.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i'm a shut up, sit down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Arrivée le : 31/03/2017
Messages : 47
Avatar : diego barrueco
Crédits : lethargy.
Points : 1
DC : raylan & adam
Age : twenty-four years old
Statut : ucey
Occupation : ucey
Ton vote : democrate
Quartier : beck avenue
Post-it : x ucey

Rps : x → open

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: i'm a shut up, sit down    Sam 15 Avr - 0:00


WYATT BERGMAN
≈ ≈ ≈
{ hurt the ones you love the most easily}
crédit/ gifspower, bastille.

✖ NOM : t'es né belanov, pas très répandu dans les plaines américaines, mais bien trop connu au pays, ton pays, celui qui t'as vu naître, qui t'a craché sa haine, son rejet. ici t'es connu en tant que bergman, nom de jeune fille de ta mère, que tu as revêtu en arrivant aux états-unis la première fois. nouveau nom, nouveau départ. ça sonne moins étranger. PRENOMS : mikhail, très répandu dans ton pays natal, bien trop, un parmi tant d'autres. prénom abandonné après ton arrivée à new-york au profit de wyatt.  ✖ AGE : vingt-quatre ans que tu foules cette terre à la recherche d'un sens à donner à ta vie. ✖ DATE ET LIEU DE NAISSANCE : né à odessa en ukraine, à des milliers de kilomètres d'ici et tout autant de ton coeur, mais pas dans ton esprit, ville fantôme encore trop présente dans ta mémoire, qui hante tes nuits. ✖ NATIONALITE : américaine, t'es là depuis suffisamment longtemps pour y prétendre. malgré ton fort accent glacial. ✖ ORIGINES : t'es ukrainien de naissance, tu resteras ukrainien, avec ce mélange de suédois qui te vient de ta mère, à qui tu dois ton prénom. ✖ A CODY DEPUIS : presque six mois maintenant et tu sais toujours pas pourquoi t'es là. ✖ STATUT CIVIL : uc  ✖ METIER/ETUDES : uc.  TRAITS DE CARACTERE : impulsif, borné, secret, sanguin, protecteur, loyal, talentueux, lunatique, charmeur, froid, distant, attentionné. ✖ AVATAR :diego barrueco. ✖ GROUPE : AIR


PLACE YOUR HEAD ON MY BEATING HEART
 (un) t’es né à odessa, en urkraine. Fils d’un mafieux ukrainien, t’as vécu dans la violence, le sang, la rivalité, la guerre. Tu vivais dans un royaume pourris, environnement empoissonné par l’argent sali, entouré de gardes du corps, des hommes de main, les armes, ton quotidien était une cage dorée. (deux) t’as une petite sœur, arrivée cinq ans après toi, sasha, petite princesse des quartiers riches d’odessa, elle a très vite trouvée sa place contrairement à toi, pourtant votre relation a toujours été fusionnelle, elle ne t’a jamais trahis et elle te manque chaque jour depuis ton départ. T’es pourtant resté en contact avec elle. Elle est ton seul lien avec ta famille, ton passé. (trois) ta mère était prisonnière de sa vie dorée, elle était plus comme toi mais n’a pas choisis sa voie. Ton départ l’a beaucoup trop affectée, et c’est ton plus grand regret, à part anton. Tu ne voulais pas la faire souffrir, mais tu ne pouvais pas rester, tu étais jeune, trop jeune pour affronter tout ça. (quatre) tu n’as jamais su ce qui était arrivé à yelvin. Tu avais très vite su que votre relation était risquée, bien trop dangereuse, tomber amoureux d’un employé de la maison belanov, n’était pas la meilleure chose à faire dans ton cas mais, ça ne se contrôle pas, et tu n’as rien venu venir, pourtant tu as chéri chaque moment, jusqu’à la fin. (cinq) lorsque tu es arrivé à new-york, la première fois, tu as abandonné ton premier prénom et changé ton nom de famille pour adopter celui de ta mère. Très peu de gens, aujourd’hui connaissent ta vraie identité, très peu savent d’où tu viens, connaissent ton passé. UCEY.


✖ PSEUDO/PRENOM : lethargy. ✖ AGE : 20 yo ✖ SCENARIO OU INVENTE : inventé mi-lien (minou) ✖ VOS IMPRESSIONS SUR MH : tss que des nazes ici tutu  ✖ COMMENT AVEZ-VOUS TROUVE LE FORUM : bazzart my dear.


avatar:
 



Deep in my heart, Deep in my mind, Take me away, This is my word, Dream maker, Life taker.


Dernière édition par Wyatt Bergman le Sam 15 Avr - 1:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivée le : 31/03/2017
Messages : 47
Avatar : diego barrueco
Crédits : lethargy.
Points : 1
DC : raylan & adam
Age : twenty-four years old
Statut : ucey
Occupation : ucey
Ton vote : democrate
Quartier : beck avenue
Post-it : x ucey

Rps : x → open

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: i'm a shut up, sit down    Sam 15 Avr - 0:01


"am i out of my head, am i out of my mind"
≈ ≈ ≈

odessa, ukraine, 2005 - tu sens ses os craquer sous ton poing et la satisfaction accompagne la douleur sur tes phalanges. une main se poser sur ton torse pour te retenir. sa main. son regard suffit à te stopper. Tu aurais pu le tuer, tu aurais dû l'achever mais, il t'en a empêché, il t'a évité de devenir un meurtrier, de franchir la ligne, le point de non retour, le chemin vers ta perte. Mais la rage cogne toujours dans ta tête, ton cœur bat trop vite, sa main brûle ta peau malgré ton pull. Mickey, je t'en prie, ne fais pas ça, regarde-moi, mickey regarde-moi putain. Et tes iris dérivent vers lui, et la colère s'évapore en un éclair, tu respires fortement. le sang coule lentement de ta main, tu passes l'autre dans tes cheveux et tu te recules d'un pas, tu abandonnes la partie. Cassez-vous ! La voix de yelvinn'est plus qu'un murmure dans la nuit. Tu sens sa main saisir la tienne et tu te laisses guider. viens, on rentre.
Le claquement de ton briquet brise le silence installé depuis votre arrivée dans son appartement. Tu tires une bouffée et laisse la nicotine faire son effet, les paupières closes. La douleur devenant de plus en plus forte, maintenant que l'adrénaline a pratiquement quitté ton corps. Tu n'es pas comme lui, mickey, t'es pas un tueur. Tu ouvres les yeux pour le regarder. J'ai ça dans le sang, évidemment que je suis comme lui, tu le sais parfaitement, ça n'a sert à rien de se voiler la face. Tu marques une pause pour porter ta cigarette à tes lèvres. Ma vie a été maudite avant même que je vienne au monde. Tu n'oses pas le regarder, tu sais qu'il ne pense pas comme toi, mais vos vies ne sont pas les mêmes, et pourtant des deux, t'es celui qui est le moins à plaindre, mais t'es celui qui le fait le plus. Tu soupires. C'est foutu, yelvin, j'ai pas le choix, je ne gagnerais pas ce combat, ça ne sert à rien de se battre... Tu le sens s'approcher et ton rythme cardiaque accélère légèrement. Sa main se pose sur ta joue. Et moi ? Je n'en vaux pas la peine ? Sa voix se brise et ta carapace se fissure en une fraction de seconde. Tu écrases ta cigarette dans le cendrier et entoure son visage de tes mains, plongeant ton regard dans le sien. Tu es la meilleure chose qui me soit arrivée, sans toi je ne suis rien, ne l'oublie jamais. Tes lèvres viennent s'écraser sur les siennes pour conforter tes paroles. Alors, pour bats-toi pour nous, je t'en prie, ne lâches pas. Tu souris à demi, incapable de lui résister, tu n'as jamais pu le faire. ok. Il dépose un baiser sur ton front. Je t'aime mikhail belanov. 



And I count my sins, And I close my eyes,
And I take it in, And I'm bleeding out (for you)

≈ ≈ ≈
odessa, ukraine, 2006 - mikaaa La voix de ta sœur te réveille en un sursaut. Putain qu'est-ce qu'elle a à gueuler comme ça. Tu balances la couverture, passant une main sur ton visage encore endormi, en te redressant dans ton lit au moment où la porte de ta chambre s'ouvre en un coup. Mika vite, papa va le tuer ! Tu te lèves les yeux écarquillés par la peur. Tu comprends immédiatement de qui elle parle, elle ne serait venue te dire une telle chose que pour une  personne, la seule qui compte vraiment à tes yeux et ta sœur est la seule au courant de ça. Mais tu ne peux pas y croire, tu refuses d'y penser, tu enfiles ton jean et un t-shirt avec une telle vitesse qui manque te tomber, ton corps tremble bien trop. Qu'est-ce qui s'est passé bordel ? Tu suis ta sœur dans le couloir, elle vole presque. Quelqu'un vous a balancé loki, j'en sais pas plus mais grouille tu le connais, tu sais ce qu'il va faire, tu... ses mots deviennent sourd, ton sang bouillonne dans tes oreilles, tu aimerais courir plus vite, tu dévales les escaliers, trois par trois, tu sauterais direct jusqu'en bas si tu risquais pas te briser le crâne sur le carrelage. là. Ta sœur désigne le sous-sol, là où ton père règle généralement ses « affaires » ton cœur s'arrête, tu n'arrives plus à respirer, tu continues ta course contre la montre jusque la salle du fond, la lumière se fait de plus en plus rare mais tu te fiches de te prendre un mur ou quoi, le temps t'es compté, tu le sais. Tu arrives enfin à destination et tu entends une voix, sa putain de voix, un faible rayon de lumière filtre à travers la porte entrouverte. D'une main tu claques la porte qui vient cogner contre le bitume et tu entres dans la salle, ta vison devenus floue par l'effort et la peur, tu sens des bras t'agripper et te retenir d'avancer. Naan pitié, je t'en prie, papa, ne fait pas ça. Tes mots sortent d'un coup, ton visage reflète la peur, tu le supplies du regard. Jamais tu n'as agis de la sorte envers ton géniteur, vos rapports ont toujours été froids et distants, se résumant au stricte minimum. Mais, là pour la première fois de ta vie, tu le regardes comme un fils suppliant son père, tu espères qu'il te verra enfin comme tel mais, tu as très peu d'espoir, tu le vois dans ses yeux. Tu tournes ton regard vers yelvin. Je suis désolé... je t'aime., mais ces mots tu les gardes pour toi, incapable de les prononcer devant eux. tu aimerais aller vers lui mais les gorilles de ton père t'en empêchent. Emmenez-le. Naaan je t'en prie, naan pitié. Tu sens ton corps quitter le sol et voler hors de la pièce, porté par des bras que tu as toujours haïs. tu ne vois plus rien mais le son te parvient toujours. Le coup part alors, ton corps se raidis, ton cri raisonne contre les murs en pierre du couloir. Ton souffle s'accélère, ton coeur cogne trop fort dans ta poitrine, tout devient noir, tu te laisses porter, c'est la fin.

Ton corps est projeté sur le velours de la chaise, tes doigts viennent agripper les bras du siège. T'as des envies de meurtre, de sang, de vengeance. ton sang tape contre tes tempes. Tu ne l'entends pas entrer dans la pièce, ton corps entier respire la colère, et lorsque tu le vois contourner son bureau pour venir s'asseoir face à toi, tel un patron venu annoncer à l'un de ses employés qu'il est licencié. Mais toi, t'es pas l'un de ses larbins, t'es son fils, celui qui l'aurait aimé ne jamais avoir, celui qui fait tâche dans la famille belanov, qui dérange. Tu attends. Tu laisses le silence envahir l'espace, tu ne le regardes pas, tu serais capable de le tuer, là tout de suite avec un simple stylo, ou même de tes propres mains, mais tu ne ferais pas un pas sans être stoppé. Tu sais qu'il réfléchis à ses mots, à la manière dont te parler, pour apaiser les choses, mais tu t'en fous royalement toi, il a été trop loin, il a ruiné ta vie. Tu craques, les mots sortent d'eux-même. T'aurais pu le faire disparaître, t'étais pas obligé de le tuer. Tu ne le regardes toujours pas. T'as les moyens de faire ça, pourquoi tu l'as tué, t'étais pas obligé, pourquoi... putain... pourquoi... tu l'entends soupirer. Laissez-nous. Tu entends les types quitter la pièce. Parfait, ce sera plus simple pour toi de le tuer comme ça. Écoutes mikey. M'appelles pas comme ça putain, pas toi, je te l'interdis ! Il se lève pour venir s'installer près de toi sur son bureau. Je t'appelles comme je veux, ici c'est ma maison, mes règles. Et je ne veux pas de cette merde chez moi. J'ai une réputation à protéger, j'ai un royaume à gérer, et ce n'est certainement pas toi qui va foutre en l'air tout ce que j'ai construis. Les belanov ne sont pas des tapettes, nous sommes des rois, alors comporte toi comme tel ou tu pourrais bien finir comme ta copine. Cette fois tu lèves les yeux vers lui, tu te relèves pour t'approcher de lui, le regard noir de haine. T'aurais dû m'exécuter aussi, je préfère crever que d'être ton fils. Tu quittes la pièce à ton tour, t'aurais voulu le tuer mais, yelvin n'aurait pas voulu que tu le fasses et tu lui as fais une promesse, tu comptes bien la tenir. le soir même tu quitteras ton pays natal pour l'autre bout du monde, une destination pas choisie par hasard mais sans but précis.



"UNDERCO"
≈ ≈ ≈
new-york, usa, 2010 - UCEY;



until your heartbeat hurts no more
≈ ≈ ≈
odessa, ukraine, 2016 - La pluie s’écrase sur ton cou, mais tu ne bouges pas. Tu laisses les larmes couler, se mêler aux gouttes de pluie qui trempent ton visage. Tu contiens le cri qui se bloque dans ta gorge, la colère remonte à la surface, celle que tu pensais avoir abandonné en quittant ce pays, mais elle était simplement restée ici, attendant ton retour pour venir refaire surface, broyer tes entrailles, brûler ton âme. Tu fixes l’amas de terre qui recouvre désormais le lit mortuaire de ta mère, là où repose pour l’éternité. Le fracas de la pluie qui s’abat sur les arbres aux alentours couvrent les pas de ta sœur qui s’approche en silence, mais tu reconnais sa main qui se glisse dans la tienne et tu inspires lentement en sentant sa peau contre la tienne, ce simple contact suffit à te réchauffer un peu le cœur. Sasha, ton seul soutien désormais, ta seule vraie famille. Tu tournes vers elle et l’entoure de tes bras protecteurs, déposant un baiser dans ses cheveux mouillés. Tu m’as manqué, sash’. tu entends ses pleurs enfouis dans ta veste de costume, et tu la serres plus fort, tu aurais voulu lui épargner cette douleur, cette perte mais, tu sais que tu vas bientôt devoir lui en faire subir une nouvelle, parce que tu ne resteras pas ici, tu vas repartir, vivre ton autre vie, loin d’elle, loin de ton passé. Je t’aime mika, plus rien n’est pas pareil sans toi. Ton cœur se brise en deux, mais tu restes muet un instant, la gardant contre toi. Je t’aime aussi Sash’, je suis désolé mais je n’appartiens plus à monde, je ne peux pas rester, tu le sais bien. Elle dépose un baiser sur ta joue, glissant de nouveau sa main dans la tienne pour t’entraîner avec elle vers la sortie du cimetière. Oui je sais.  

new-york, usa, 2016 - Le poids devient trop lourd, la vie n’a plus de goût pour toi. Tu as essayé, tu y as cru mais t’as perdu la partie, t’as échoué. Tu ne supportes plus les battements de ton cœur, chaque respiration est douloureuse. Tu écrases ton énième cigarette, alternant avec ton verre de whisky, mélange sensé endormir ta peine, les résidus de poudre blanche s’envolent à chaque souffle, ton visage collé à la vitre de ton bureau, surplombant la grosse pomme. Tu fermes les yeux, tu veux juste t’endormir, oublier, ne plus te réveiller, tu te laisses aller dans les limbes, tu laisses les ténèbres t’envelopper de leur bras si rassurant, tu veux juste revoir son visage, juste une fois. Tu veux le retrouver, être avec lui, avec elle. Pas ici, pas dans ce monde trop cruel, trop dur, sans moral ni sens. Tu sens ton rythme cardiaque ralentir, tu souris presque, tu veux partir, t’envoler loin de tout ça. Mais tu entraperçois une lueur rapide et une voix sourde qui te semble si loin, trop loin, trop tard, tu glisses déjà ailleurs.

Réveil soudain, réveil brutal. La douleur, la lumière trop forte sur tes yeux encore clos. Tu peines à respirer, tu devrais respirer, tu ne devrais pas avoir mal, tout devrait être beau et paisible mais ce n’est pas le cas.  tu sens la vie revenir en toi, une force inconnue coule dans tes veines. Tu entends des bruits autour de toi, des bips près de ton oreille retentissent lentement avant de s’accélérer légèrement au fur et à mesure que tu prends conscience de ce qui t’entoure. Tu tentes vainement d’ouvrir les yeux, mais tes paupières te paraissent trop lourdes et la lumière blanche qui filtre aux travers de tes cils, te brûle la rétine. Tu entends des pas précités, puis des voix, qui deviennent audibles au bout de quelques minutes. « monsieur bergman, vous m’entendez ? pressez ma main si c’est le cas, s’il vous plait » tu sens des doigts chauds sur ta main droite et tu t’exécutes au mieux que tu peux, tu as l’impression que des propres doigts n’ont pas bougé mais tu entends des exclamations, tu en conclus que le test s’est révélé positif finalement. Tu es fatigué, comme si tu avais dormi beaucoup trop longtemps. Lorsque tu ouvres finalement les yeux, au bout de ce qui te sembles être plusieurs heures, tu sens la douleur, tu es en vie, tu ne sais pas comment mais tu as survécu. Alors la réalité te frappe de plein fouet et tu laisses tes larmes couler.



Deep in my heart, Deep in my mind, Take me away, This is my word, Dream maker, Life taker.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivée le : 03/04/2017
Messages : 17
Avatar : Sam Heughan
Crédits : Avatar » Agrabah † Gifs » Tumblr
Points : 2
DC : Shaw St John
Age : 33 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Prof de sport en ville † Coach de rodéo à mi-temps
Ton vote : Si le vote blanc faisait de l'effet, c'est sûrement ce que je voterais

MessageSujet: Re: i'm a shut up, sit down    Sam 15 Avr - 8:06

Mazette, il va vendre du rêve ce perso bave


But are we all lost stars,trying to light up the dark ?
Please don't see just a boy caught up in dreams and fantasies. Please see me reaching out for someone I can't see. Take my hand, let's see where we wake up tomorrow. Best laid plans sometimes are just a one-night-stand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: i'm a shut up, sit down    

Revenir en haut Aller en bas
 

i'm a shut up, sit down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shut up flower boy band ! (K-drama)
» Shut up Ewan.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mila Hanska :: 
A place to fall apart
 :: Down home :: Présentations terminées
-