changer, voir la colère quitter ses yeux azur.



You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois ✖
i'm a rockstar, deal with it
avatar

Arrivée le : 09/03/2017
Messages : 90
Avatar : sid ellisdon
Crédits : lethargy
Points : 185
DC : naïm l'oublié

Age : vingt ans dans la gueule
Statut : faudrait déjà s'y intéresser
Occupation : mécano, barman du dimanche et du jeudi soir
Ton vote : t'es pas de ceux qui s'en préoccupe
Quartier : fuck off.
Post-it : fuck off².

Rps : 3/3

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Jeu 16 Mar - 22:43

dans le bleu de l'absinthe
dmitri & raylan


tellement habitué à être seul, à cette heure où le gens sont partit finir leur soirée dans une maison, se poser, continuer à se bourrer... trop habitué à ne criser personne, il t'a foutu la trouille il faut l'avouer. pas du genre à flipper qu'on t'agresse, mais t'as été que trop surprit d'une silhouette que tu n'attendais pas. inconnu dans la ruelle, ombre vivante dans la pénombre. tu as encore ton coeur qui se propulse trop vite dans ta poitrine. t'aimes cette sensation. pauvre fou que t'es, d'puis ton accident y'a juste ces stupides montée d'adrénaline qui t'font vraiment kiffer. et déjà celle là elle s'en va, que trop peu forte pour te tenir au corps un moment. faudrait faire avec, simplement. retour dans la réalité, t'es là à vraiment te demander ce qu'il vient foutre ici. au bar, puis là, de longues minutes après la fermeture. t'es sur tes gardes, non pas que tu l'sois pour une raison possible... mais t'es comme ça. en vrai t'es toujours sur tes gardes, constamment, ces derniers temps. fatiguant, tu as l'impression de jamais être tranquille das ce genre de pathétique tourment. stupide. Je crois que je suis perdu, je voulais juste rentrer chez moi, mais... tu l'fixes un instant. serait-il bourré ? pas sur tu l'as entendu chanter un bon nombre de temps dans la soirée, puis tu lui as servit qu'un verre, pas sur que ton collègue en ait servit beaucoup d'autre. tu restes un moment à attendre sa fin d'phrase. t'es pas bavard donc ça aide. mais elle vient pas. abandonnée absente. tu sais pas tellement quoi répondre. tu l'connais pas, tu sais pas où il vit ce gars. une personne normal aurait relancer la discussion, aurait parlé ou se serait tirée. mais toi t'es là, juste debout à l'fixer, sans vraiment être gêné par ce silence qui se prolonge. ce qui te saoule c'est son regard rien d'plus. et là heureusement tu l'vois pas, même si clairement tu l'sens sur toi. il te gave à nouveau. jusqu'à s'approcher d'un seul coup. what ?! tu fais un léger mouvement de recule. léger. parce que bordel il est beaucoup beaucoup trop près. t'serres les dents. Je ne voulais pas vous énerver tout à l'heure vous savez. tu l'fixes, plongeant ton regard bleu acide dans l'sien, à peine éclairé par les réverbères là-bas au loin. ça devrait t'calmer pourtant ça commence vraiment à t'agacer. non pire, à t'énerver. parce que tu comprend pas c'qu'il te veut. pourquoi il est là à venir s'expliquer ? à encore t'fixer ? et qu'il recule bordel il t'a pris pour qui ?!!! tu serres les dents, mais ton visage bien que dur reste impassible. le calme olympien, c'est toujours ça toi, le petit psychopathe de service qui ira démonter un mec avec un calme magnifique. t'en ais pas à ce point. loin de là. alors tu m'veux quoi ? ... on s'connait ? c'est dit avec une voix froide, mais pas cassante. t'façon tu sais pas t'exprimer autrement, ou si t'as su par certaines situations, tu l'as effacé, oublié, fait brûler. t'oublies vaguement ta cigarette entre tes doigts, attendant sa réponse. si ça se trouve c'est juste ça, un mec avec un compte à t'rendre, ça pourrait expliquer le reste. parce que sinon t'es largué, et c'est l'truc que t'as en horreur, par dessus tout. ne pas comprendre un truc. il est par contre trop près, et ça c'est la deuxième autre chose qui t'fait dérailler. pour qui il t'prend l'autre ? tes pas un gosse à approcher, pas un mec qu'on peut frôler... encore moins venir s'planter devant toi comme ça dans une ruelle à peine éclairée. hors de question !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Sam 18 Mar - 16:49

tu bouges pas, t'es planté là immobile devant le barman. Tu t'es approché parce que t'as besoin d'être proche d'une personne quand tu lui parles, t'as besoin de voir son visage, ses réactions, ses traits qui changent au fur et à mesure. Tu veux comprendre comment agir avec eux, même si souvent si tu passes pour un dérangé et qu'on te laisse planté là quand tu t'approches trop. Mais le type il recule juste un peu, il plonge son regard dans le tien et tu le fixes toujours, attendant une réaction de sa part, un geste qui montrerait qu'il ne t'en veux pas. T'es pas du genre à laisser tomber aussi facilement, tu supportes mal qu'on te reproche des choses si il n'y a pas vraiment lieu. Tu te reproches suffisamment de choses, toi-même. Malgré que t'es fais de ton mieux, t'as toujours fais de ton mieux, t'as toujours agis en songeant bien faire. Mais comment réellement savoir si c'était la meilleure chose à faire. T'imagines que tu ne le sauras jamais et de toute façon, ça ne la ramènera pas. mais ça le fera peut-être rester, lui.
Son visage semble impassible, il n'a pas l'air énerver pourtant tu ressens son animosité. Tu soupires faiblement, en passant une main dans tes cheveux, un tic nerveux chez toi. alors tu m'veux quoi ? ... on s'connait ? Tu recules légèrement restant encore proche de lui, sûrement bien trop mais ça t'effleure même pas l'esprit. Non tu ne le connais pas, du moins pas plus que le type qui te sers parfois quand tu viens au bar. Et tu ne sais pas trop ce que tu lui veux, tu te pinces les lèvres, baissant le regard un instant. T'arrives pas à le cerner et ça te stresse légèrement. Tu relèves les yeux vers lui avant de répondre. Non on se connaît pas, enfin je ne connais même pas ton prénom donc... tu le tutoies à ton tour, sans vraiment en prendre conscience, il est visiblement bien plus jeune que toi, ça se voit, malgré qu'il donne l'impression d'avoir vécu milles vies. Tu te grattes la nuque, tes yeux se posent sur sa mâchoire, sur traits fins et carrés, puis reviens sur son regard. Je sais pas trop, en réalité, je voulais juste discuter avec toi, j'imagine..  sans vouloir t'énerver, mais visiblement c'est raté. Tu gardes tes dernières pensées pour toi, t'es pas sûr que ça arrange les choses si tu les dis et c'est bien la première fois que tu ne dis pas franchement les choses. Faut croire que t'as appris un truc avec ce type, au fond.   



You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois ✖
i'm a rockstar, deal with it
avatar

Arrivée le : 09/03/2017
Messages : 90
Avatar : sid ellisdon
Crédits : lethargy
Points : 185
DC : naïm l'oublié

Age : vingt ans dans la gueule
Statut : faudrait déjà s'y intéresser
Occupation : mécano, barman du dimanche et du jeudi soir
Ton vote : t'es pas de ceux qui s'en préoccupe
Quartier : fuck off.
Post-it : fuck off².

Rps : 3/3

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Sam 18 Mar - 21:19

dans le bleu de l'absinthe
dmitri & raylan


t'es mal. tu sais pas tellement pourquoi mais sa manière d'agir te met mal. dans l'genre énervé. dans l'genre sur les nerfs. avec le sang qui pulse, prêt à taper, prêt à frapper... comme toujours Dim t'es là avec la haine au bide, les tripes tordues par cette envie d'frapper. toujours. tous les jours. c'est pareil tout le temps, t'es incohérent, t'es instable, t'es pas fiable. t'es l'gosse qui frappera juste pour faire taire autrui. et il n'échappe pas à l'habitude lui non plus. cet inconnu qui débarque comme ça et commence à t'mettre la tête à l'envers avec ses manières. il parle trop franchement, l'inverse de toi. tu dis les choses sans filtres, avec méchanceté. il dit les choses sans filtre, sans même penser à faire le mal. tu pensais en être débarrassé après les pauvres répliques pathétique du bar. mais nan. Non on se connaît pas, enfin je ne connais même pas ton prénom donc... ok, alors d'où il sort ce mec ? pourquoi il est là à t'prendre la tête avec sa présence, avec ses regards. ça t'fout les nerfs pour rien. et ça t'emmerde pour deux fois rien. c'est bien ça l'pire, qui t'saoule. ça ne fait que remettre encore plus le bordel dans ta tête. s'il te connait d'nul part, pourquoi il continue comme ça ?
il recule, tu préfères. même si ça reste beaucoup trop bizarre comme proximité. pour des inconnus qui s'croisent dans la rue c'est beaucoup trop proche. il devrait s'méfier, on t'a souvent qualifié de taré. tu sautes à la gorge sans même l'annoncer. il soupire un peu, tu dis rien. qu'il arrête de soupirer, c'est toi l'gars saoulé. Je sais pas trop, en réalité, je voulais juste discuter avec toi, j'imagine.. il te décontenance pour de vrai. alors tu te refermes encore plus. t'es d'ceux qui devienne froid juste pour cacher leur réaction. puis t'aimes pas son regard, sa manière de mater ton visage, d'accrocher tes yeux puis descendre. il te prend pour qui ? t'es pas une meuf qu'on peut mater... il va s'en prendre une.
sauf que peu à peu y'a un autre truc qui s'glisse à toi. l'truc bien dégueulasse. l'truc que tu veux pas entendre, ni ressentir. encore moins penser. recule crevard, changes de rue bâtard. tu t'crispes. tu m'prends pour l'mec qu'a besoin d'pote pour venir discuter ? tu fais un pas en avant vers lui, beaucoup trop menaçant. et arrête d'me mater comme ça putain. j'suis pas une gonzesse dans la rue alors arrête si tu tiens à ta gueule bien proportionnée. voilà, là tu deviens énervé, là ton calme il commence à s'barrer. toujours la même chose. faut pas t'chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mar 21 Mar - 23:52

 Je sais pas trop, en réalité, je voulais juste discuter avec toi, j'imagine.. tu sors ça, comme ça, parce que c'est peut-être vrai, au fond. Ça l'est sûrement même. Mais pourquoi lui, pourquoi ce soir ? Y a ce truc qui t'attire chez lui, comme un aimant, tel un papillon de nuit attiré par la lumière, tu peux pas t'empêcher de vouloir être près de lui, d'être avec lui. C'est bizarre comme sensation pour un être humain lambda mais pas pour toi. Tu le sais énervé, tu sais que c'est à cause de toi, mais ce type t'as juste envie de le voir autrement. tu m'prends pour l'mec qu'a besoin d'pote pour venir discuter ? Nouveau ton agressif, pourtant seul sa voix et son regard semblent l'être, son corps trahis autre chose. Il s'approche d'un pas, un air menaçant dans les yeux. Mais t'es toujours pas effrayé, toi t'as l'habitude des types dans son genre, ceux qui se servent de leur poings pour s'exprimer. Tu les as connu toute ton enfance, quand on est pas « normal » on est la cible de ces gars là à l'école. Des coups t'en as reçu, mais la douleur physique ça ne dure pas, c'est temporaire, ça se contrôle avec le temps, t'as vite appris à ne plus la ressentir toi. et arrête d'me mater comme ça putain. j'suis pas une gonzesse dans la rue alors arrête si tu tiens à ta gueule bien proportionnée. Nouvelle menace. Tu souris presque. Mais tu ne bouges pas, tu hoches la tête. Tu faisais pas forcément attention que ton regard dérivait. Ce type est sexy tu ne peux pas le nier, t'as jamais été très discret de ce côté là, si une personne te plaît, tu le fais savoir, y a pas d'intérêt sinon. Tu sens son souffle chaud contre ton visage, sa rage est palpable mais tu remarques aussi qu'il est toujours là. Il te menace depuis plusieurs minutes déjà, il a déjà fait dans le bar, mais c'est lui qui est venu te parler en sortant, il aurait très bien pût poursuivre sa route et te laisser là, dans cette ruelle. Ça ne t'aurait même pas dérangé, d'autres l'auraient fait à sa place. Mais il est venu et il est encore là, tout près de toi, trop proche de toi. Tes mains viennent agripper sa veste, sans agressivité. frappes moi si t'en as autant envie. Tu insistes sur le dernier mot, t'es pas aguicheur, pas comme ses prostituées que t'as souvent croisé dans ce genre de ruelle le soir, celles que t'as jamais suivis parce que t'es pas de ce genre toi. T'as même pas vendu ton corps pour de l'argent quand tu luttais pour survivre, pour nourrir ta sœur. Mais tu ne veux pas penser à elle. Pas maintenant. Tu veux simplement qu'il retire son masque, qu'il montre son vrai visage et t'es prêt à te faire tabasser si il le faut. Tu restes accroché aux pans de sa veste, presque collé à lui. Tu ne sais pas trop où tout ça va te mener, probablement à l'hôpital mais tant pis. Après tout, t'as peut-être envie qu'il te frappe, qu'il te fasse souffrir, t'as peut-être besoin de cette douleur physique, pour oublier la plaie brûlante qui s'agrandit en toi depuis deux mois. tu relâches finalement sa veste, laissant tes mains glisser sur son torse au passage. j'arrêterais de te regarder quand t'arrêteras d'être sexy. tu sors ça sur un ton détaché, l'air innocent, sans ironie dans la voix. t'essayes pas de le charmer, t'es juste honnête.   



You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois ✖
i'm a rockstar, deal with it
avatar

Arrivée le : 09/03/2017
Messages : 90
Avatar : sid ellisdon
Crédits : lethargy
Points : 185
DC : naïm l'oublié

Age : vingt ans dans la gueule
Statut : faudrait déjà s'y intéresser
Occupation : mécano, barman du dimanche et du jeudi soir
Ton vote : t'es pas de ceux qui s'en préoccupe
Quartier : fuck off.
Post-it : fuck off².

Rps : 3/3

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Jeu 23 Mar - 20:23

dans le bleu de l'absinthe
dmitri & raylan


ta soirée, elle avait pas si mal débutée. elle était même plutôt bien engagé, t'avais pas d'truc à gérer, pas de deal, pas d'emmerdes. rien pour t'faire enrager. ta soirée elle avait bien démarrée. sauf que c'est toujours comme ça avant le tournant. avant que tout se braque, que le virage arrive et que l'reste parte en merde impossible. welcome to la réalité Malejka. et il est encore là, toujours là. bien sur ses pieds. normalement les gens, ils fuient quand tu commencent à t'énerver. faux. les gens ils fuient un peu n'importe quand, juste devant toi. t'es bien a fréquenter, t'es un peu le petit diable qu'on aime fréquenter en groupe, mais dont on craint les tête à tête. tant mieux, t'es pas bon en tête à tête. pourtant lui il est là, encore. et tu finis par vraiment commencer à t'énerver. tu commences à peine et pourtant il semble vouloir poursuivre les choses, te propulser contre tes envies de violences et tes pulsions sanguinaires. c'est suicidaire. encore plus quand il agrippe ta veste et que tu lèves un sourcil très très calme et pourtant très très compréhensible. dans l'style "t'es suicidaire mec?!" trop suicidaire. vraiment. t'as les dents qui se serrent, le poing qui se crispent... frappes moi si t'en as autant envie. tu vois rouges, tu vois noir. et dans ta tête y'a une petite chanson qui commence doucement. tentatrice. pas ce soir, pas maintenant, dim fait d'mi tour, éloignes toi... flingues pas ta soirée. et pourtant y'a lentement comme une autre mélodie bien plus dévastatrice qui prend le contre pied, qui vient s'ajouter. et dedans c'est la cacophonie, c'est un nouveau Bagdad qui commence à gronder. c'est un fond sonore dérangeant, rien d'encore entêtant. pas pour l'instant. m'cherche pas. c'est froid, c'est sec, c'est tranchant et ton sang froid tu commences à l'perdre. et quand il lâche ta veste; quand il se décide enfin à le faire, tu as ton poing très proche de partir. mais ces mains qui descendent et frôle ton torse t’arrêtent. plus dans un élan de stupeur, de parfait étonnement. tu dois pas être branché sur la même planète qu'lui c'est pas possible ? il t'prend pour qui l'autre taré ? pas sur quil puisse finir la soirée. pas sur du tout. j'arrêterais de te regarder quand t'arrêteras d'être sexy. t il signe à l'encre rouge sa mort prochaine. et sa phrase il la termine à peine que tes doigts attrape sa veste, son pull, bref un truc près d'son épaule, près d'son torse et le pousse avec violence pour aller le plaquer contre le mur. avec froideur, avec la douceur d'un tueur. tu t'colles à un centimètre d'son visage. trop près Dmitri, recule bordel ! t'sais très bien ce qui va s'passer, et doucement dans ta tête c'est une chanson trop réprimée qui vient déjouer tes envies de meurtres et autres pensées. recules, t'sais comment ça va se terminer. ton regard froid et dur se fait long et tu t'tais un moment envie entre coup de poing et coup de rein. t'es un taré à enfermé. tu ferais mieux d'choisir tes mots et d'la fermer compris ?! tu craches entre tes dents bien que tu commences à avoir une idée bien plus différente pour ta fin de soirée. et tu voudrais bien la refréner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Ven 24 Mar - 0:01

Tu sais plus trop ce que tu faisais dans cette ruelle à la base. T'as un perdu la notion du temps et du reste. Y a ce type là devant toi et tu t'es focalisé sur lui, peut-être un peu trop mais tu veux savoir où tout ça va vous mener, sûrement aux urgences pour toi mais au moins tu auras été jusqu'au bout, t'auras essayé. Tu vas toujours au bout de tes actes toi. Tu sais pas bien pourquoi, mais c'est un principe. Et tu sais pas ce que tu cherches à prouver là non plus, mais si ce mec veut se défouler sur toi, pourquoi pas après tout. m'cherche pas. T'es même plus perturbé par son ton sec et glacial. T'es habitué faut croire. C'est peut-être sa nature au fond, t'en sais rien mais peu t'importe maintenant. T'es plus vraiment focalisé sur ça, t'aurais pas dû t'approcher si près, le toucher. Non t'aurais pas dû faire ça. Vraiment. Une autre idée s'est lentement glissée dans ton esprit, alors que tes mains sont accrochées à sa veste que ton visage est proche du sien, que son parfum t'effleure, tu respires ses effluves. T'es perdu. Foutu. Tu balances ta phrase sans penser aux conséquences, parce que t'es plus trop capable de penser là et que tu le fais jamais vraiment avant de parler de toute façon. Tes mains retombent effleurant son torse. Geste inconscient ou prémédité, t'en ai pas très sûr toi-même. Mais t'as pas le temps d'y réfléchir que ton corps est propulsé contre le mur, sa main agrippant ton col, t'as rien venu venir et l'impact est brutal, ton dos craque contre les briques, ton crâne cogne, rendant ta vue floue pendant quelques secondes. Son souffle chaud te frôle les lèvres, tu le fixes malgré ta vision troublée par le choc. Tu ne ressens pourtant pas la douleur, tu souris presque même, un sentiment bien différent que la normale qui te parcours. Tu fermes les yeux un moment, inspirant pour retrouver tes esprits. Tu te pinces la lèvre inférieur, tu sais que ça risque de l'énerver encore plus mais c'est plus fort que toi. tu ferais mieux d'choisir tes mots et d'la fermer compris ?! Tu ressens sa rage, tu entends presque son cœur battre contre sa poitrine. Il est collé à toi et tu peux aisément deviner les traits de son cou, sa veine presque écarlate sur sa tempe. Tu sens sa colère mais tu perçois autre chose également, cette même chose qui te prends aux tripes, ce truc qui te rend dingue, qui te fais perdre toute notion de la morale. Tes iris se plongent de nouveau dans les siennes, tes doigts agissent presque d'eux-même et viennent s'agripper à son jean, frôlant sa peau dans ton geste. Tu l'approches un peu plus à toi, malgré le peu d'espace qui vous séparait. Je peux me taire ouai. Tu réponds dans un souffle, toujours avec ton air décontracté. Après tout, tu vas peut-être pouvoir bénéficier de cette rage d'une autre manière. Tu prends le risque, tu joues ta vie, t'en sais rien mais tu tentes, tu te redresses légèrement, tes doigts toujours sur sa ceinture pour le coller à toi, tu plonges sur ses lèvres, les scellant aux tiennes avec une certaine ferveur. T'es prêt à crever sous ses coups pour ce baiser.
   



You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois ✖
i'm a rockstar, deal with it
avatar

Arrivée le : 09/03/2017
Messages : 90
Avatar : sid ellisdon
Crédits : lethargy
Points : 185
DC : naïm l'oublié

Age : vingt ans dans la gueule
Statut : faudrait déjà s'y intéresser
Occupation : mécano, barman du dimanche et du jeudi soir
Ton vote : t'es pas de ceux qui s'en préoccupe
Quartier : fuck off.
Post-it : fuck off².

Rps : 3/3

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Sam 25 Mar - 15:40

dans le bleu de l'absinthe
dmitri & raylan


tu l'fais pas exprès, t'énerver n'est ni une attitude voulue, ni un but recherché. t'es d'ceux qui savent pas s'exprimer. trop enfermé depuis des années, les décennies passent et n'arrivent pas à s'évaporer. t'es d'ceux qui ressentent mal, qui parlent pas, d'ceux pour qui la confession n'égale pas la passion. t'es d'ceux qui vont mal. tout l'temps. sans échappatoire, tu ne t'aides que de tes poings. nombreux sont ceux qui l'ont compris à leur dépens. et il semble que ce gars soit de ceux là aussi, ou alors de ceux qui sont malade. tarés. toqués. ceux qui veulent provoquer, filer vers les problèmes. et il n'est pas tombé au mauvais endroit et face à la mauvaise personne. c'est certain. et il continue à s'enfoncer dans ce jeu avec le feu malsain.
t'aurais du tourner les talons dès le début, ne pas insister dans cette habitude de tout contrôler, d'envoyer chier, d'être le dernier. mais t'es pas mieux, t'es maso c'est un fait. encore là, t'aurais du être partit depuis un moment. face à cet inconnu quel était l'obligation d'avoir le dernier mot ? il y en avait pas, et pourtant t'es encore là, et maintenant t'as les nerfs à vif. t'as le cerveau qui commence à bouillonner et l'envie d'lui faire bouffer le béton. juste ça rien que ça.
mais t'es pas l'seul à être taré, dans cette ville faut croire que tu peux pas y échapper et bientôt, il dévoile son visage et les conneries qui vont s'en suivre. ta respiration se bloque entièrement quand tu sens sa main sur l'haut d'ton jean, et tes doigts se resserrent sur son haut qui n'a absolument rien demander. tu dois l'frapper. et pourtant ton cerveau commence à embrayer sur autre chose, sur une envie qui devrait pas exister. Je peux me taire ouai. bonne idée. très bonne idée. et maintenant qu'il arrête aussi d'te fixer comme ça, qu'il retire sa connerie de main... ouais et vire t... trop tard. beaucoup trop tard quand ses lèvres viennent buter contre les tiennes. et ta tête elle bug littéralement. qu'il ose ? ou qu'il soit bien l'seul à sauter à deux pieds dans un suicide envisagé ? ça dur qu'un instant et pourtant c'est l'effet d'une bombe. t'attrapes sa tête par l'endroit que t'atteins le plus facilement, et tu l'écartes pour le cogner à nouveau contre l'mur. pas sur qu'il garde beaucoup de neurones de cet échange... le visage enragé qu'il ait osé tu es proche d'le frapper et pourtant ses doigts sur ton jean déclenchent un feu impossible à éteindre. autant dans ta tête que dans tes veines.. et surtout, surtout dans ton jean. t'as envie d'le tuer, mais ça sera pour après. et durant ces quelques secondes de débats intérieur, y'a ce silence sanglant, lourd et menaçant entre vous. y'a un truc beaucoup trop étrange. tu saurais pas quoi dire. peut-être sa manière de tout provoquer, sans même le chercher. trop taré. et sans même vouloir y réfléchir tes doigts attrapent son jean défaisant sa ceinture que trop rapidement. t'approches pas d'ma bouche. c'est qu'un corps. un trou c'est un trou, tu t'le répètais que trop souvent et ça revient intensément.

hs: désolé j'ai rien fais trop avancer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Lun 27 Mar - 20:05

T'as signé ton arrêt de mort, tu le sais, tu sens. T'as plongé la tête la première du haut de la falaise, le saut de l'ange. Tu ne le laisses pas finir sa phrase, tu craques, plus de doutes, tu fonces. Tes lèvres effleurent les siennes, c'est court, c'est rapide, mais c'est intense. Le pas est franchis, la barrière est brisée. La scène a changé, la ruelle disparaît. Il n'y a plus que lui, face à toi, la colère toujours visible dans ses yeux. Ta tête retrouve le mur dans un nouveau choc, tu saignes probablement, t'en sais rien, tu t'en fiches. T'es plus capable de réfléchir, de toute façon. T'attends le premier coup, il va te tuer, ça se voit dans son regard, il hésite depuis le début, mais tu l'as poussé à  bout cette fois, t'as joué avec le feu, quitte ou double. T'as tout misé, soit tu gagnes soit tu perds. Tu le fixes pourtant, tu veux le regarder en face peu importe la suite. Tes doigts sur son jean caressent doucement sa peau, d'un geste presque invisible. Tu perçois le doute dans ses yeux, tu ignores quel débat fait rage dans son esprit, il réfléchit sûrement à la manière de procéder, te frapper ou juste t'abandonner là, comme une victime qui n'en vaut pas la peine. Mais la suite te prend au dépourvu dans un premier temps. Ses doigts viennent à leur tour agripper ta ceinture pour la défaire d'un geste vif et rapide. t'approches pas d'ma bouche. Un demi sourire s'affiche sur ton visage, tu hoches légèrement la tête pour approuver sa requête. Tu ne dis rien, tu ne veux pas gâcher le moment, t'es pas sûr qu'il aille jusqu'au bout, t'as peut-être mal interprété ses signaux, mais sa main qui défait ton jean confirme tes doutes, même si la haine reste visible sur son visage. Du sexe bestial, violent, ça ne t'a jamais dérangé toi, au contraire. Le contact physique, deux corps qui s'unissent dans un ébat presque animal, c'est ce qui t'excite le plus. Si il y a bien un domaine où tu excelles c'est bien celui-là, pourtant les gens sont étonnés la première fois, ton caractère habituellement docile ne laisse pas prévoir cette aptitude, mais tu ne cherches même pas à cacher ton jeu, tu ne comprends pas qu'on puisse juger quelqu'un juste sur une attitude. Tu es doué dans plusieurs domaines pourquoi pas celui-là, où tout réside simplement sur l'expérience et tu en as pas mal toi, c'est tout. Tu décales légèrement ton bassin pour le décoller du mur pour lui faciliter la tâche, alors que tes doigts imitent son geste et déboutonnent son jean aussi, tes mains glissant sur ses hanches pour le faire glisser lentement.



You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois ✖
i'm a rockstar, deal with it
avatar

Arrivée le : 09/03/2017
Messages : 90
Avatar : sid ellisdon
Crédits : lethargy
Points : 185
DC : naïm l'oublié

Age : vingt ans dans la gueule
Statut : faudrait déjà s'y intéresser
Occupation : mécano, barman du dimanche et du jeudi soir
Ton vote : t'es pas de ceux qui s'en préoccupe
Quartier : fuck off.
Post-it : fuck off².

Rps : 3/3

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Lun 27 Mar - 20:43

dans le bleu de l'absinthe
dmitri & raylan


victoire du corps sur l'esprit. t'iras crever en enfer, te damner pour l'éternité. t'iras te haïr en silence parce que t'es voué qu'à ça. ou la mort. crever devrait être simple pour un connard né. mais non. pas ce soir. pas maintenant en tous cas, et ce soir, dans l'instant tes pulsions reprennent leur droit sur un veto trop longtemps tenu. sans doute que t'étais trop naïf, t'pensais stupidement quand le fuyant lui tu arriveras à fuir les démons qu'il a planté. crevard de pédé, il t'a vraiment tout chamboulé. t'iras lui faire payer, tu l'jures dans un coin d'ta tête qui ne sert plus à rien durant ces instants, obsolète. elle l'est. ton esprit fait marche arrière et tes gestes te devancent. pour le bien du monde entier tu devrais t'arrêter... mais qu'est-ce que l'monde en a à chier d'tes conneries, d'tes délires chelou, et ta sexualité bien trop dépravée ? strictement rien, t'es qu'un déchet. point final. alors tu tires un traits sur les pensées, sur le dégoût qui disparait sur le banc de touche. plus question d'songer alors que tu sens ses doigts frôler ton ventre. ta peau réagit vaguement. non beaucoup trop, frisson que tu controles, t'as l'feu au calbute c'est certain. en si peu d'temps, et quand ses doigts tire sur ton jean c'est bien plus que le reste. tu croises son regard, tu l'toises. t'es pas du genre serviable et gentil, ça se saurait. qu'est-ce qu't'as ? ... tu l'tires vaguement contre toi, pas dans un but des plus tendre et sexy. quoi que le sexy chacun le trouve à sa porte. tu t'en branles, c'est pas important, pas ce soir, pas pour toi.tu descendant son jean, ton index accrochant son boxer pour l'faire descendre en main dans, de peu, mais assez pour c'que tu veux. aucune gêne. ton cerveau à griller quand t'a pris l'envie d'baiser. t'es taré. t'es foutu. r'tournes toi. c'est pas froid, parce que la ta voix elle a trop d'envie dedans, c'est brutale, c'est bestiale. c'est tout toi, aucune douceur, aucune finesse. il a pas signé pour ça t'façon. de toute manière il semble pas pouvoir s'en plaindre, parce que l'un comme l'autre, das cette ruelle trop noire et oublié, il vous a fallut que de deux minutes trop proche l'un de l'autre pour vous faire bander. alors c'est l'seul truc qui t'importe. ça... et son cul. parce que t'es vraiment pas du genre difficile... puis en même temps, faut l'voir... suffit de l'avoir face à soit, mais ça tu veux pas y songer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Lun 27 Mar - 22:02

Ton corps plaqué contre la brique, la nuit vous enveloppe, la lune projette vos ombres contre le bitume. T'avais pas prévu cette soirée, mais la perspective de la suite te réconforte d'une certaine manière. Tu sais que ça ne risque pas de durer, quelques minutes et chacun repartira comme il est venu, mais ça ne t'empêche pas d'apprécier l'instant. Le regret, la réalité, les lendemains où l'oublie fera son arrivée, où la vie reprendra son cours, tu ne les connais que trop bien. T'es même presque engagé dans une relation où rien a de sens. Tu sais laisser les sentiments de côté pour simplement profiter de la chair, la chaleur d'un corps et son corps tu veux le sentir, cette idée s'est immiscée dans ton esprit depuis maintenant plusieurs minutes, trop longues, et le désir grandit chaque seconde, jusqu'à perdre le contrôle. Tu ne peux empêcher un sourire et sa réaction ne t'étonne pas, il ne changera pas juste pour toi, t'as finis par le cerner, au fond. Tu ne cherches plus à percer son histoire, chacun à la sienne. Il ne se doute probablement pas de la tienne et tu sais qu'il s'en fiche parfaitement. T'es juste un mec trop insistant qui a croisé sa route. Un type qu'a pas voulu rentré chez lui, affronter sa réalité, sa solitude. Mais t'es arrivé à tes fins, comme toujours et tu savoures le moment. Tu sens ton corps se coller à lui, tu le laisses te manipuler telle une marionnette, ton jean se retrouve sur tes chevilles, ton boxer le suit aussitôt, ses doigts t'effleurent la peau, qui s'enflamme à son contact. r'tournes toi. Tes mains lâchent son corps, et tu te retournes, toujours sans un mot. Ton foutu sourire toujours accroché à tes lèvres. Tu t'adaptes à la situation, tu cernes vite ses intentions. Tes mains se posent sur le mur froid, le vent vient souffler sur ta peau nue, tu te pinces les lèvres. Tu reposes ta tête contre le mur, fermant les yeux un moment. Tu ne connais même pas son prénom, mais ça te dérange pas. Pas pour le moment.



You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois ✖
i'm a rockstar, deal with it
avatar

Arrivée le : 09/03/2017
Messages : 90
Avatar : sid ellisdon
Crédits : lethargy
Points : 185
DC : naïm l'oublié

Age : vingt ans dans la gueule
Statut : faudrait déjà s'y intéresser
Occupation : mécano, barman du dimanche et du jeudi soir
Ton vote : t'es pas de ceux qui s'en préoccupe
Quartier : fuck off.
Post-it : fuck off².

Rps : 3/3

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Lun 27 Mar - 22:40

dans le bleu de l'absinthe
dmitri & raylan


s'arrêter. retour en arrière, pas de pause sur la bande, on rembobine mais jusqu'à où ? c'est pas d'ce soir que le problème commence, c'est pas de sa rencontre que le truc déconne. retour en arrière. plus loin que la veille, que les nuits et les semaines, retour de loin, retour pour tout. non pas ce soir, non pas possible, dans cette vie seule la drogue te servira d'oublie. et sa peau pour la nuit. pour la nuit ? pas sur, disons pour les prochaines minutes à venir, et l'reste tu sais pas. tu cherches pas. tu n'as aucun mal à ramener une fille dans ton lit, à la touche, la baiser, la laisser rester. c'est naturel, c'est bien normal. mais l'reste c'est contre nature, l'pédé a tout foiré, tu l'as que trop longtemps laissé resté dans tes draps, accroché à tes bras il t'a retourné le cerveau et fait pousser les racines de l'obscure. du diable dans tes pensées et ce soir il revint te hanter. c'est même pas prévu, c'est de l’inné. tes doigts qui pousse son jean vers le bas, qui le laisse rester sur ses cuisses ou tomber, tu regarde à peine. tu t'en fous carrément. totalement. tu veux y croire. que tu n'as pas dans tes pensées ses yeux qui fixaient ta bouche y'a encore quelques instant, que son souffle t'a pas retourné la tête, les tripes. bordel. vos regardes se croisent et tu sens l'envie monter d'un cran.le silence tu t'en fiches, mieux encore tu le kiffes. et il se retournes alors qu'un sourire que trop satisfait de glisse à ton visage. tu l'fixes comme ça, de dso et ton regard glisse de son dos jusqu'à sa peau découverte, et tes dents viennent s'acharner sur une lèvre qui n'a rien demander. bordel... tes doigts longent doucement son dos, avec un calme trop lent un bref instant. supplice sadique et dominateur, tu n'arrêteras jamais... ou pas. parce que t'as foutrement mal dans ton caleçon, parce que ça devrait être flippant d'avoir la trique juste si rapidement mais que ça fait que trop longtemps que t'as pas été autant excité. et tu cherches pas plus, dans la beauté des préliminaires tu ne connais ni la lenteur ni le nom. t'as envie d'baiser, t'as envie de va et vient brutaux, d'sentir les vagues de l'orgasme monter, tu veux l'entendre gémir, tu veux que plus rien est importance. absolument rien, faire taire tes pensées absurdes et dégueulasses. tu te dégouterais si tu te laissais penser, mais c'est mécanique. c'est pathétique. et tu finis par cracher dans ta main, improvisant avec grande délicatesse ce lubrifiant rudimentaire. tes doigts rejoignent ton sexe trop tendu par l'envie, ton boxer sous l'cul, à peine sur tes cuisses.. pas besoin d'plus. s'il voulait du classe, il aurait du continuer, pas s'arrêter. toi c'est mal barré pour te stopper alors que tu reviens contre lui, entre ses fesses et que sans plus de procès ton bassin vient s'appuyer contre le sien et bientôt se coller. et bordel ton cerveau il revit, et ton corps se crispe de plaisir. fuck..., tes doigts se serrent sur sa peau sans tellement trop penser qu'il pourrait s'en plaindre. et t'oublie vaguement que tu voulais l'frapper, maintenant y'a une autre solution pour lui faire regretter de t'avoir vaguement fait chier... et ton exécutoire c'est son corps et son cul à ta disposition alors que tu commences des mouvements en lui ta respiration commençant sérieusement à se perdre en régularité. et bordel, t'avais oublié, à quel point le plaisir est intense, que c'est fulgurant et tu accélères dans cet quête de l'excès et du plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mar 28 Mar - 16:25

Tout va vite, trop vite. Ou pas assez. Y a trop de trucs qui se bousculent dans ton esprit, mais tu les refoules. Tu veux être là, présent, conscient de chaque seconde qui se déroule. Tu penses plus à rien, tu te l'interdit, tu pourrais faire marche arrière sinon, même si t'as pas l'impression de faire quelque chose de mal, tu sais que la morale te dirait le contraire. Mais tu t'en fiches toi, tu as tes principes et tu ne t'es jamais laissé guider par les diktats de la société. Tu réponds juste à cette foutue envie, ce désir qui te brûle le corps depuis que t'as frôlé son visage, que t'as croisé son regard, parce qu'après tout c'est peut-être cette éventualité qui t'a poussé à lui parler, à rester dans cette ruelle, pour te retrouver dans cette situation. Il t'a pas fallu beaucoup pour tomber dans ses filets, son souffle sur ton visage, ses yeux dans les tiens, malgré la colère, la rage, mais toi ça t'a plutôt excité, ça n'a fait qu'aggraver ton supplice, agrandir ce désir qui te démangeait le bas ventre. T'es pas du genre romantique, mais tu aimes prendre ton temps, apprécier le moment, faire augmenter l'envie doucement. Mais tu sais bien que ça n'arrivera pas cette fois, et ça ne te gêne pas pour autant. Tu prendras autant de plaisir, chaque cas à sa situation mais le résultat reste le même.
Tu sens ses doigts sur ton dos, glisser doucement et tu frissonnes, retenant un gémissement. Les secondes passent lentement et tu le sens se coller enfin à toi, le contact est brûlant, tes doigts se crispent sur la brique, alors qu'il te pénètre, ton corps se redresse légèrement, ton entrejambe se durcit  à chaque mouvement. Fuck... sa voix renforce le plaisir, ses doigts serrent ta peau mais la faible douleur est vite oubliée, tu le veux ce contact. Tu fermes les yeux, laissant la ruelle, le mur, la nuit et tout le contexte autour s'effacer un moment, pour ne voir que lui, ne sentir que lui. Tes dents se resserrent sur ta lèvre inférieur alors qu'un gémissement t'échappe finalement. Ses va-et-vient s’accélèrent et tu serres les poings contre le mur, ton membre qui s'enflamme à chaque mouvement, tu laisses de nouveaux gémissements franchir tes lèvres, tu te fiches qu'on t'entende, qu'on vous trouve tous les deux dans cette position.



You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois ✖
i'm a rockstar, deal with it
avatar

Arrivée le : 09/03/2017
Messages : 90
Avatar : sid ellisdon
Crédits : lethargy
Points : 185
DC : naïm l'oublié

Age : vingt ans dans la gueule
Statut : faudrait déjà s'y intéresser
Occupation : mécano, barman du dimanche et du jeudi soir
Ton vote : t'es pas de ceux qui s'en préoccupe
Quartier : fuck off.
Post-it : fuck off².

Rps : 3/3

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mar 28 Mar - 18:59

dans le bleu de l'absinthe
dmitri & raylan


c'était pas voulu. pas prévu. détour habituel de démon en sommeil. et les coups de reins prennent le dessus, et le plaisir consume le reste. tout le reste. c'est pas ton corps. c'est pas le sien. c'est pas cet inconnu dont tu connais rien. y'a rien à expliquer, tu ne saurais l'avouer. et les gestes reprennent leur droit, et l'excitation devient maitresse de la suite. tu l'sens se contracter, tu l'sens sa manière d'se tendre et c'est à se damner. bordel, t'avais quasiment oublié. et c'est foutrement bon de sentir ce genre de connerie, de ce contrôle total habituel, de cet odeur bien trop masculine, de la manière dont il commence à respirer l'autre brun. d'sa manière de légèrement gémir, vas-y continues, c'est bandant. c'est kiffant. il cherche même pas à imposer quoi que ce soit, ni un pseudo rythme débile, ni un jeu complètement navrant de la pédale qui prend son pied. tu l'aurais fait taire d'toute manière mais pas la peine... t'vois ces poings se crisper sur le mur, tu souries satisfait. ton plaisir c'est égoïste, connard des temps moderne tu pourrais baiser juste pour tes propres jouissances mais y'a ton égo qui aime ça beaucoup trop... ce plaisir dévorant qui se donne à deux, sous tes coups de reins qui ne font qu'accélérer. encore et encore. tu sens ton sexe qui glisse en lui et à chaque fois c'est presque plus douloureux ce plaisir qui t'broie les tripes quand tu t'enfonces en lui. tu tapes plus fort ton bassin contre ses fesses, tu grognes de plaisir. il gémit, tu prends ton pieds presque juste à l'entendre faire. tu t'appuies d'un bras sur le mur, ton autre main le tenant par les hanches... et dans la rue c'est le silence absolu. brisé pourtant par vos râles de plaisir, par le bruit de ton bassin contre le sien, par ton corps qui vient se perdre en lui un nombre de fois incalculable. t'as chaud, t'as l'souffle trop perdu entre plaisir et effort, et tes reins sont en feu... proche de la fin ? meilleure partie que tu repousses encore et encore, ralentissant le rythme pour essayer de tenir plus longtemps, garder ce plaisir douloureux encore un moment, faire durer les choses alors qu'à chaque fois qu'il gémit, qu'il se tend et se crispe autour de ton membre durcie tu frôles la jouissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mar 28 Mar - 20:47

Envie soudaine. désir cruel. Folie passagère. Délire envoûtant. T'es prisonnier de son corps, victime de ses coups de reins. Plaisir malin, tu ne peux retenir tes gémissements. Les poings serrés, les yeux clos, tu oublies votre échange précédant, tu occultes le fait qu'il a été à deux doigts de te frapper. T'as pris un risque et t'es récompensé. T'as le feu qui te consume, qui enflamme le peu de doute qui te restait. Tu sais plus très bien comment a commencé ta soirée, quel chemin t'a parcouru pour en arriver là mais c'est le genre de truc qui t'arrive souvent toi. Tu réfléchis rarement à la suite, t'improvises tous les jours depuis tes quinze ans. Ça ne se finit pas toujours aussi bien, mais au moins t'es pas déçu quand t'attends rien. Et ce type contre toi, en toi, t'avais pas prévu ça, clairement mais pas de regret, pas de honte, t'assumes pleinement ta sexualité, être plaqué contre un mur, être pris par un inconnu dans une ruelle, pas la moindre gêne pour toi. Pourquoi t'en aurais, ce mec t'attire, crée ce désir insatiable en toi, pourquoi résister si la réciproque est présente et palpable. Mais tu sais à qui tu as affaire, pas le genre à te murmurer des mots doux dans l'oreille, à aiguiser ton désir par des touchers, pas de préliminaires, pas le temps, pas besoin, le désir est là de toute façon. Trop tard, l'action direct. Ses coups sont rapides et vifs, le plaisir grimpe à la vitesse de la lumière, tes gémissements trahissent ton désir. Tu t'accoudes sur un bras contre le mur, ton autre main vient se poser sur ton sexe, l'enroulant pour le frictionner, lentement, ta lèvre inférieur saigne presque, tu passes ta langue dessus, un goût métallique t'envahis aussitôt la bouche. Sa main vient se poser sur le mur proche de ton visage. Tu te redresses alors, presque droit, le bassin courbé, son sexe toujours en toi, ses mouvements ralentissent légèrement mais tu ne veux pas finir si vite, pas encore, tu viens poser une main sur sa nuque, le bras contorsionné par le geste. Besoin de contact. Besoin de le sentir plus. Un râle s'échappe de ta gorge. Tu laisses ton corps agir, ta raison est corrompue. Tu ne réfléchis, les mots sortent d'eux-même. Putain, c'est bon... t'es pas le genre à jurer pour rien, mais là c'est plus vraiment ton cerveau qui parle, mais ton désir.



You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois ✖
i'm a rockstar, deal with it
avatar

Arrivée le : 09/03/2017
Messages : 90
Avatar : sid ellisdon
Crédits : lethargy
Points : 185
DC : naïm l'oublié

Age : vingt ans dans la gueule
Statut : faudrait déjà s'y intéresser
Occupation : mécano, barman du dimanche et du jeudi soir
Ton vote : t'es pas de ceux qui s'en préoccupe
Quartier : fuck off.
Post-it : fuck off².

Rps : 3/3

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mar 28 Mar - 23:33

dans le bleu de l'absinthe
dmitri & raylan


la tête déconnecté, les reins enflammés. le strique et véritable bilan de la réalité. tes coups de reins sont violent, tu cherches ni à l'faire exprès, ni à t'retenir. l'plaisir n'a jamais été doux chez toi. rien ne l'a jamais été. ni ta vie, ni tes mots, et les actes ont toujours été que trop violent. la douceur n'est pas toi. alors tu cherches pas. et tu continues de bouger en lui te foutant royalement qu'il bande lui. si tu te concentrais sur la chose, oui tu pourrais dire que tu l'sens se branler face au mur mais là en faite t'y fais pas attention. c'est pas de l'égoïsme pur, t'es juste trop comme ça. pas d'ce bord aussi, tu prends ton plaisir, tu vas pas non plus t'mettre à l'branler. hors de question. et tu t'es tellement ailleurs, au loin dans ce gouffre de plaisir que tu sens à peine l'sang qui se glisse aussi dans ta bouche. ta lèvre qui se fendille sous la pression de tes dents qui l'abiment. conneries absolues d'un plaisir sans vertu. tu crèves à petit feu comme toutes ces fois passé à agir de la sorte. l'sexe comme remède, et ce soir son cul comme autel de fascination. juste pour les minutes à venir. sans doute les secondes vu à quel point c'est rapide...
jusqu'à ce qu'il bouge, jusqu'à ce que le contact de ses fesses et tes hanches qui enfoncent inlassablement, coup après coups, ton membre en lui... ne soit plus le seul entre vous. onde électrique quand ses doigts s'posent sur ton cou. what the f.. ?! tes ongles s'enfoncent dans sa peau sous l'effet de la surprise. ton bassin vient claquer avec plus de force ce coup ci contre lui.. il a crut quoi ?! les nerfs reviennent, avec le plaisir qui montent et qui menace de finir.. . Putain, c'est bon... tu grognes et ta main quitte le mur pour venir l'attraper par l'poignet, qu'il te touche pas bordel !!! hors de question. tu l'éloignes de toi cet objet de provocation, gardant tes doigts serrés autour de sa peau alors que tu "colle" son poignet contre l'mur. tu l'lâches pas, t'sais pas pourquoi. ça t'oblige à rester encore plus contre lui, et t'sens son odeur qui t'fou la nausée un instant. juste l'temps que les pensées soient éteintes pour l'feu de tes reins. ta poigne se resserre autour de son poignet, il est bandant tu pardonneras son égarement. et ton souffle bute contre sa nuque alors que dans de lent mouvement de bassin tu finis par craquer et te laisser aller. éjaculation sans classe d'un rapport banal, fond d'une ruelle abandonnée, inconnu bien trop surchauffé, trop attirés. han... putain !!! t'as pas vraiment pu l'retenir ce râle léger quand l'orgasme atteint son apogée. et bordel que c'est bon, cette délivrance, ton cerveau en off et le corps suspendu un bref instant par un frisson de plaisir total. tu bouges vaguement entre ses fesses, profitant de ce plaisir que trop longtemps repoussé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mer 29 Mar - 0:38

C'est violent, sans ménagement, le type derrière, il prend son plaisir, il se soucie pas du tien, mais tu t'en soucies pas non plus, tu prends du plaisir. Et ça faisait longtemps que tu en avais pas pris autant. Et c'est exactement ce qu'il te faut en ce moment, du sexe pur, animal, un désir à assouvir simplement, parce que les sentiments, les mots, ça ne sert à rien, ce n'est que des futilités qui font mal, qui arrache le cœur et poignarde l'âme. Tu le sais que trop bien et t'as juste besoin de fuir cette foutue réalité, cette cage dorée, pour quelques minutes de baise dans une ruelle avec un inconnu, rencontré dans un bar. Le cliché parfait, mais une option qui fonctionne. T'as réagis sans réfléchir, comme toujours. T'as répondu à cette pulsion soudaine, cette envie dévorante qui te bouffait de l'intérieur. Ton corps qui se redresse, ta main qui s'agrippe à sa nuque, le gémissement qui franchit tes lèvres. Et ses ongles s'enfoncent dans ta peau, la douleur excite tes sens. Sa main attrape ton poignet pour le coller au mur, il refuse le contact, tu l'avais prédis mais t'as pas résisté et sa colère, sa violence aiguise ton plaisir. Tu le désires réellement ce type au regard noir, sa rage soufflée sur ta peau, sa hargne projetée dans ses coups de reins. Sa main reste accrochée à ton poignet et la morsure de ta lèvre s’agrandit sous la pression de tes dents. Son corps est plus proche du tien, son souffle chaud sur ta nuque te fais perdre tous tes sens. T'en oublies presque la rue autour. Le silence fais écho de vos râles et du frottement de vos corps qui s'unissent à chaque coups. Ses doigts se resserrent sur la peau de ton poignet contre le mur, alors que ses mouvement ralentissent. Dernier plaisir, dernier coups de rein. L'apothéose. Tu gémis de plaisir ton poing venant cogner le mur après les ultimes coups de frictions sur ton membre pour atteindre l'orgasme, le plaisir s'achève dans un frisson. Tu l'entends gémir derrière toi. Alors qu'il profite des derniers moments en toi, tu respires lentement, essayant de retrouver un rythme normal, mais ton souffle est saccadé. Tu ne peux t'empêcher de penser à sa main toujours sur ton poignet. Contact banal. Mais bien trop important pour toi, trop troublant.



You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois ✖
i'm a rockstar, deal with it
avatar

Arrivée le : 09/03/2017
Messages : 90
Avatar : sid ellisdon
Crédits : lethargy
Points : 185
DC : naïm l'oublié

Age : vingt ans dans la gueule
Statut : faudrait déjà s'y intéresser
Occupation : mécano, barman du dimanche et du jeudi soir
Ton vote : t'es pas de ceux qui s'en préoccupe
Quartier : fuck off.
Post-it : fuck off².

Rps : 3/3

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mer 29 Mar - 19:29

dans le bleu de l'absinthe
dmitri & raylan


non prémédité, l'plaisir n'en fut que décuplé. trouble de l'esprit. trouble du souffle. et dans ta tête y'a un trou noir. absence. peut-être, que dans le lointain, quelques parts, y'a tes pensées qui font violence. silence. dans l'obscurité y'a personne pour nier. défendre quelque chose qui ne l'est pas. tu n'pourras pas l'passé dans l'oublie, effacer tes souvenirs de ces choses que t'arrives pas à contrôler. dégoût d'soi-même qui remonte au galop. haine de ça et d'ces moments comme punition. conneries. l'souffle encore trop court, y'a on esprit qu'arrive encore à l'atténuer, comme dans du coton, comme dans une salle capitonnée. ta folie de colère, ton dégout de ça. tu voulais pas. mais personne comprend, personne s'attarde. personne veut savoir, personne peut savoir. non rien, silence. et l'plaisir incendie encore comme un poison anesthésiant, t'empêchant de t'embarquer dans une croisade contre ta propre personne. plus tard, tu haïras le monde. mais là, tu restes un instant à chercher la réalité, ton esprit revenant d'entre les voile d'un plaisir sans fin. il est toujours là, entre toi et l'mur, et tu finis par t'écarter d'lui. le libérer, t'sais même pas... t'es pas sur, mais tu penses que tu l'as entendu lui aussi en finir. puis au pire il a sa main, qu'il fasse pas chier l'inconnu. le connard remonte des tréfonds de ton âme. tu remonte ton boxer après avoir lâché sa peau, son bras, son corps. écart. tu fais un pas en arrière, tes doigt remonte ton jean alors que tu penses déjà à t'tirer. merci pour l'after work. ton merci est pas poli, ton merci est pas mignon. ni même celui d'un gros con. c'est juste des mots qui sortent mais sur le ton réel du "bon ba maintenant tu dégages et on oublie". oublier, dans dix minutes t'iras te faire gerber, détester un crevard qu'à oser te contaminer d'la sorte y'a des années. crevard. connard. enflure. pédale de taré, tu ira le haïr quand l'autre se sera tiré. tu t'dégoutes déjà quand tu songes que c'est con, parce qu'il est plutôt bon, plutôt canon, et bandant... mais ça t'fou encore plus la haine dans un coin de ta tête. et sur ton visage c'est l'absence totale de sentiment, le marbre total d'un être trop agaçant. aller, tire toi l'inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu ✖
headspin, happiness, death
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 424
Avatar : dan smith
Crédits : BONNIE
Points : 16
DC : adam & wyatt
Age : thirty years old
Statut : he spreads his wings when he's gonna fly, the crow x in secret relationship with a guy who he is truly in love with
Occupation : streets singer, delivery man, horses care.
Ton vote : he don't give a shit
Quartier : yellowstone avenue
Post-it : ✖ aller sur la tombe de sara
✖ trouver un vrai boulot
✖ écrire de nouvelles chansons
✖ finir la saison de the walking dead
----------------------------------------


Rps : shaw x dmitri (open)

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   Mer 29 Mar - 21:25

Les minutes deviennent des secondes, la rue revient peu à peu dans ta mémoire, le froid refait surface. Les bruits faibles de la circulation se font de plus en plus fort. Le moment est passé, finis. Tu cherches ton souffle, un rythme cardiaque régulier. Tu profites des derniers effets de ses doigts sur ta peau, son corps contre le tien, avant la distance, la froideur de ses gestes remplace la chaleur de ses coups de rein. La nuit reprend son cours. Tu l'entends remettre son jean et tu en fais de même, le dos toujours tourné, gardant encore ce souvenir pour quelques secondes de plus. Tu ne sais pas ce qui va se passer ensuite même si tu te doutes un peu que ce ne sera pas amical. Il s'écarte de toi et tu reboutonnes ton jean, passant une main dans tes cheveux et te retournant vers lui, t'adossant au mur. Tu essuies ta lèvre encore légèrement saignante avec ton doigt. merci pour l'after work. Tu lèves les yeux vers lui. Son ton de nouveau froid et amer, même si il ne l'a jamais vraiment quitté. Je t'en prie. Tu continues ton insolence involontaire. Tu sens dans sa voix et son regard qu'il n'a pas l'intention de discuter avec toi, il a pris son pied et t'as plus qu'à repartir chez toi, comme t'es venu mais tu repousses l'inévitable, pas par provocation juste par envie, parce que t'es pas totalement de ce genre toi. Tu poses ton regard sur ta guitare toujours posée contre le mur à peine quelques centimètres de toi. Bizarrement maintenant tous les petits détails insignifiants retrouve leur importance. Le bar, ton mini concert, votre discussion avant la fermeture. Tout ça te paraît si loin et pourtant, ça ne l'est pas. Tu observes la rue un instant, tu soupires en réarrangeant ton t-shirt. Tu t'écartes du mur, si tu fumais tu aurais probablement déjà foutu une cigarette entre tes dents, mais c'est pas ta came tout ça, toi. Tu attrapes la poignet de l'étui de ta guitare et réfléchis un moment au chemin que tu dois prendre pour rentrer chez toi. Tu décides de repartir sur tes pas, tu marcheras au hasard, tu retrouveras bien ta route. Peu importe le temps que ça prendra. Tu t'avances pour reprendre ton chemin avant de finalement faire un arrêt et te retourner vers le type, un dernier détail qui te perturbe depuis le début. Détail purement inutile pour lui, mais tu le dis quand même, tu sais pas pourquoi. Je m'appelle Raylan, au fait. Et tu te retournes pour reprendre ta route et disparaître dans la nuit.  



You ran into the night, you can't be found, But, this is your heart, Can you feel it? Pumps through your veins, Can you feel it?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]   

Revenir en haut Aller en bas
 

dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» dans le bleu de l'absinthe (dmitri) [HOT]
» Liens dans Post Bleu, hors rien n'est dit Bleu dans admin
» Un texte de couleur bleu qui devient jaune quand l'on passe le curseur dessus.
» couleur d'arrière plan dans la newsletter
» enlever le cadre bleu du message d'accueil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mila Hanska :: Version 3 :: Rps terminés-