.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Airport time » † Ezae & Joséphine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Arrivée le : 03/04/2017
Messages : 17
Avatar : Sam Heughan
Crédits : Avatar » Agrabah † Gifs » Tumblr
Points : 2
DC : Shaw St John
Age : 33 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Prof de sport en ville † Coach de rodéo à mi-temps
Ton vote : Si le vote blanc faisait de l'effet, c'est sûrement ce que je voterais

MessageSujet: « Airport time » † Ezae & Joséphine   Mar 4 Avr - 20:52



« Airport time. »

Ezae & Joséphine



Rappelez-moi de maudire mes parents et, surtout, d'arrêter de leur faire plaisir à tous bouts de champ. Sérieusement, j'avais plus que passé l'âge de jouer à ce petit jeu idiot, en théorie. Pourtant, même une fois la trentaine bien tassée, visiblement … Eh bien je ne faisais toujours pas mes propres choix, et ils avaient, une fois de plus, réussi à me mener par le bout du nez pour me faire faire exactement ce qu'ils avaient prévu pour moi. Heureusement pour eux, ça ne serait peut-être pas aussi ennuyeux que ce que j'imaginais. Pour autant, j'avais décidé de ne pas me dérider une seule seconde, ne serait-ce qu'en leur présence, et je les avais prévenus plus d'une fois que je ne ferais pas le moindre effort d'amabilité avec cette inconnue qu'ils m'envoyaient chercher à l'aéroport. Déjà que j'allais passer un nombre d'heures assez imposant en voiture pour ça, alors en plus je n'allais pas faire la causette avec un grand sourire aimable ! Sinon ça serait le bal de l'hypocrisie, croyez-moi. Ce genre de truc n'est absolument pas dans mes cordes.

Aux vues du trajet prévu, je n'avais pas pris ma voiture, mais plutôt le pick-up parental. Il fallait bien qu'ils assument un peu de m'envoyer sur la route sur leur idée originale ! J'avais un peu hésité, et finalement j'avais embarqué Askan avec moi. Le fait que mes parents aient acheté un pick-up cinq places était l'élément favorable. Il fallait le dire, les places arrières étaient assez ridicules, et c'est sûr et certain que je n'aurais pas su y monter. Mais j'imaginais mal le chien se plaindre de se coucher sur les sièges. Et puis, pour l'aller, il serait nécessairement à côté de moi, sa place normale dans mon propre véhicule tant qu'il n'y avait personne d'autre. Je sais bien que je n'avais pas prévu d'avoir grande amabilité sur le trajet du retour, mais tout de même, je n'allais pas reléguer ma passagère à l'état de recroquevillement humain à l'arrière pour laisser toute la place au croisé de loup qui me servait d'ombre. J'avais au moins un minimum d'éducation. Un minimum, vraiment.

La route vers l'aéroport était vraiment, vraiment longue. Heureusement qu'il y avait de la musique, et surtout que je ruminais et maudissais mes parents, sinon j'aurais vite pu piquer du nez. J'essayais de garder en mémoire ce qui était prévu ; l'heure d'arrivée du vol, le lieu de rendez-vous, et surtout les conditions. La fille que je récupérais était une rouquine  dans la vingtaine un peu passée. Avec un peu de chance, elle aurait des airs de son père, un homme que j'avais bien connu. Seulement, ça n'était pas certain, et elle, en tous cas, n'avait pas connu son père. Soit. Ma mère, qui avait géré au téléphone avec la jeune femme les termes de son arrivée jusque Cody, lui avait demandé de porter, pour signe distinctif, un foulard rouge. Quand j'avais raillé ma mère en demandant ce que j'étais sensé porter comme signe distinctif, elle m'avait simplement rétorqué que je ne risquais pas de passer inaperçu, grand comme j'étais, avec les frisettes rousses que j'allais me traîner pour l'été. Un coup d'œil, sur la route, au rétroviseur me renvoya clairement l'image de ce dont elle voulait parler. Je n'étais pas un adepte de la perte de temps chez le coiffeur, alors mes coiffures étaient souvent assez approximatives. Je passais finalement une main dans mes mèches lourdes pour les tirer en arrière, pestant tout ce dont j'étais capable contre ma mère. Si je pouvais la détester, ça m'arrangerait vaguement.

Une fois arrivé à l'aéroport, je sautais pour ainsi dire avec plaisir hors du véhicule, ravi de pouvoir m'étirer et me dégourdir les jambes. En même temps, je profitai de l'avance que j'avais pour sortir Askan, qui commençait à chouiner un peu dans l'habitacle, quelque chose de très inhabituel chez lui. Des plus calmes et patients, c'était un animal facile à vivre, et le voir s'exprimer ainsi sur une gêne dans la la signification générale du terme me poussa à lui ouvrir. Je fixais une laisse en cuir à son collier avant de le laisser bondir du véhicule, conscient que le laisser déambuler même proche de moi sur le parking pourrait être un souci. Il n'y avait qu'à voir comment certaines personnes venaient de le fixer lorsqu'il avait commencé à japper en sautant autour de moi, heureux d'être libéré. J'étais persuadé qu'un de mes sourires mauvais suffirait largement à faire fuir tout ce petit monde, et cette idée m'amusait plus qu'autre chose. Je laissais le chien sauter un peu dans mes jambes tout en marchant. C'était une attitude qui était assez rare de lui, seulement on se connaissait bien, tous les deux, donc instinctivement nous étions capables de marcher dans cette légère folie sans se marcher dessus ou manquer de s'emmêler les pinceaux.  Ask était  vif, et le temps d'avance que j'avais s'envola rapidement en défoulant le monstre d'énergie qu'il était. Bien évidemment, il protesta vivement pour remonter dans la voiture, cependant j'avais difficilement le choix. L'emmener dans l'aéroport avec moi pourrait vite être assez compliqué. Je lui laissais une ouverture sur les deux fenêtres, afin qu'il respire facilement, et après m'être assuré que la voiture resterait bien à l'ombre malgré des températures loin d'être caniculaires, je m'engouffrais dans la bâtisse.

Comme je l'avais pressenti, l'endroit était immense. Bon, c'était ce qu'on pouvait en attendre, mais ça ne me mettait pas vraiment dans les meilleures grâces, de fait. Je n'aimais pas spécialement ce genre de lieux, et je dus prendre quelques instants pour regarder autour de moi avant de savoir me diriger. Je me retins de grommeler quelques amabilités de mon cru à l'attention de mes parents tout en me dirigeant vers la zone de débarquement, un œil sur l'heure qui se rapprochait. Au moins, je ne risquais pas de faire le pied de grue pendant quarante ans. Je me calais finalement dans un coin de la pièce où avait été donné le rendez-vous, à une place stratégique pour voir tout ce qui s'y passerait sans pour autant avoir l'air idiot planté en plein milieu à attendre … Une inconnue. Il ne restait plus qu'à espérer qu'il n'y aurait qu'une seule rouquine avec un foulard rouge, sinon ça allait sûrement virer au fiasco et j'allais proprement péter les plombs avec mes parents. L'idée qu'ils auraient pu venir eux-même me traversa une fois de plus l'esprit, et la question fut de savoir pour quelle obscure raison ils avaient préféré m'envoyer, moi, avec mon sale caractère plus qu'affirmé, plutôt que de venir accueillir à leur façon la si précieuse fille de leur ami disparu. Parce que, bon, vu comment ils en parlaient, j'avais plutôt intérêt à faire très attention sous peine de finir exécuté en place public si je ne me montrais pas parfait. L'exécution ça me plaisait plus que l'amabilité, cela dit.

Le speaker grésilla un truc incompréhensible juste au-dessus de ma tête. N'ayant pas entendu le mot retard, j'en déduisis que c'était plutôt une bonne nouvelle quant à l'heure du débarquement, parce que j'avais du mal à prendre mon mal en patience. Normalement ce n'était pas un souci … Quand 'occupation me plaisait. Là, contraint et forcé, autant vous dire que je n'avais juste aucune envie de poireauter. J'avais l'impression que j'allais prendre racine d'une minute à l'autre dans ce hall. Néanmoins, le mouvement commença. Armés de valises, les passagers commençaient à sortir d'un couloir, et je me décollais finalement du mur auquel j'avais manqué de peu de me scinder afin de chercher dans la foule – loin d'être dense, cela dit – la personne pour laquelle je m'étais reconverti en taxi. Vu ma taille, la recherche n'était pas difficile, et vu les gens qui venaient de débarquer, la trouver n'était pas difficile. Même en sortant parmi les derniers, elle était la seule rousse, et l'écharpe rouge était plutôt vive, c'était assez impossible de s'y tromper. Je me retins de lever les yeux au ciel, préférant passer une main dans mes cheveux pour les ébouriffer, un vieux réflexe, avant d'avancer à contre-courant des gens quittant la pièce, vers Joséphine, que j'étais sensé accueillir avec toute la bonne humeur du monde, selon les dires de mes parents. Je n'essayais finalement même pas un sourire, évitant néanmoins soigneusement d'utiliser mon ton bourru.

« Tu dois être Joséphine ? » Je l'observais rapidement, cherchant ses ressemblances avec son père. Mon regard ne s'éloigna pas de son visage. « Je pense que dans les prochains jours tu vas énormément entendre ça, mais toutes mes condoléances. Ton père était un très bon ami de la famille, je l'ai bien connu. » Bah, quoi, je n'allais pas en plus manquer du minimum de politesse dans ce genre de circonstances ? « Si tu es prête, je propose qu'on y aille, il reste encore pas mal de route jusque Cody. »

Les joies des verts pâturages du Wyoming ! La route prenait rapidement des proportions assez impressionnantes. Je me voyais déjà obligé de faire plus d'une pause sur le chemin du retour, parce que je serais sûrement incapable de rouler d'une traite. Il ne restait qu'à espérer que la fatigue ne me jouerait pas des tours tant que je serais au volant. Je savais à quelle vitesse une migraine pourrait pointer le bout de son nez, et aussi quel impact catastrophique elle pourrait avoir sur la fin du voyage. Depuis quelques années, j'étais assez coutumier des pièges que me tendait mon corps. C'était quand même rassurant, que je m'y fasse, vu que ça serait comme ça jusque la fin de ma vie. Mais soit. Retrouver l'air extérieur fit déjà un bien conséquent à mon humeur, et je me dirigeais vers le pick-up en gardant un œil sur l'avancement de la demoiselle, histoire de ne pas la perdre en route. Avant d'arriver à la voiture, voyant de loin une forme grise tourner en rond dans l'habitacle, je me tournais vers la rouquine, histoire de la prévenir.

« Ne fais pas attention au chien, en montant dans la voiture. Il est un peu impressionnant, mais pas méchant. »

Vérité vraie. Par son aspect, mais aussi par son énergie et sa façon d'agir, Askan avait vraiment hérité avec ses origines sauvages. Mais pour ce qui était du comportement face à l'humain, c'était un chien, à n'en pas douter. Malgré une certaine méfiance envers les inconnus, il lui suffisait d'une constante pour s'y rattacher et rester particulièrement calme et tranquille. Il n'était pas difficile à vivre. En arrivant au véhicule, en le voyant sauter dans tous les sens, je levais les yeux au ciel avant d'ouvrir la porte, l'attrapant par le collier au vol pour le garder avec moi. Je passais la laisse, restée sur le siège, dans le collier et passai la poignée autour de mon poignet avant d'esquisser la première ombre de sourire de la journée.

« Tu peux t'installer, je vais charger tes affaires. »

Plutôt fait, plus vite rentré ! Surtout que la benne du pick-up était assez haute et qu'il valait mieux caler les valises sous peine de les casser avant l'arrivée. Ce n'était peut-être pas tout à fait le but. Avec l'aisance que donne l'habitude, le chargement des bagages fut assez rapide, et je tirais finalement la bâche par-dessus, histoire d'être sûr que ça ne prendrait pas l'eau. Le ciel ne présageait pas de pluie, mais cela dit on n'était jamais trop prudent. Un excès de zèle n'avait jamais tué personne, que je sache. Je finis par détacher la laisse d'Askan et lui ouvrir la portière arrière, et il ne demanda pas son reste ; en deux bonds puissants, il s'était perché sur les sièges et me regardait, la tête penchée sur le côté, l'air d'attendre. Je passais une main sur ses flancs et il se coucha sans autre forme de cérémonie. Je m'installais finalement au volant, démarrant le volant, prêt à me mettre en route.

Code by Sleepy


But are we all lost stars,trying to light up the dark ?
Please don't see just a boy caught up in dreams and fantasies. Please see me reaching out for someone I can't see. Take my hand, let's see where we wake up tomorrow. Best laid plans sometimes are just a one-night-stand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivée le : 02/04/2017
Messages : 9
Avatar : Katherine McNamara
Crédits : morsmordre
Points : 0

Age : 24 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Web designer

MessageSujet: Re: « Airport time » † Ezae & Joséphine   Mer 5 Avr - 22:00

Airport time
Ezae & Joe
••••

Quitter son appartement, son boulot et sa petite vie tranquille de citadine pour aller dans le fin fond du pays et rencontrer des tas de gens qu'elle ne connaissait pas n'enchantait pas Joe. Elle se demandait bien ce qu'elle allait pouvoir faire dans cette petite ville du Wyoming, et surtout elle se demandait si elle allait réussir à rentrer à temps pour boucler le projet qu'elle avait en cours. A moins qu'ils aient un débit internet assez important pour qu'elle puisse bosser. En tout cas, ce n'était pas du tout la raison de son départ qui la tracassait, mais bel est bien ce qui allait lui arriver une fois arrivée. Elle n'avait aucune idée du temps qu'elle pourrait avoir à passer à Cody, ni même qui elle allait rencontrer, ou encore ce qu'on attendait d'elle exactement.

Perdre son père ne l'avait pas réellement touchée, elle n'avait eu que de brefs contacts avec lui et toujours par courrier ou par mail, il lui était arrivé quelques fois de l'avoir au téléphone, mais cela ne durait jamais car elle ne savait pas quoi lui dire. Alors forcément la nouvelle ne l'avait pas choquée, ce qui l'avait surprise en revanche était le testament de son père. Il lui léguait tout ce qu'il avait, cela englobait aussi bien la maison et la voiture, que les photos et le mobilier. Joe ne savait pas ce qu'elle allait faire de tout ça et sa mère avait décidé de ne pas entrer dans cette histoire d'héritage puisque tout lui revenait à elle. La demoiselle s'était très vite aperçue que si elle ne voulait pas être embêtée, elle devait se rendre sur place et voir d'elle même ce qui lui appartenait à présent. Toute cette histoire était bien compliquée et pour finir Joe avait réussi à être en lien avec des amis proches de son père et elle a ainsi pu organiser son voyage et surtout se préparer un peu à ce qui l'attendait. Bien sur elle avait demandé à sa mère comment était la vie à Cody, et ce qu'on lui ne dit n'était pas mirobolant. Le rodéo déjà, elle connaissait de nom, en avait vaguement vu à la télé ou dans ses films, mais ça s'arrêtait là. Ensuite la mentalité en général, Joe était une véritable citadine alors qu'à Cody... il s'agissait plus souvent de fermiers, de gens tenant des ranchs, avec des élevages de chevaux, de vaches et tout ce qu'elle ne côtoyait pas en général. Bref, c'était un peu l'aventure là et d'ailleurs elle se demandait comment sa mère, au moins aussi citadine qu'elle dans l'âme avait pu trouver bien de s'installer dans un coin paumé du pays.

Pour arriver dans la ville de son père, Joe choisit de prendre l'avion. Pour commencer parce que c'était beaucoup plus rapide et en plus elle allait avoir tout ce dont elle pourrait avoir besoin sur place. Elle avait vu avec les Blackwell et il se chargeait de faire le transfert de l'aéroport jusque Cody, enfin plutôt il chargeait leur fils de le faire. La jeune femme avait eu pour consigne de porter un foulard rouge lorsqu'elle descendrait de l'avion, ce qui faciliterait les choses au fameux Ezae pour la reconnaitre. De son côté, elle savait juste qu'il s'agissait "d'un grand gaillard avec une tignasse rousse qu'elle ne pourrait pas louper". La description l'avait et amusée et inquiétée. Non mais il pouvait y en avoir plusieurs de "grands gaillards", en revanche, s'il avait les cheveux aussi roux que les siens, il y avait de grandes chances qu'elle le repère rapidement. De toute façon des rouquins dans cette partie du pays, il ne devait pas y en avoir tant que ça... Enfin Joe l'espérait fortement parce que sinon elle allait monter avec un sombre inconnu qui n'aurait rien à voir avec l'homme avec lequel elle devait partir.

Elle qui n'avait absolument pas envie de partir, elle se retrouva déjà coincée à l'aéroport avant de prendre l'avion parce qu'il y avait du retard. Ça commençait bien cette histoire ! Tout ce qu'elle aimait. La demoiselle passa néanmoins un bon vol, aucune perturbation vint déranger le voyage et c'était très bien comme ça. Pourtant elle fut heureuse de retrouver le plancher des vaches et surtout l'air extérieur. Elle s'était sentie un peu trop enfermée dans l'avion et même si elle était habituée aux espaces assez confinés, elle avait nettement plus de mal quand cet espace se retrouvait à plusieurs kilomètres du sol. Joe suivit le mouvement et alla récupérer sa valise avant d'arriver dans le hall de l'aéroport. Il n'y avait pas autant de monde que dans l'aéroport de départ et elle ne manqua pas Ezae. Le jeune homme dépassait presque d'une tête tout le monde et en effet, ses boucles rousses ne passaient pas inaperçues. La jeune femme comprit pourquoi sa mère lui avait dit qu'elle ne pourrait pas le manquer, il était impossible de ne pas le remarquer. Alors qu'elle s'avançait vers celui qui l’amènerait dans une maison qui serait à présent la sienne, elle se dit qu'elle aurait presque pu demander à quelqu'un de s'occuper de tout ça et ainsi elle n'aurait pas eu à voyager et elle ne se serait pas retrouvée perdue dans le fin fond du pays. Maintenant qu'elle y était, elle n'avait plus qu'à essayer de ne pas paraître trop morose et faire un effort d'amabilité. Ezae la rejoignit et elle acquiesça d'un signe de tête lorsqu'il lui demanda si elle était bien Joséphine. Son regard vert se posa sur le visage du jeune homme et elle put constater qu'il avait les yeux bleus, en même temps il la regardait autant qu'elle le regardait alors elle avait bien le loisir de remarquer ce genre de chose. Bien sur elle ne put passer à côté des paroles qui accompagnent le décès de quelqu'un et elle en eut un petite moue amusée. Ce n'était peut être pas très courant comme réaction, mais il lui présentait ses condoléances alors que c'était plutôt elle qui aurait du le faire, après tout elle ne connaissait pas cet homme qu'elle n'avait jamais appelé papa.

"Merci... Tu l'as surement beaucoup plus connu que moi alors..."

Joe acquiesça de nouveau d'un signe de tête quand il lui proposa de se mettre en route. Et la nouvelle qu'il restait pas mal de route avant d'arriver à destination ne l'enchantait pas du tout, au moins en ville il y avait le métro, et le plus souvent elle faisait même tout à pied, ici ça semblait juste impossible. La demoiselle suivit le conducteur sans rien ajouter, de toute façon elle était ici maintenant, pas moyen de retourner en arrière. Ils rejoignirent un pick-up et bizarrement cela n'étonna pas Joe, c'était typique des gens de la campagne d'avoir pareille voiture. En revanche elle fut nettement plus surprise par l'animal qui se trouvait dans la voiture. C'était quoi ça ?! Un loup ? Ça y ressemblait très fortement en tout cas. La jeune femme eut sa réponse quand Ezae lui dit que c'était un chien plus impressionnant que méchant. Ouais, bah d'un seul coup elle regrettait vraiment d'être là en face d'un monstre pareil. Chez elle il n'y avait jamais eu d'animaux et elle n'avait jamais vraiment fréquenté les parcs ou les zoos, donc elle et les animaux ça faisait bien deux. Alors là, Joe ne se sentait pas trop de devoir approcher la bête et encore moins de monter dans le pick-up.

"Euh... ouais, enfin s'il me saute dessus je suis sûre que je tombe là..."

Lorsque la portière s'ouvrit, le chien sauta à terre et se mit à sauter partout, ce qui n'était pas pour rassurer la demoiselle qui préférait rester à bonne distance de cet animal qui ressemblait beaucoup trop à un loup. Et même lorsqu'il lui dit qu'elle pouvait s'installer dans l'habitacle pendant qu'il rangeait sa valise, elle mit une bonne seconde avant de se décider à grimper. Bien sur qu'il était en laisse pour l'instant, mais l'idée même d'avoir l'animal derrière elle ne rassurait pas du tout Joséphine. Elle resta quelque peu tendue jusqu'à ce qu'elle ne voit que le chien n'avait pas l'intention de lui sauter à la gorge. C'était bon signe, mais elle ne comptait pas baisser sa garde avec le chien, elle n'avait aucunement confiance.

Ezae démarra et ils débutèrent la longue route qui les mènerait à Cody. Joe resta d'abord silencieuse, observant plutôt le paysage défilant à travers la vitre. Très vite elle s'aperçut qu'il n'y avait presque que des champs, elle n'avait jamais vu autant détendues vides, sans maison, sans gratte-ciel et c'était un paysage assez étrange, elle ne se sentait pas du tout à l'aise, la civilisation lui semblait tellement loin ! Elle regarda son téléphone et fut presque rassurée lorsqu'elle constata qu'elle avait un peu de réseau. C'était toujours ça. Ne sachant quoi dire à cet inconnu assis à côté d'elle, Joe resta silencieuse et elle se contenta de regarder les champs se succéder. La route défilait sous ses yeux quand Ezae finit par lui dire qu'ils allaient faire une pause. De toute façon elle ne pouvait pas dire non et elle ne pouvait pas non plus l'aider puisqu'elle n'avait pas la moindre idée de comment se conduisait son pick-up. En revanche, en fille assez observatrice, elle ne manqua pas le fait qu'il y avait quelque chose qui clochait chez son conducteur et elle attendit qu'ils se soient arrêter pour faire sa curieuse.

"Ça va aller pour faire la route ? Y a un problème ?"

Curiosité oui, mis surtout elle espérait qu'il ne se passait rien de grave, ça pouvait arriver tellement vite les accidents ! Et il était hors de question qu'elle ne meurt au milieu de nulle part avec un inconnu et surement un chien qui serait capable de la dévorer !


••••

by Wiise


Art is long, Life is short

ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivée le : 03/04/2017
Messages : 17
Avatar : Sam Heughan
Crédits : Avatar » Agrabah † Gifs » Tumblr
Points : 2
DC : Shaw St John
Age : 33 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Prof de sport en ville † Coach de rodéo à mi-temps
Ton vote : Si le vote blanc faisait de l'effet, c'est sûrement ce que je voterais

MessageSujet: Re: « Airport time » † Ezae & Joséphine   Dim 9 Avr - 21:53



« Airport time. »

Ezae & Joséphine



L'aéroport n'était vraiment pas la porte d'à côté. Le Wyoming était étendu et rural, et la route s'etirait inlassablement. C'était long, monotone et pénible, et même si j'étais habitué à couvrir de longues distances pour diverses raisons, aller jusqu'à l'aéroport me saoulait prodigieusement. Surtout que je n'avais aucune envie d'y aller à la base. Mes parents me menaient simplement par le bout du nez. J'étais incapable de leur en vouloir, même si, une fois de plus, ils avaient réglé comme du papier à musique tout ce que j'avais à faire pour que ce soit pile poil ce dont ils avaient besoin. En songeant que j'allais peut-être devoir bouger afin de faire mes propres choix, je soupirais. Je passais encore inaperçu dans le hall de l'aéroport. Un affreux grésillement plus tard, Josephine était là.

Je ne pouvais pas m'y être trompé. Rousse, un foulard rouge autour du cou, c'était une version unique au débarquement. Je la rejoignis donc, m'assurant par excès de zèle qu'elle était bien la fille que je devais récupérer, avant de lui présenter mes condoléances puisque c'était quand même à cause de ça que j'étais là. À sa réaction, je me retins à grand peine de lever un sourcil plus que juge de la situation et me contentais d'une réponse très neutre plus que de la phrase piquante que j'avais sur le bout de la langue.

"C'était quelqu'un de bien. "

Je haussai avec nonchalance les épaules avant de me diriger tranquillement vers la sortie, songeant en route à l'impressionnante présence de mon monstre de fourrure dans le pick-up. J'en fis la remarque, et la rouquine ne sembla absolument pas rassurée. Je ne pus retenir un petit rire sec avec sa réplique et, passant une main dans ma crinière rousse, je tournais la tête vers elle.

"Si Askan décide de sauter sur quelqu'un, ça sera sur moi."

Totalement vrai. Il éviterait l'inconnue. N'étant en rien agressif et protecteur juste avec moi quand c'était très nécessaire, Joe ne risquait strictement rien, à part une oeillade méfiante au possible. Normalement le loup serait juste content de me voir et de pouvoir me sauter dans les bras.

Je connaissais mon chien, et tout se passa exactement comme prévu. Je lui mis sa laisse par sécurité avant de le laisser me sauter dessus et de m'occuper des bagages de la miss tandis qu'elle s'installait non sans rechigner dans l'habitacle. En rembarquant Ask, je m'assurai en une seconde qu'il comptait rester sagement dans son coin avant de me mettre au volant et d'avaler les premiers kilomètres de notre longue route monotone. Alors que j'avais craint le bavardage incessant d'une pie citadine, je pus finalement me vautrer dans un silence qui m'allait parfaitement.

Je sentis la fatigue au bout de quelques heures de route. Cody n'était plus si loin, mais progressivement ma vision s'était amoindrie, et la migraine avait commencé à me lancer. Un casque de douleur avait finalement prit place autour de mon crâne, le serrant comme un étau, après que j'ai trop secoué la tête et frotté mes yeux qui commençaient à rougir. N'y tenant absolument plus, j'annoncais à ma passagère que je devais faire une pause. Une station service se dessinant sur l'accotement, je m'y engageais et me garai sur le côté, coupant le moteur. J'appuyai ensuite ma tête contre l'appui tête du siège tout en faisant rouler mes muscles raidis par l'attaque de douleur. La voix de la rouquine me fit légèrement tressaillir et je tournais ensuite la tête vers elle, sans même faire semblant de me donner un air que je ne saurais avoir. En somme, je ressemblais comme deux gouttes d'eau à un ours sorti d'hibernation contre son gré.

"Je me colle juste une millième migraine. "

J'étais conscient d'avoir un peu grogne mais je ne l'avais pas agressé pour autant. Je savais que ce n'était pas directement de sa faute, et que malgré tout ce que j'espérais lui mettre sur le dos, la migraine n'était qu'un de ces trucs que j'avais ramassé en rodéo.

"C'est courant. Ça ira. "

Je sortis du véhicule, pour m'etirer un peu et sortir Askan. L'air frais m'avait toujours fait du bien, et surtout je voulais me soustraire au regard émeraude de cette fille. Le chien loup fureta à son aise, visiblement ravi d'être libre comme l'air. Tatant la poche de ma veste, je trouvais mes antalgiques. Ils ne provoquaient pas de somnolance au volant, mais leur efficacité était limitée. Ça serait toujours mieux que rien. Je pris un comprimé. Après m'être dégourdi les jambes et avoir rentré Ask, je repris le volant non sans avoir jeté avec negligeance le pilulier vide dans le vide poche.

"On devrait être à Cody d'ici une heure. Mes parents ont insisté pour que tu dines avec nous. On va donc directement au ranch." Je me passai une main sur la nuque en m'engageant sur la chaussée principale. "J'ai un tas d'info mais pas celle sur ton logement à Cody. Mes parents ont oublié de me transmettre ce détail. "

Ce que ça changeait? Un tas de choses. Le degré d'amabilite que j'allais entretenir. Les endroits où j'allais devoir courir pour me mettre en quatre pour cette fille, conformément à la directive matriarcale... tout un tas de trucs ouais. Et j'aurais le temps de tout ruminer sur la route jusqu'à ma ville natale.

Code by Sleepy


But are we all lost stars,trying to light up the dark ?
Please don't see just a boy caught up in dreams and fantasies. Please see me reaching out for someone I can't see. Take my hand, let's see where we wake up tomorrow. Best laid plans sometimes are just a one-night-stand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Airport time » † Ezae & Joséphine   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Airport time » † Ezae & Joséphine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MAC : BBOX / Disque dur / time capsule / time machine
» Go away, he is mine {Sam & Joséphine}
» Camelot - Time Of Kings n'attend plus que vous ! [RPG]
» problème life time map updater
» Choose your last words This is the last time Cause you and I, we were Born To Die.. //Apple A NOTER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mila Hanska :: 
Cody - Wyoming
 :: Other places :: 
Somewhere
-