.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (Adriel) amerindian forest rangers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: (Adriel) amerindian forest rangers   Mer 24 Fév - 22:58


ADRIEL BLY JOHNSON
  every breath you take.



 
☼ NOM : Johnson. PRENOMS : Adriel, qui signifie "castor" et est un symbole d'adresse. Bly, qui signifie "grand". ☼ AGE : 32 ans. ☼ DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 29 octobre, à Cody. ☼ NATIONALITÉ : Américaine. ☼ ORIGINES : Il possède des origines américaines, mais également amérindiennes. Il a d'ailleurs obtenu un "Certificate of Degree of Indian Blood" qui prouve qu'il possède au moins 50% de sang de la tribut des Shoshones. Ce qui fait de lui un membre de cette tribut. ☼ A CODY DEPUIS : Toujours. Ce qui n'a jamais empêché ses parents de l'amener à certaines occasions à la réserve de Wind River, où se trouve ses grands-parents, certains de ses oncles, tantes, et cousin(e)s. ☼ STATUT CIVIL : Marié. Enfin marié... c'est vite dit, puisque sa femme et lui sont séparés... ou plus précisément, cela fait des années qu'elle a fichu le camp sans plus donner de nouvelles. ☼ MÉTIER/ÉTUDES : Rangers (garde forestier). TRAITS DE CARACTÈRE : Réaliste, magnétique, peu influençable, volontaire, déterminé, passionné, impulsif, débrouillard, (trop ?) franc, honnête, brusque, tendre, colérique, juste, observateur, taciturne, naturel, peu pudique, souriant, secourable, jaloux, possessif, intelligent, protecteur, loyal, ... ☼ AVATAR : Bob Morley. ☼ GROUPE : ici. ☼ CRÉDIT : may0osh.
 


PLACE YOUR HEAD ON MY BEATING HEART
01. On peut dire qu'Adriel est intégré à la société américaine. Tout du moins à ce petit coin du monde que représente Cody et ses environs. Il est le fils d'une pure Shoshone, tombée amoureuse d'un métisse de la tribut qui n'y vivait déjà plus, les Johnson s'étant établi depuis deux générations dans les alentours de Cody. Il a ainsi grandi baigné dans deux cultures différentes, bien qu'entremêlées. 02. Ce qu'il a vu surtout, c'est l'alcool détruire à petit feu son père. C'est grandir sous les moqueries des autres, non pas parce qu'il était différent, ou peut-être un peu, mais surtout parce que son père c'était le poivrot, et sa mère celle qui trimait pour faire survivre sa famille. Adriel ne touche jamais à l'alcool depuis, et très protecteur avec les autres membres de sa famille, et des plus durs avec son père qui paie actuellement ses années de poivrots avec une cirrhose du foie. Ce qu'il vit plutôt mal malgré son apparente indifférence. 03. La nature est sa grande passion, et l'a toujours été. Rapidement, il a su monter à cheval tout comme ses ancêtres shoshones. Rapidement, il a appris à pister dans les plaines et les montagnes. Rapidement, il a appris à s'orienter en pleine nature et à y survivre. Rapidement, il a su qu'il ne supporterait pas de rester enfermé pour travailler par la suite, et qu'il voulait protéger sa passion. Alors le métier de rangers a été comme une évidence pour lui. 04. Légèrement allergique à l'utilisation des technologies modernes, n'imaginez pas que c'est un homme des cavernes pour autant. Il sait utiliser un ordinateur, il a même un téléphone portable. Simplement, vous ne le trouverez ni sur facebook, ni sur tweeter, ou une autre application qui servent à avoir des amis en lignes. Si déjà son portable capte dans les bois, c'est que ce n'est pas le genre de portable gadget... et pas le genre non plus à permettre une utilisation futile, et ça lui va très bien. 05. Avant que son père ne tombe malade, c'était lui qui allait le chercher au bar du coin quand il était trop rond pour rentrer, trop rond pour payer. Au début, c'était sa mère. Au début, il venait avec elle. Au début, il restait avec le reste de la fratrie. Et puis, ça a été lui, adolescent, qui venait chercher son père pour le ramener à dos de cheval jusque chez eux. Ça a été lui, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus eu de raison. 06. Adriel aime la musique en règle général, et d'ailleurs il l'aime à l'ancienne, les musiques du coin, les musiques de sa tribut, mais c'est une guitare qu'il gratte avec talent, mais surtout par plaisir. On lui a déjà dit qu'avec sa voix grave et son talent il pourrait faire carrière. Un agent lui a même donné sa carte, un jour, mais lui ça ne l'intéresse pas. La musique, la gloire, la fortune... c'est bon pour les autres, pas pour un amoureux de la nature comme lui. Pourtant, il a gardé la carte. A croire qu'il n'y a pas totalement renoncé, ou qu'il aime se dire qu'il pourrait faire autre chose, enfin s'il le voulait vraiment. 07. Il s'est marié à une américaine durant ses études, sa petite amie de l'époque, cette relation dite si peu sérieuse par leurs familles respectives. Pourtant ils s'aimaient, leurs origines différentes et à la fois si semblables. Une relation qui les a poussé à se marier lorsqu'elle est tombée enceinte, la famille de la jeune fille menaçant d'aller casser les dents à Adriel s'il ne l'épousait pas. 08. Elle a fuit pourtant, trois mois plus tard, disparaissant de la vie de sa famille et de celle d'Adriel en ne laissant au jeune homme qu'une simple lettre : "Il n'y a plus de bébé. Notre mariage ne veut plus rien dire. Adieu." Victime d'un accident de voiture, elle avait perdu leur enfant. Il a bien essayé de la retrouver, mais il n'y est pas parvenu. 09. Il a reçu il y a quelques mois les papiers du divorce demandé par sa chère moitié disparue. Autant dire qu'il a clairement fait parvenir au tribunal qu'il refusait de signer. De quoi faire revenir la fille de l'air jusque dans sa ville natale, pour l'inciter à mettre un terme à ce simulacre de mariage. Il tient à s'expliquer avec elle... et peut-être bien que son palpitant ne sera pas indifférent à la voir à nouveau fouler le sol de Cody. 10. Il ignore qu'à l'époque on a joué dans son dos, prétendu qu'il ne l'avait épousée que pour assumer sa connerie, et qu'il l'avait trompée. Réalité complètement fausse, Adriel a bon nombre de défauts, mais certainement pas la tromperie, encore moins lorsque ses sentiments sont plus que réels. 11. Quand les autres ont un chien, lui a son propre cheval dont il prend soin. C'est une monture loyale, qui fait confiance à son maître, tout autant que l'inverse est vrai. L'animal ne rentre jamais seul et écoute Adriel.  12. Depuis la disparition de sa femme, Adriel n'a pas fini moine, qu'on le pardonne pour ça. Mais il n'a pas non plus eu de relations sérieuses, juste des histoires éphémères par-ci par-là. 13. S'il aime la nature, il est pourtant capable de réparer des moteurs et autres bidouillages. Peut-être pas aussi bien qu'un garagiste, mais il a appris sur le tas, avec ses oncles, en trainant, en bidouillant. De même qu'à travailler le bois. 14. Niveau cuisine, il sait faire cuire un œuf, des pâtes, et dépiauter un lapin pour le faire cuire au feu de bois. Mais il ne faut pas lui en demander plus. Ce qui n'est pas si mal, mais il est souvent invité par le reste de sa famille qui ont sans doute peur qu'il se laisse mourir de faim si on ne le nourrit pas.   15. Si jamais vous lui demandez ce qu'il pense d'avoir un jour des enfants, il répondra qu'il en veut... sauf qu'il ne sait pas vraiment avec qui. Sa femme a disparu, et c'était avec elle qu'il a avait prévu initialement d'en avoir. A la place, il se contente d'être le tonton de ceux de ses amis/familles.


☼ PSEUDO/PRENOM : spf. ☼ AGE : majeure. ☼ SCENARIO OU INVENTE : Inventé. ☼ VOS IMPRESSIONS SUR MH : j'aime, ça change les possibilités  brill . ☼ COMMENT AVEZ-VOUS TROUVE LE FORUM : PRD je crois  hmm .


 
réservation de l'avatar:
 


Dernière édition par Adriel Johnson le Sam 27 Fév - 18:49, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adriel) amerindian forest rangers   Mer 24 Fév - 22:59


ONCE UPON A TIME
Vivre d'amour, d'Evian et de sa peau.
Et croire que ça suffit.



La chute lente... Et un jour on se retrouve à jouer seul. L'autre retire ses billes, reprend ses cartes, et vous restez là, comme un con, devant une partie inachevée... A attendre. Parce que vous ne pouvez faire que ça, attendre. Cesser d'attendre, ça voudrait dire que c'est fini. Lolita Pille.



« Abe. » murmura-t-elle, venant mordiller sa lèvre inférieure sans lever les yeux dans sa direction. C'était la seule à l'appeler ainsi, petit surnom qu'elle employait parce que c'était comme un mélange des premières lettres de ses deux prénoms ; Adriel et Bly. Il avait toujours eu l'impression d'être spécial à ses lèvres lorsqu'il l'entendait l'appeler. Il avait réellement eu l'impression d'être considéré par cette petite blanche à la famille trop conservatrice pour voir d'un bon œil une liaison entre eux. Pourtant, à la voir ainsi, il se demandait si ses origines n'étaient pas liées aux peuples de ces terres, les premiers à les avoir foulé, ceux de ses propres ancêtres dont il était si fier. Mais cela n'avait aucune importance à ses yeux, il savait juste qu'il irait jusqu'à braver la colère de sa famille pour être avec elle. Ils n'étaient pas fait pour être ensemble, du plus loin qu'il s'en souvenait, on le lui avait toujours dit, comme si les vieux préjugés avaient la vie dure. Les siens s'attendaient à ce qu'il prenne femme au sein de la tribu ou qu'il en choisisse une aux racines plus semblables à ces valeurs ancestrales. Ceux de la jeune femme désiraient qu'elle épouse un américain aussi blanc que sa peau, aussi républicain que les siens. Aux yeux du monde, ils n'étaient qu'une erreur improbable, qu'un couple destiné à durer aussi longtemps que la fin d'une étoile dans le ciel, lorsqu'elle s'éteint comme si cela n'avait duré qu'une brève seconde. Mais son palpitant crevait d'affirmer le contraire. Il hurlait à chaque fois qu'il la voyait, le laissait désirer de la toucher, de laisser ses lèvres glisser sur la courbe gracieuse de sa gorge, de s’enivrer de son parfum à la manière d'un amortensia digne d'Harry Potter. Il était jaloux de ceux qui auraient dû lui convenir mieux que lui, ces soi-disant prétendants que ses parents auraient désiré qu'elle rencontre pour leur donner une chance. Il ne le lui avait pas encore avoué, mais il savait qu'il finirait par l'épouser, lorsqu'il aurait terminé ses études, qu'il serait un véritable ranger, qu'il aurait de quoi les faire vivre, elle... et toute cette famille qu'ils construiraient ensemble. Loin des à priori, juste dans l'amour de ce qu'ils seraient capable de créer. La présence d'un père à l'opposé de celui qu'il avait pu avoir. La figure d'une mère... qu'il n'imaginait qu'avec ses traits à elle. Leurs familles finiraient par comprendre qu'ils s'aimaient réellement, que rien n'était passager, qu'ils étaient plus proches que leurs origines pouvaient le laisser croire.

Il baissa son visage pour tenter de croiser son regard en l'entendant murmurer son prénom, s'arrachant à la contemplation du ciel alors qu'elle gardait ses traits collés contre son torse, allongée dans l'herbe à ses côtés. Ses doigts vinrent effleurer son menton pour l'inciter à le lever, ce qu'elle fit, venant brièvement croiser son regard, avant de s'écarter pour se redresser, assise à ses côtés, un évident malaise se glissant entre eux sans qu'il sache pourquoi. « J'ai... quelque chose à te dire. » Il fronça le regard en entendant ses hésitations. Il voulut parler, mais elle glissa un doigt délicat contre ses lèvres pour l'inciter à se taire. « Si tu m'interromps, j'y arriverai pas. » Il se figea un instant, le doute tenaillant son cœur, la crainte que sa famille soit parvenue à glisser l'envie de mettre un terme à leur historie s’immisçant dans son esprit une courte seconde. Mais plutôt que de lui en faire part, il baisa ce doigt resté trop longtemps au contact de ses lippes, aveu muet de cet accord qu'il lui donnait pour son silence. « Je... je suis enceinte. » avoua-t-elle dans un soupir, guettant avec appréhension sa réaction. Adriel restait là, figé, comme s'il ne savait plus comment réagir. Et il ne savait plus. « Je veux dire... de toi. Je suis enceinte de toi. » Comme s'il avait pu en douter ? Il avait été son premier, et leur relation se targuait d'être exclusive... ou il aurait démoli la tête de l'amant s'il y avait eu infidélité. « Je sais. » ... qu'il est de moi. Mais c'était l'idée d'avoir un enfant, maintenant, alors qu'ils peinaient encore à se faire accepter, qu'il avait encore tant d'embuches, qu'il n'avait pas l'argent nécessaire pour assurer leur subsistance, et... Il se laissa retomber dans l'herbe, venant masser sa tempe d'une main. Pas vraiment la réaction qu'une fille pouvait attendre de son petit ami dans une telle circonstance. « Dis quelque chose au moins... » « Ta famille va me tuer. » répliqua-t-il simplement, de cette franchise parfois désastreuse, et il la vit pâlir à ses paroles. « C'est... tout ? Ma famille va te tuer ? C'est tout ce qui t'importe quand je te dis que j'attends ton enfant, Adriel ?! » Elle se releva, furieuse, commençant à rassembler ses affaires pour partir, pour s'enfuir, pour aller ailleurs. Mais il se redressa avec souplesse, la rattrapant rapidement, l'attirant dans ses bras tout en l'empêchant de se débattre. « Arrête... dis pas de bêtises, tu sais bien que je serai là, toujours. Pour toi. Pour lui. Pour nous. » Il posa ses lèvres contre son front, l'abreuvant de doux baisers qui ponctuèrent ses mots. Et elle se laissa bercer, leurs lippes venant se retrouver, s'abreuver à celles de l'autre.


Mariés. Par la pression. Par envie. Les parents de la jeune femme avaient difficilement avalé la couleuvre, mais ils étaient contre l'avortement, et avaient presque convoqué Adriel dans leur beau salon pour le mettre au pied du mur : soit il épousait leur fille, soit il le regretterait. Au fond, il aurait aimé faire sa demande dans d'autres conditions, sans ressentir cette pression, cette putain d'obligation, alors qu'il crevait d'envie d'unir sa vie à la sienne. Il aurait voulu que la cérémonie ne soit pas si précipitée, avoir le choix dans ce mariage que ses beau-parents avaient conçu du début à la fin parce que c'était leur argent. Il avait l'impression d'étouffer dans cette nouvelle vie qu'il ne parvenait pas à maîtriser malgré l'amour qu'il lui portait. Les disputes s'étaient glissées entre eux comme du venin qui chercherait à s'infiltrer dans leurs existences. Il n'avait pas compris qu'on murmurait à son épouse, que sa mauvaise humeur et sa brusquerie ne faisaient que confirmer les mensonges le concernant... le fait qu'il n'avait jamais eu l'intention de l'épouser, qu'elle l'avait piégé avec cette grossesse, qu'il ne l'avait épousée que par devoir, qu'il voyait d'autres filles, ... Et puis il y avait eu l'accident. Elle conduisait, et un autre véhicule l'avait heurtée. Leur enfant... n'avait pas survécu au choc. Il n'y avait plus de bébé. Plus de raison pour rester mariés, pas vrai ? Bon sang, il y en avait pourtant des tas qu'Adriel aurait dû lui murmurer. Ou plutôt lui hurler pour qu'elle les entende, les comprenne, mais lui aussi avait souffert de cette perte. L'idée d'être père avait fait son chemin dans son esprit, malgré sa belle famille qui tentait de faire pression sur lui pour qu'il ait un vrai travail. Il avait fini par y croire, malgré les difficultés, et il l'aimait à en crever. Mais ils étaient tous les deux blessés. Terriblement. Et malgré la franchise habituelle du brun, la situation le rendait surtout plus taciturne et silencieux.

Même cette nuit-là, dans leur lit, ses bras enroulés autour de sa taille, son visage enfoui parmi sa chevelure, il avait été incapable de lui murmurer ces mots qu'elle attendait tellement. Incapable de l'aimer comme avant, de ses lèvres affamées qui semblaient malades de lassitude. Ce fut la sonnerie du téléphone qui les tirèrent de leur sommeil, Adriel s'emparant du combiné pour se contenter d'acquiescer d'un « J'arrive. » Avant de se pencher vers celle qui avait relevé les yeux dans sa direction, interrogative. « Je dois y aller. » « C'était qui ? » « Personne, rendors-toi. » souffla-t-il en déposant un baiser furtif sur ses lèvres, avant de se lever pour s'habiller et quitter l'appartement. Il ne voulait pas l'inquiéter, lui dire qu'il devait pour la énième fois aller chercher son ivrogne de père. Peut-être que ce fut son erreur... celle de trop, celle qui lui confirma qu'il y avait une autre femme, qu'elle n'était qu'une obligation. Puisque lorsqu'il rentra à l'aube, le lit était déjà froid, et un simple mot l'attendait griffonné sur un morceau de feuille déposé sur l'oreiller : "Il n'y a plus de bébé. Notre mariage ne veut plus rien dire. Adieu."


Cela faisait un peu plus de dix ans qu'il n'avait plus eu de nouvelle de celle qui était encore et toujours sa femme. Tant d'années où il avait espéré qu'elle reviendrait, espéré que sa famille pourrait lui dire où elle se trouvait. Mais rien. Personne n'avait voulu avouer la vérité. On préférait affirmer qu'ils étaient dans l'ignorance tout comme lui, parce qu'il avait fini par la faire fuir. Il avait accompli son rêve, celui d'être un ranger. Il vivait comme il l'avait toujours désiré, fidèle à lui-même, à cette nature, à ce désir de liberté chevillé au corps. Il vivait, le souvenir de celle qui avait disparu agrippé à ses tripes. Et puis il avait fini par recevoir ces papiers... Le divorce ? Elle avait le toupet de lui demander le divorce après tant d'années, sans même prendre la peine de lui donner une petite explication, ou même de le lui annoncer en personne. Non, elle s'était contentée de passer par un avocat... sans doute parce qu'elle désirait se remarier avec un blanc bec qui plairait tellement à sa famille, mais incapable d'affronter les démons de son passé. Il avait refusé. Avait déchiré les papiers et renvoyés au tribunal en annonçant qu'il ne divorcerait pas. Que les conditions ne lui convenaient pas. Alors, à présent, c'était la sœur, celle qui avait prétendu... « Ben tiens... maintenant tu sais où elle est. » La franche ironie s'était déversée de ses lèvres avec facilité, tandis qu'il la regardait soupirer sur le perron. « Adriel... » Le regard de reproches, comme si elle grondait un enfant, agaça celui qui n'était plus un enfant. « Elle veut juste... » « Tu sais quoi ? Je m'en fous. Elle veut avoir une chance que je signe ces foutus papiers ? Dis-lui qu'elle vienne me le demander en personne. » L'interrompit-il, n'ayant pas envie de l'entendre vomir de nouvelles excuses. Il se détourna, claquant la porte. S'enfermant dans cet endroit qui était le sien, à l'abri du regard appuyé de la soeur de celle qui même à des milliers de kilomètres faisait encore trébucher son palpitant avec irrégularité. Mais il lui en voulait, d'être partie ainsi, il la détestait même, de l'avoir abandonné sans même lui offrir une explication. Parce que même si tout était foireux à l'époque, il y croyait, lui, à leur mariage... Et il l'aimait... il l'aimait à en crever.



Dernière édition par Adriel Johnson le Sam 27 Fév - 18:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adriel) amerindian forest rangers   Mer 24 Fév - 23:02

Bob + ce pseudo + le travail + Indian Blood = trop de perfection brill Je t'aime toi lovebal crazy Il nous faudra un lien love2 Bienvenue et bon courage pour ta fiche youpi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adriel) amerindian forest rangers   Mer 24 Fév - 23:10

Bienvenue sur le fofo ! Tu vas t'amuser avec nouuuus. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adriel) amerindian forest rangers   Mer 24 Fév - 23:12

Phoebe avec des origines amérindiennes brill Je suis pour à 100% pour le lien saut
J'en doute pas Noah sunny

Merci à tous les deux leche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adriel) amerindian forest rangers   Mer 24 Fév - 23:26

OMG DAWN, JE SUIS TOUT A FAIT D'ACCORD bave Tu fais des choix parfaits pour ton personnage ! Hâte d'en savoir plus héhé. Bienvenue sur Mila Hanska ! Garde-moi un lien Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adriel) amerindian forest rangers   Mer 24 Fév - 23:42

Jana ! Elle est trop peu vue sur les forums haan

Merciiii lovebal Et sans problème, je te garde ça pervers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adriel) amerindian forest rangers   Jeu 25 Fév - 9:07

Oooooh comme tu es beau haan

Bienvenue à toi ! brill
Comme tu es là depuis toujours et que ma petite Ohana aussi, on pourrait se trouver un lien ? J'en serais vraiment, vraiment, vraiment très heureuse ! hug leche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adriel) amerindian forest rangers   Jeu 25 Fév - 18:19


Bienvenue !! J'adore l'idée de personnage, je sens qu'il va être intéressant à rencontrer pour Vito =D

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adriel) amerindian forest rangers   Jeu 25 Fév - 21:59

Merci beaucoup à tous les deux leche saut

Ohana, avec grand plaisir, si jamais tu as une idée ou une envie, n'hésite pas à me mpotter hug
Si c'est intéressant de croiser sa route... ce sera quand tu voudras, Vito tutu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adriel) amerindian forest rangers   Sam 27 Fév - 19:01

Tu n'as pas ajouté le groupe mais je suppose que c'est Earth Smile Ton personnage est vraiment magnifique ** J'ai un vrai coup de coeur pour Adriel ! Hâte de voir la suite avec "sa femme' smile Tu es validé !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adriel) amerindian forest rangers   Sam 27 Fév - 19:19

Tout à fait idea et dire que j'ai vérifié pour voir si je n'avais rien oublié xD
Merci beaucoup brill
Et pour sa "femme", je vais de ce pas faire son scénario tutu
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (Adriel) amerindian forest rangers   

Revenir en haut Aller en bas
 

(Adriel) amerindian forest rangers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Michael Forest
» Roger's Rangers
» Brittish FIW ou AWI ...??
» Honey it's a forest land of trick slides
» Les guerres du Canada -les figurines-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mila Hanska :: Fiches de présentation-