.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 august + an adventure of lifetime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: august + an adventure of lifetime   Dim 13 Mar - 14:25


AUGUST BROMWOOD
just the way you are



☼ NOM : Bromwood, le nom d'un paternel qui a honte de son fils aîné. Un nom qu'August a souvent eu du mal à porter à cause de son père et de son frère. PRENOMS : August. Une consonance française dûe à sa mère. Son deuxième prénom est Abraham. Autant dire qu'il n'a pas été gâté. ☼ AGE : Ca y est le cap de la trentaine est passé. Il ne fut pas dur, mais la jeunesse s'éloigne quand même. ☼ DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Ici à Cody. Il n'aime pas spécialement cette ville et pourtant il y habite toujours. Il est né au mois de novembre, le huit plus précisément. ☼ NATIONALITE : Américain de pur souche. ☼ ORIGINES : Sa mère est française. Du coup il est franco-américain. ☼ A CODY DEPUIS : Sa naissance, hélas. Heureusement qu'il a vu du pays. ☼ STATUT CIVIL : marié à sa petite amie de dernière année de lycée. Il est toujours fou amoureux d'elle mais le couple traverse une bonne crise conjugal. Sinon il est père d'une fille de trois ans. ☼ METIER/ETUDES : Anciennement reporter de guerre. A la suite d'un accident qui a failli lui coûter la vie, son rédacteur en chef lui interdit de repartir. Du coup, il doit à présent couvrir l'actualité pourrie et ennuyeuse de Cody.TRAITS DE CARACTERE : Téméraire + Caractériel + Aventurier + Rancunier + Papa poule + Amical  + Souriant + Avenant + Jaloux + Buté ☼ AVATAR : Sebastian Stan ☼ GROUPE : Fire ☼ CREDIT : tumblr


PLACE YOUR HEAD ON MY BEATING HEART
01. Son père a toujours voulu voir en lui un grand sportif. Chétif depuis l'enfance, le paternel a rapidement compris qu'il ne ferait jamais de son fils un grand joueur de rugby. Du coup il a envoyé ses ambitions sur le deuxième et August a été rejeté par son père qui le voyait comme une « tafiolle ». Il n'a jamais compris la passion de son fils pour la photographie. On peut dire qu'August a toujours eu l'unique soutien de sa mère. 02. Il a rencontré sa femme au lycée et il a fallu du temps pour qu'ils se mettent ensemble. Tout a débuté au bal de promo. Beaucoup de gens ont déclaré que leur relation ne durerait jamais car ils étaient trop différents, et surtout car ils n'étaient que lycéens et pourtant aujourd'hui ils sont toujours ensemble bien qu'ils soient en pleine crise conjugale. 03. A la naissance de sa fille, il était en Syrie pour couvrir les affrontements. Ce jour-là, toute sa vie a basculé, non pas à cause de sa paternité mais car il a été pris dans des bombardements. Un rapatriement, plusieurs semaines de coma, une jambe à fracture ouverte, plusieurs côtes fracturées et un traumatisme crânien on ne donnait pas cher de sa peau. Il a fallu une longue rééducation. C'est un sacré coup de chance qu'il soit là où il est aujourd'hui. 04. Bien que cet événement reste un traumatisme, il veut retourner sur le terrain pour couvrir l'actualité, tout le monde est contre et il se sent seul contre le reste du monde. Son rédacteur en chef ne veut plus prendre de risque et sa femme le prend pour un fou qui se moque de sa famille. Personne ne peut comprendre sa passion et il commence à sortir de ses gonds. 05. Il a horreur du thé, rien que l'odeur il trouve que cela est infâme. Lui, il ne jure que par le café et en boit jusqu'à trois tasses par jour même si ce n'est pas forcément très bon. Il adore accompagner son café de quelques cookies car c'est un grand gourmand. 06. Il est démocrate ce qui a le don d'exaspérer son père. On pourrait même croire qu'il a fait exprès de choisir ce camp pour emmerder le paternel mais non, lui il trouve que les idées des Républicains sont de très grosses conneries et qu'il serait temps que le pays avance. 07. Il aime passer beaucoup de temps avec sa fille et il joue à la poupée. Oui oui. Cela ne le dérange pas du tout. Il veut lui donner l'enfance que lui n'a pas eu à savoir, avoir un père qui est toujours là pour ses enfants quoiqu'il se passe. 08. Il aime bien jardiner. Bizarrement cela le calme. Quand il est énervé il va voir ses plantes et il s'en occupe, c'est un peu sa petite thérapie. Il trouve cela très relaxant et est très fier de son jardin. 09. Il est passionné par la photographie depuis ses huit ans, depuis que son parrain lui a offert son premier appareil photo et l'a amené à une exposition. C'est tout naturellement qu'il a voulu faire des études de photographies après le lycée et qu'il est devenu reporter. C'est une véritable passion qui continue de battre dans ses veines. 10. On ne peut pas dire que c'était un don juan. Oh non, il n'était pas du genre à courir après les filles, il était plus derrière son magazine de photographie à lire dans les escaliers au lycée ou dans un coin pour être tranquille. Pourtant il y a quelques filles qui l'ont accosté pour savoir s'il avait une petite amie. Il n'en est sorti avec aucune. Juliet fut la seule et unique de toute sa vie. 11. Il n'est pas très bricoleur. S'il prend un marteau il risque de se fracturer un doigt en se le tapant dessus. Du coup il préfère laisser ça à son meilleur ami pour qu'il vienne donner un coup de main. 12. Il a de la chance de n'être allergique à rien. Le pied quand on sait qu'à l'heure actuelle beaucoup de gens sont au moins allergique à une chose. Il est juste asthmatique depuis qu'il est gosse. Il ne peut pas faire d'efforts sportifs violents. 13. C'est un gros mangeur. Il adore la nourriture et l'a toujours clamé qu'il était gourmand. Du coup c'est le genre de personne à manger deux parts de gâteau au lieu d'une seule ou de finir l'assiette de sa fille en cachette de Juliet pour ne pas que Charlotte se fasse engueuler. Il n'y a pas de chien, alors autant qu'il se dévoue. Et franchement, la purée de carottes c'est dégueulasse, il comprend tout à fait Charlotte pour le coup ! 14. Quand il était jeune, il jouait de la guitare. Il aimait bien gratter quelques notes par ci par là. A présent, sa guitare prend la poussière dans le grenier. Il n'a plus le temps ni l'envie de s'y consacrer. 15. Juliet a eu la sale idée de vouloir voir un thérapeute conjugal. Idée qu'il n'accepte pas du tout, genre déballer sa vie à un inconnu pour qu'il les juge c'est pas du tout son trip.    


☼ PSEUDO/PRENOM : silver sky aka Amélie ☼ AGE : 25 demain☼ SCENARIO OU INVENTE : inventé ☼ VOS IMPRESSIONS SUR MH : j'ai longtemps hésité et puis Arrow . ☼ COMMENT AVEZ-VOUS TROUVE LE FORUM : Bazzart


réservation de l'avatar:
 


Dernière édition par August Bromwood le Dim 13 Mar - 17:19, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: august + an adventure of lifetime   Dim 13 Mar - 14:26


ONCE UPON A TIME
       uptown funk


       
« Bon August, concentre-toi sur le ballon ! » C'était le jour de mon huitième anniversaire et nous étions dans le jardin. Mon père tenait un ballon de rugby en me regardant. J'avais traîné des pieds pour venir avec lui. J'aurai voulu manger mon gâteau d'anniversaire, surtout que je n'avais pas eu l'occasion d'ouvrir le cadeau de mon parrain. Au lieu de ça, mon père m'avait offert ce ballon et voulait absolument que je m'entraine. Je détestais le sport et avec mon asthme ce n'était pas forcément conseillé. Je regardais la balle mais j'avais vraiment la tête dans les nuages. J'aurai sans doute du être plus concentré car je ressentis une douleur atroce au niveau de mon nez et je me mis à hurler. « PUTAIN IL EST MEME PAS CAPABLE DE RATTRAPER UN BALLON ! MAIS QUEL NUL ! » Je me tenais le nez dans mes mains, le sang ruisselait et je pleurais à chaudes larmes. « CA PLEURE PAS UN HOMME AUGUST ! » Il me mit une baffe et je me mis à pleurer d'avantage. Ma mère sortit en courant et se mit à crier en voyant mon visage. « QU'EST CE QUE TU AS FAIS JORDAN?! » « IL AVAIT QU'A RATTRAPER CE PUTAIN DE BALLON ! C'EST UNE VRAIE TAFIOLLE ! » Mon père pris le ballon avant de rentrer, furieux dans la maison. Je continuais à pleurer et mon parrain était arrivé. Heureusement qu'il était médecin. Il m'enlevait les mains de mon visage pour regarder et fis une grimace. « Son nez est cassé, j'en ai bien peur. » Ma mère poussa un long soupir avant de me prendre la main. J'avais fini ma journée d'anniversaire à l'hôpital et le cadeau de mon parrain sur les jambes. « Je te promets que ce n'est pas un ballon. » A croire que j'avais peur des cadeaux. J'ouvris la boîte et je vis un appareil photo. Mon parrain adorait la photographie et m'avait emmené à une exposition. J'étais tombé amoureux des clichés. « C'est trop cool ! MERCI MERCI ! » J'avais un grand sourire aux lèvres avant de prendre l'appareil photo. Ma mère souriait. Mon père ? Il n'était pas là, préférant être avec mon frère.


Dix-sept ans. Appareil photo dans la main je marchais dans les couloirs du lycée. J'étais le photographe du journal du lycée. C'était un poste qui me plaisait beaucoup même si je rêvais d'autres horizons. Quelques jours auparavant j'avais parlé au conseiller d’orientation pour faire un cursus photographie après le lycée et surtout de devenir reporter. Je rêvais vraiment de voir du pays. Aujourd'hui je devais passer au club d'art. Le journal s'intéressait à leur projet de fin d'années. Au début je ne voulais pas trop y aller. Il y avait Juliet. Juliet c'était la fille qui me plaisait beaucoup mais à qui je n'arrivais pas du tout à parler alors me pointer avec mon appareil photo comme ça, ça me gênait un peu. J'entrais dans la salle. Il n'y avait personne, à part Juliet. « Euh... je venais pour l'article, mais je peux repasser. » Fis-je en pointant la porte pour repartir. Je voulais vraiment prendre la poudre d'escampette pour le coup. « Non c'est bon, de toute manière c'est la fin de l'année alors les gens viennent quasiment plus. » Fit-elle en soupirant en regardant son projet en faisant une moue. Elle était si jolie avec ses cheveux bruns. Je tatillonnais mon appareil photo avec nervosité puis je décidais de m'avancer. « Cool. Je n'en aurais pas pour longtemps de toute manière. » Elle s'était retournée j'avais croisé son regard. Merde. Ca me déstabilisait beaucoup. J'avais souri, tentant de cacher ma nervosité avant de la prendre en photo, elle et son projet. Je pourrais garder des photos d'elle pour moi. Quoi ? C'était l'occasion... « Merci. L'article sera publié à la fin de la semaine. » Déclarais-je. J'hésitais à lui poser la question qui me brûlait les lèvres. Elle allait refuser, je me prendrai un vent monumental. Je n'allais pas partir maintenant, je ne pouvais pas. Je regardais son projet. « C'est très intéressant. » Je n'y comprenais rien en art mais au moins c'était un compliment comme un autre. Je m'étais approché, je n'avais pas fais attention au tapis sous mes pieds et j'avais trébuché. Un pot de peinture était tombé, explosant sur le sol et on fut éclaboussé ainsi que son projet artistique. Bravo. Alors là, plus idiot tu meurs. « Je suis désolé ! Vraiment ! Dé... » J'avais glissé sur le liquide et j'étais tombé sur Juliet. De pire en pire. On était par terre, moi sur elle et là j'espérais que personne ne rentre car cela pourrait vraiment prêter à confusion. « Pardon. Pardon ! Pardooooon ! » Je me confondais dans mes mots et je soupirais. Je la regardais et je sentais mon cœur battre à la chamade. « ...tu ne voudrais pas aller au bal avec moi par hasard ? » Comme si elle allait dire oui. Bizarrement, elle a dit oui. C'est au bal de promo que je l'ai embrassé pour la première fois et elle ne m'a pas giflé. Victoire.

Personne n'avait cru en notre couple, car on s'était mis ensemble jeunes et pourtant on s'était marié. Pour moi c'était carrément une évidence. Après mon diplôme je l'avais demandé en mariage, une nouvelle étape et elle avait accepté. On s'était uni devant nos familles respectives, avec mon père qui faisait la gueule. Heureusement qu'il n'y avait pas eu une ambiance pire. Ma mère aimait beaucoup Juliet, cela me rassurait beaucoup. J'avais de la chance d'avoir Juliet a mes côtés car elle acceptait que je voyageais beaucoup pour mon travail. J'étais dans l'avion de retour aux Etats-Unis après une séjour d'un mois à l'étranger et dans des zones de conflits assez difficiles. Voir ces événements m'avaient changé, je profitais plus de l'instant présent et je donnais beaucoup de mon temps aux autres. Je tentais de dormir, chose que j'avais peu fait lors de ces dernières semaines. Il restait deux heures de vol et je serai chez moi, avec Juliet. J’atterris sur le sol américain et je pris ma valise avant de sortir de l'aéroport. Une tête brune courut vers moi pour me sauter dessus. « Tu es là ! Tu es là ! » Je souris en l'embrassant avant de passer mes bras autour de son cou et de la serrer contre moi. « Toujours. Je t'avais dis que je rentrais aujourd'hui non ? » Elle avait pris des joues, s'était mignon à croire qu'elle avait mangé pour compenser mon absence. Je lui pris la main, tirant ma valise avec l'autre pour rentrer. « J'ai une surprise pour toi ! » Déclara-t-elle en conduisant. « Ah oui ? C'est quoi ? » Fis-je en me penchant vers elle avant de déposer un baiser dans son cou, elle me tapa. « Arrête je conduis ! » « C'est toi avec tes phrases aussi ! » « Tu verras ! » « T'es pas drôle. » On s'arrêtait devant notre maison et en y entrant je fus content d'être rentré. J'avais hâte de pouvoir aller dormir mais Juliet me barra le chemin. « Ah non, tu ne vas pas dormir maintenant. » J'avais un sourire taquin aux lèvres. « Dis donc toi, tu as de ces idées... » J'allais l'embrasser mais elle me mit un vent, alors ça c'était vraiment pas sympa. Elle me prit la main pour qu'on aille à l'étage. Au final, si elle me chauffait vraiment j'hallucinais pas. On passait devant notre chambre je ne compris pas. « Ferme les yeux ! » Elle avait l'air tout excité. Je comprenais pas sur le coup. Bon si ça pouvait lui faire plaisir. Je fermais les yeux et elle ouvrit une porte. « C'est bon, tu peux ouvrir ! » J'ouvris et... une pièce vide. Ouaaah la surprise de malade ! Au vue de ma tête, elle devait capter que je comprenais rien, en plus avec le décalage horaire... Puis je vis un truc accroché au mur, je m'approchais et je vis une échographie encadrée. Oh putain. Je me suis retournée vers elle et elle avait un grand sourire aux lèvres. J'en avais les larmes aux yeux. Je la pris dans mes bras. « Je t'aime, je vous aime. » Fis-je en enfouissant mon visage dans ses cheveux. J'allais être papa.

A la base j'avais mis un point d'honneur à refuser des projets quand Juliet était à huit mois de grossesse. Pourtant, on m'avait proposé un reportage important en Syrie. Ce n'était pas le pays où je voulais forcément aller mais il fallait qu'on montre véritablement les choses. J'avais alors accepté, espérant revenir pour l'accouchement et finir ce travail rapidement. J'avais bien lu l'inquiétude dans les yeux de Juliet mais je lui avais promis que ça irait car de toute manière je ne prenais jamais de risques. Je n'avais jamais eu de problème. Du coup je m'étais envolé pour la Syrie. J'étais sur place avec des soldats et je suivais leur quotidien. Ce n'était pas le pire que j'avais vu mais c'était quand même assez dur. Cela faisait trois semaines que j'étais là, encore cinq jours et je serai de retour dans ma patrie. Nous étions parti tôt sur un terrain assez risqué. Nous étions arrivé et mon téléphone avait sonné. « August c'est moi ! J'ai perdu les eaux ! Je vais accoucher ! » « Hein ? » « JE VAIS ACCOUCHER T'ES BOUCHE OU QUOI ! RAMENE TOI ! » « Je peux pas là ! » « AUGUST, JE TE JURE QUE LA JE TE DETESTE ! » Un soldat me fit signe qu'il fallait que je raccroche, on entendait au loin des rafales et des avions volaient. « Je te rappelle. » « AUGUST SI TU RA... » J'avais raccroché, au pire elle me tuerait après. A peine avais-je raccroché qu'on entendit des bombardements proches et puis des explosions. Des douleurs violentes, des pans de murs qui tombaient et ce fut le noir total.
Le réveil fut difficile. J'avais très mal à la tête. La lumière m'éblouissait et j'entendis le bruit d'un moniteur. Sur le coup je ne comprenais pas, je me mis à tousser comme si je manquais d'air et je sentis une main sur mon bras. « August ? Chéri ? » Maman. C'était comme si je manquais d'air, j'avais très mal, partout. C'était abominable et je me mis à hurler de douleurs. Les médecins vinrent m'administrer des antidouleurs puissants, qui me mirent dans les vappes. Je restais dans un nuage et je m'endormis de nouveau. J'étais fatigué, bien trop fatigué. Je me réveillais de nouveau quelques heures plus tard. Ma mère me souriait. « J'ai prévenu Juliet. » Je n'arrivais pas à parler encore, j'étais trop sonné. Une porte s'ouvrit et je sentis quelqu'un se jeter sur moi. « Ne me fais plus une peur pareille ! Abruti ! » Je grimaçais de douleurs. Mes côtes étaient douloureuses. « J'ai eu tellement peur. » Elle pleurait. J'avais fais pleuré Juliet. On me rapporta par la suite que j'avais subi un des bombardements les plus meurtriers. Que j'avais été enseveli sous des gravats pendants plusieurs heures et qu'on ne savait pas par quel miracle j'avais survécu. Une fracture ouverte à la jambe, des côtes brisées et un traumatisme crânien. J'avais été rapatrié. Tout cela avait eu lieu le jour de la naissance de ma fille. « Elle s'appelle Charlotte. » Juliet la tenait dans ses bras en me regardant. J'étais réveillé depuis cinq jours, mais les médecins m'avaient imposé du repos et surtout une longue rééducation. J'avais tendu les bras pour la prendre même si la douleur me faisait grimacer. Juliet m'avait déposé Charlotte dans mes bras, âgée de deux mois. J'avais raté les premiers moments de sa vie mais je me promettais de ne plus rien rater. Charlotte était magnifique. Ce jour là, j'ai pleuré. Je m'en serai voulu de ne pas être rentré tout court.

« Papa ? On fait la course ? » On marchait tranquillement dans la rue pour rentrer. Charlotte portait son petit sac à dos, de retour de l'école. C'était sa première année. « Tu sais très bien que papa il peut pas courir. » Elle fit une moue triste. C'était comme ça depuis l’événement. Je ne pouvais plus courir, ma jambe ne le supporterait pas et surtout ma respiration non plus. Déjà asthmatique, les côtes brisées avaient provoqué quelques séquelles. La rééducation fut difficile. Je sortis mon appareil photo. « Allez fait un sourire à papa. » Elle se mit à tirer la langue avant de bouder et je me mis à rire. J'étais complètement gaga de Charlotte, je lui pris la main pour que l'on continue notre petit trajet jusqu'à la maison. En ce moment ce n'était pas joyeux. On se disputait beaucoup avec Juliet. J'avais eu le malheur de lui faire part de mon envie de repartir à travers le monde pour des reportages et elle avait cassé une assiette par mégarde avant de me dire que j'étais un idiot fini. Mon rédacteur en chef avait lui aussi refusé et j’étais en train de me sentir seul contre tous, heureusement que j'avais ma petite princesse. On était arrivé et en entrant elle courut rapidement vers sa maman pour lui faire un câlin. Je déposais mon appareil photo dans mon sac pour qu'il soit bien protégé. « Ca c'est bien passé ? » Juliet avait souri légèrement en posant la question. « Génial. Reportage en maison de retraite pour l'anniversaire de Bernie avec de la compote au lieu d'un gâteau car elle n'a plus de dents. Franchement, je m'emmerde. » J'avais fermé mon sac de façon un peu sec. C'était vrai que je m'emmerdais avec ces reportages sur la ville. Le monde me manquait énormément. Je l'avais peut-être pensé un peu fort en voyant l'air de Juliet. « Quoi ? » « Je sais à quoi tu penses. Enlève toi cette idée de ta tête ! » Je ne voulais pas m'énerver, pas avec Charlotte dans les parages. Elle n'avait pas à subir tout ça. « Tu comprends pas. » J'avais lâché ces mots en soupirant. Elle me tendait une carte. « C'est quoi ? » « Un thérapeute conjugal. » J'avais fais des gros yeux. « T'es sérieuse ?! » Au vue de sa tête oui. Hors de question d'y aller.


Dernière édition par August Bromwood le Dim 13 Mar - 16:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: august + an adventure of lifetime   Dim 13 Mar - 15:32

Hehe tu surveilles le forum depuis un moment Razz bienvenue à toi ma belle ! Stan est tellement douche Je suis la si tu as un souci ! Cela fait plaisir de te voir ici !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: august + an adventure of lifetime   Dim 13 Mar - 16:28

Bienvenue à toi ! Ce personnage promet brill
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: august + an adventure of lifetime   Dim 13 Mar - 17:52

J'aime tellement les histoires rp qui ont un lien avec l'armée *o* Tu nous a encore pondu un magnifique personnage ! Encore bienvenue sur MH Smile Je te valide avec plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: august + an adventure of lifetime   Dim 13 Mar - 20:52

whouat c'est quoi cette rapidité à faire une fiche qui nous laisse même pas le temps de te dire bienvenue avant que tu la finisses ?! Arrow
Du coup bienvenue parmi nous sexy monsieur, j'adore son métier de base, et ce personnage promet ! brill
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: august + an adventure of lifetime   Dim 13 Mar - 22:14

Skylar Knope a écrit:
whouat c'est quoi cette rapidité à faire une fiche qui nous laisse même pas le temps de te dire bienvenue avant que tu la finisses ?! Arrow
Du coup bienvenue parmi nous sexy monsieur, j'adore son métier de base, et ce personnage promet ! brill

Je suis d'accord avec Skylar ! Tu mérites ... wiz Voilà quoi !
Mais bienvenue parmi nous ! loveuh
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: august + an adventure of lifetime   

Revenir en haut Aller en bas
 

august + an adventure of lifetime

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» problème de carte europe aprés téléchargement Numaps Lifetime
» Stargate Command Space Adventure
» [RESOLU] Lifetime
» Nouvelle version Lifetime Updater 2.06
» Nümaps Lifetime MAJ 2010.30

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mila Hanska :: Fiches de présentation-