.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (Barnes) As before all this mess

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chef de la tribu
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 159
Avatar : Richard Madden
Crédits : Cristalline (avatar), Lions' tears. (sign')
Points : 0
DC : Elizabeth Warrens et Madison Stone

Age : 34 ans
Statut : Un célibataire endurci qui n'oublie pas son premier amour. Il ne l'a jamais revu depuis l'annonce de sa grossesse quand ils avaient quinze ans
Occupation : Il vient d'ouvrir un bar à vin avec son meilleur ami, Buffalo jump winery. Quinze longues années à faire un tour du monde. Vendeur de glace au Brésil, dessinateur en Ecosse, juriste à Philadelphie, bâtisseur au Kenya, pêcheur en Thaïlande, fermier en Australie.. Impossible d'énumérer tous les métiers entrepris pendant tout ce temps
Ton vote : Il n'a plus voté depuis son départ des Etats-Unis. Aucun avis sur ce monde corrompu
Quartier : En colocation avec son meilleur ami dans un appartement à Sheridan Avenue
Post-it : .
✘ Acheter un nouveau bouquin
✔️ Se remettre au dessin
✘ Passer du temps avec ses frères
✘ Discuter avec Mia
✘ Faire les courses
✔️ Nettoyer l’harmonica
✘ Revoir Scarlett
✘ Repartir avec Adam
✔️ Aller chez le coiffeur



☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: (Barnes) As before all this mess   Lun 6 Mar - 16:48

Jake se charge du bar pour la journée. Les clients ne sont pas nombreux en cette période de l’année. Les clients principaux viennent le soir et ce sont généralement des locaux. Aidan a proposé à ses deux frères de faire une balade à cheval. Un moyen de se retrouver après toutes ces années. Il souhaite recréer ce lien disparu entre eux. Il s’en veut Aidan. Malgré cette longue absence, ses deux frères sont précieux à ses yeux. Les souvenirs sont rares mais, certains sont préservés dans son esprit. Cela a été une déchirure le jour du départ. Noah n’avait que onze ans.. il a bien changé le gaillard. Caleb a presque le même âge. Une raison simple pour avoir été proche de lui dès la naissance. Aidan est le grand frère et il a abandonné son rôle malgré lui. Ses parents ne lui ont pas laissé le choix et il était mineur à l’époque. « J’vais me faire mal au cul, je le sens. On évite de galoper les premiers kilomètres. J’dois m’y refaire. » Aidan dit ceci avec le sourire avant de monter à cheval. Pendant ses voyages, il a rarement exercé l’équitation. On dit que ça ne se perd et bien, Aidan semble être l’exception à la règle. Il a pourtant préparé le mustang sans l’aide de ses frères. Il a toujours adoré Cody et ses environs. Aidan ne peut le nier : Le Wyoming demeure l’un des plus beaux endroits du monde. Du moins, ces plaines lui sont chers. Adolescent, il a beaucoup apprécié sa vie en Californie. Les hivers rudes ne lui avaient pas manqué du tout. Pourtant, il y a une atmosphère assez particulière dans ces paysages et c’est indescriptible. Au fil de ses arrêts avec Jake, l’ainé Barnes s’est rendu à l’évidence que ses plus magnifiques rencontres, les plus beaux souvenirs se font dans des pays reculés. Les grandes villes, il y est allé par curiosité et a savouré chaque instant. Mais il a préféré la Mongolie, le Kenya, le Guatemala, la Malaisie, le Vietnam, l’Uruguay.. Des pays méconnus du monde. Pendant quatre mois, avec Jake, ils ont aidé une famille mongolienne avec leur troupeau en échange d’un toit et de nourriture. Aidan ne compte plus le nombre de fois où il pensait au ranch Barnes pendant cet arrêt. Il s’est souvent demandé si ses frères n’avaient pas de problème avec les chevaux. Les connexions internet étaient rares pour envoyer un mail et les services postaux n’étaient pas efficaces. Les compagnons de route ont vite privilégiant les pays en voie de développement. Deux lettres par an, sans possibilité d’obtenir un retour. Ils savaient jamais quand ils quittaient un lieu. Parfois, il restait huit mois, un an, deux mois.. tout dépendait de l’objectif. Ils étaient restés cinq mois au Népal pour la préparation à l’Everest. Quand le périple était extrêmement périlleux, Aidan avait toujours écrit à sa famille avant et après les exploits. Il n’annonçait pas dans le message où il se situait car, il savait à l’avance que sa mère ne pourrait imaginer son premier fils dans un froid extreme en manque d’oxygène en haut du plus haut sommet de la planète. Ils pouvaient quand meme se faire une idée en voyant les pays sur les enveloppes. L’Everest a probablement été le plus difficile physiquement et moralement mais, le risques de perdre la vie ne se compte sur les doigts de la main. « Caleb, tu te souviens quand Noah pleurait comme une fille parce qu’il montait un poney et non un cheval ? » Aidan ne devrait pas taquiner son frère alors que la balade n’a pas encore commencé et il le sait.


PS : je remets au propre ce soir !


Les seuls gens qui existent sont ceux qui ont la démence de vivre, de discourir, d'être sauvés, qui veulent jouir de tout dans un seul instant, ceux qui ne savent pas bâiller.  — . Jack Kerouac
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Barnes) As before all this mess   Mar 7 Mar - 0:03

Ca fait deux mois que son grand-frère est revenu à Cody, Aidan. Cet homme de trente-quatre ans qu’il a pris dans ses bras lors de son retour, sans véritablement savoir comment il devait se comporter. A l’époque, Noah avait onze ans. Il était bien trop jeune et s’il était très attaché à son grand-frère, après son départ, il s’est raccroché à quelqu’un d’autre. Caleb. Celui qui a pris une place encore plus importante par la suite. Ce n’est pas seulement son grand-frère, c’est aussi son associé, celui qui le connait sur le bout des doigts. Il n’a pas eu besoin de se confier à lui pour qu’il comprenne que ses sentiments pour Liza étaient bien plus que ce qu’il laisse entrevoir. Caleb, il a juste besoin de le regarder dans les yeux pour savoir ce qui se trame dans sa tête. La nostalgie, la tristesse, la colère. Il peut passer par n’importe quelle émotion que Caleb devinera toujours dans quel était se trouve le cadet de la famille. Et Noah est très fier de ce lien qui les unit. Un sourire se hisse sur son visage à la remarque de son frère. « C’est ça d’être parti des années. » dit-il, spontanément. Il ne lui en veut pas. Ni du peu de nouvelles, ni de leur séparation. Noah ignore l’histoire complète, sait seulement certaines bribes, dont le fait que ses parents sont les responsables de son départ. De peur qu’il prenne sa remarque comme un reproche, il reprend, plus légèrement : « Tu t’y feras vite. Ce n’est pas quelque chose qui s’oublie en un claquement de doigts. » A son tour, il monte sur la scelle, puis pose son attention sur Aidan lorsqu’il leur souffle une anecdote. Ses débuts en équitation lui reviennent à l’esprit, même si certains détails restent encore un peu flou. Noahl voit là une tentative de renouer avec ses frangins. Ressasser le bon vieux temps pour mieux rattraper le temps perdu par la suite. Briser un peu la glace. « Dois-je te rappeler qui galère sur son cheval à l’heure actuelle ? » dit-il, avec un sourire en coin, jouant la carte de l’humour à son tour. « Même Caleb est capable de monter mieux que toi. » ajoute-t-il, en taquinant son grand-frère par la même occasion, insinuant qu’il ne sait pas y faire, mais tout le monde en ville sait que Caleb et les chevaux, ça fait un. Se rappeler d’une vie vécue il y a des années, des souvenirs partagés il y a de ça très longtemps. C’est finalement sympathique, mais Noah, il aimerait comprendre. C’est notamment pour cette raison qu’il n’a pas hésité à répondre par la positive à la proposition de son frère. Au fond, il espère qu’il ne le tienne pas à l’écart de ce qui s’est passé, qu’il leur explique et qu’il ne fasse pas comme si rien ne s’était passé. Il se mord la lèvre inférieure, pour ne pas laisser échapper ce qu’il pense. La patience n’a jamais été son fort. Cependant, Noah est quelqu’un qui peut bouillir de l’intérieur, sans jamais oser dire les choses. Tout dépend ce que c’est. Ses sentiments pour Liza sont un bon exemple. « Ca te fait du bien d’être de retour ? Tu comptes rester ? » Cette question, il ne l’a pas posée directement. A Caleb, il en a parlé. Il s’est demandé si Aidan n’allait pas repartir et jusqu’alors, Noah a essayé de prendre du recul face à la situation. La vérité, c’est qu’il craint de retrouver ce qu’ils ont perdu, de s’attacher, pour le voir s’en aller ensuite. Comme la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Arrivée le : 03/03/2017
Messages : 50
Avatar : Jake Gyllenhaal
Crédits : Moi-même
Points : 0
Age : 30 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Guide touristique
Ton vote : Républicain, pour le port d'armes et contre l'avortement.

MessageSujet: Re: (Barnes) As before all this mess   Mar 7 Mar - 16:08

Learn to forgive

Barnes Brothers


Dix-huit ans. Qu’est-ce que ça représente dans une vie, dix-huit ans ? Tout. Surtout à cet âge-là. Aidan a raté nos premières copines, notre remise des diplômes, le début de notre petite entreprise et j’en passe. Je n’ose pas imaginer ce qu’on a dû rater dans sa vie à lui, parce qu’en dix-huit ans, il a du vivre des choses incroyables. Mais non. Ça a toujours été Noah et moi, et Aidan c’était le frère perdu on-ne-sait-où, parti pour des raisons pour le moins obscures. De ce côté-là, je suis dans un autre état d’esprit que mon petit frère. Il a l’air de bien gérer le retour d’Aidan, lui. Leurs conversations sont légères, même si elles ne ressemblent pas réellement à des discussions entre deux frères. Elles s’apparentent plutôt à une discussion entre deux inconnus qui s’apprécient et cherchent à mieux se connaître. De mon côté, la rancœur est bien présente. Il m’a laissé me démerder tout seul, en déposant au passage un énorme poids sur mes épaules. Le poids d’un grand-frère qui se doit d’être mature, responsable. Mais je ne l’étais pas, à l’époque, je n’étais pas prêt.

Ce n’est pas vraiment son départ qui me dérange. C’est le manque affreux de nouvelles pendant toutes ces longues années. Il aurait pu rentrer, l’espace de quelques semaines, puis filer comme s’il n’était jamais revenu. Je sais que mes parents l’auraient accueilli à bras ouverts malgré tout, quitte à l’enfermer dans sa chambre toute la journée pour éviter que quelqu’un le voie. Il aurait pu le faire, mais il ne l’a pas fait. Pas de visite, à peine quelques lettres en dix-huit ans, pas même un mail. Je vais mettre du temps à lui accorder la confiance que je lui accordais avant, mais je compte bien essayer. Pour lui. Parce que malgré tout ça, Aidan reste mon frère et je l’aime d’un amour inconditionnel, cet amour que seul un frère est capable d’éprouver.

D’un geste habile, je balance ma selle sur le dos de Spike, qui attend impatiemment d’aller faire un tour dans les montagnes. Un après-midi à cheval entre Barnes… cette perspective me plaît plutôt bien. Ça nous permettra de mettre les points sur les i, et de tenter de retrouver ce lien qui nous unissait avant. Les paroles de mon grand frère me font rire doucement, d’un air moqueur. « Si t’avais dit ça plus tôt je t’aurais ramené un oreiller, petite nature », je lui réponds en sanglant mon cheval. Je souris, puis agrippe les rênes de l’animal pour me hisser sur son dos, remettant mon chapeau en place. Je pose une main sur la poche de ma chemise pour vérifier la présence de mon téléphone, puis talonne mon cheval une fois mes frères prêts à partir. Je reste silencieux, jusqu’au moment où Aidan nous sort une vieille anecdote. Un sourire quelque peu amer vient m’étirer les lèvres, parce que j’ai du mal à accepter ses taquineries alors qu’on vient à peine de se retrouver. Noah, de son côté, lui répond joyeusement en m’attaquant au passage, ce qui m’arrache un sourire un peu plus franc. « Même Caleb ? Ça veut dire quoi, ça ? » je réponds, l’air faussement offusqué. « Et bien sûr que je me souviens de ce moment. Une vraie fillette, hein Noah ? » Je ne rate pas une seule occasion de me foutre de la gueule de mon petit frère. Ça a toujours été comme ça, entre nous, mais jamais rien de bien méchant. Une fois la balade réellement entamée, Noah pose une question à mon grand frère, question dont on a brièvement discuté quelques jours plus tôt. En tout cas, il ne passe pas par quatre chemins le petit Noah… ça m’arrange. « On parie qu’il se barre dans trois semaines ? » j’ajoute, la mine sombre. S’il s’attendait à passer une après-midi de rêve avec moi, c’est foutu. Je me suis juré qu’il ne s’en sortirait pas aussi facilement, et je ne fais que tenir la promesse que je me suis faite.

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chef de la tribu
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 159
Avatar : Richard Madden
Crédits : Cristalline (avatar), Lions' tears. (sign')
Points : 0
DC : Elizabeth Warrens et Madison Stone

Age : 34 ans
Statut : Un célibataire endurci qui n'oublie pas son premier amour. Il ne l'a jamais revu depuis l'annonce de sa grossesse quand ils avaient quinze ans
Occupation : Il vient d'ouvrir un bar à vin avec son meilleur ami, Buffalo jump winery. Quinze longues années à faire un tour du monde. Vendeur de glace au Brésil, dessinateur en Ecosse, juriste à Philadelphie, bâtisseur au Kenya, pêcheur en Thaïlande, fermier en Australie.. Impossible d'énumérer tous les métiers entrepris pendant tout ce temps
Ton vote : Il n'a plus voté depuis son départ des Etats-Unis. Aucun avis sur ce monde corrompu
Quartier : En colocation avec son meilleur ami dans un appartement à Sheridan Avenue
Post-it : .
✘ Acheter un nouveau bouquin
✔️ Se remettre au dessin
✘ Passer du temps avec ses frères
✘ Discuter avec Mia
✘ Faire les courses
✔️ Nettoyer l’harmonica
✘ Revoir Scarlett
✘ Repartir avec Adam
✔️ Aller chez le coiffeur



☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: (Barnes) As before all this mess   Mar 7 Mar - 18:05

L’équitation a jamais été son fort. Il sait monter à cheval et galoper sans aucun problème. Cependant, à la différence de ses frères, il a rarement eu confiance en ces animaux. Une chute quand il était enfant l’a quelque peu refroidi. Il a quand même été obligé de monter à cheval pendant ses voyages mais l’appréhension ne l’a jamais quitté pendant les excursions. Avec l’âge et à cause d’une fracture à la jambe au Népal, il fatigue beaucoup plus vite. En Australie, les deux compères sont venus en aide dans une ferme au beau milieu du désert pendant plusieurs mois. Aidan s’est vite rendu compte qu’il était impossible pour lui de suivre le rythme avec le troupeau. Il s’estime chanceux que cette fracture à la jambe se soit faite il y a trois ans et non au début de leur périple. La raison vient de la rééducation. Il n’a pas eu le confort de se dénicher un bon kinésithérapeute au Népal. Malgré qu’il ne soit pas rassuré, il a souhaité remonter à cheval pour cette balade. Revoir les paysages du Wyoming dans les meilleures conditions. Il en est conscient, cet après-midi ne sera pas une partie de plaisir à tous les niveaux. Il n’aura pas de mal à en discuter avec eux. Les raisons du départ ou du manque de communication. Le fait qu’il ne soit pas revenu à Cody pendant tout ce temps.. Aidan à des excuses. acceptables ou non, Ce n’est pas lui qui a le dernier mot. Il souhaite échanger avec eux, avoir leur avis. Il a quand même une petite idée à propos de ce qu’ils pensent. Avec Jake, Scarlett a été le sujet à éviter. Il ne souhaitait pas qu’il y pense pendant ces quinze dernières années. Il avait réussi par moment. Aidan en a plus souffert en Californie. Pendant les arrêts, il n’y avait plus d’heure ni de journée. La notion du temps n’existait plus. Il attendait la fameuse remarque, le fait qu’il n’avait pas à s’absenter aussi longtemps. Il aurait pu mal le prendre mais, c’est un fait. Quinze ans loin de Cody, ce n’est pas rien. Noah répond avec humour à sa remarque, ainsi que Caleb. Noah rebondit en taquinant à son tour Caleb. Les images floues d’eux trois aux écuries. Les frères Barnes aimaient se balader avec leur père dans les grandes plaines. Cependant, pour s’occuper des chevaux, c’était une autre histoire à l’époque. Aidan se dévouait toujours au final. Le rôle du grand frère était bien de faire plaisir aux petits, non ? Ils se sont mis en route il y a seulement quelques minutes et Aidan ne reconnait déjà plus les lieux. dix-huit ans loin de toute cette beauté sauvage. Le plus jeune des Barnes pose alors une question assez intéressante. Aidan n’a même pas le temps d’y répondre que Caleb fait un propos assez déstabilisant. « Non, pas trois semaines.. » Il prend son temps pour chercher ses mots. C’est certain, il sera encore là dans deux mois. Son commerce l’oblige a rester à Cody. Du moins, il faut le lancer et trouver un bon acheteur s’il quitte à nouveau la ville. « J’en sais rien combien de temps. J’aime bien vivre ici mais, le plus difficile à accepter, c’est de me dire que je ne bougerai plus. Quand t’as l’habitude de changer de coin, de découvrir de nouvelles cultures.. Pour l’instant, je reste en tout cas. » Aidan a peur de ne plus recevoir et de se stabiliser. Des visages ébahis d’enfants à la construction de leur future école. La joie d’une famille malaisienne en ramenant de la nourriture pour la soirée. La découverte de nouvelles saveurs. Ne plus apprendre de nouveaux mots. Ne plus pouvoir dessiner de paysages toute une journée sans se préoccuper de quoique ce soit.. Un mode de vie pris pendant plus d’une décennie et il faudrait y faire un trait. « j’ai voulu revenir aujourd’hui pour faire un point sur ma vie.. Est-ce que ma place ici est toujours légitime, vous revoir, Scarlett, Cody.. » A trente-quatre ans, Aidan a besoin de se remémorer les images de son passé. Ses parents n'ont pas été emballé à l'idée qu'il puisse crée un commerce à Cody. Ils auraient préféré qu'il reparte à San Diego. Jake n’a pas compris cette envie. Il voudrait déjà repartir en Amérique du sud. Le commerce est une excuse pour qu’ils restent à Cody. Aidan le sait au fond de lui, si son compagnon de route repart en voyage, il se sentira obligé de le suivre. « je suis ravi en tout cas de savoir que votre affaire touristique fonctionne à merveille. » aidan l’a apprit pendant son périple, le plus important, c’est d’être heureux dans son milieu professionnel. Cette activité semble les correspondre à la perfection d’après ce qu’il peut constater.


Les seuls gens qui existent sont ceux qui ont la démence de vivre, de discourir, d'être sauvés, qui veulent jouir de tout dans un seul instant, ceux qui ne savent pas bâiller.  — . Jack Kerouac
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Barnes) As before all this mess   Ven 10 Mar - 2:18

« D’après toi ? » répond-il, à Caleb, amusé, avant de lever les yeux au ciel. Le retour de bâton. Son sourire disparaît cependant lorsqu’il est question du séjour d’Aidan. Au fond de lui, il aimerait pouvoir le connaître, en savoir davantage à son sujet, mais il n’a pas envie de s’attacher pour mieux le voir repartir et avoir si peu de nouvelles ensuite. Noah semble cependant moins amer que son frère à ce sujet. Le fait est qu’il n’a pas eu de grosses responsabilités sur le dos. Après le départ d’Aidan, c’est Caleb qui a joué le rôle de l’aîné. Un rôle qui lui tenait à cœur et qui, aux yeux de Noah, a été parfait. Il est fier d’avoir eu Caleb à ses côtés, fier d’avoir monté cette société touristique avec lui. Il a été le soleil lorsque c’était trop obscur pour y voir quelque chose. Le cadet écoute attentivement le revenant et essaie de se mettre à sa place, de le comprendre, mais ce n’est pas évident. Lui n’a jamais bougé de Cody et n’a jamais ressenti l’envie de s’en aller, alors le manque que son frère ressent lui est inconnu. Noah échange un regard avec Caleb, d’abord sans dire un mot, puis se focalise sur les paysages en face de lui qu’il connait sur le bout des doigts, en cherchant ses mots. « Qu’est-ce que t’attends de nous ? » Il a l’impression d’être un simple bonus dans son arrêt temporaire, de ne pas avoir compté tant que ça dans sa vie. Il est convaincu que ses amies de fortune, ceux qu’il s’est fait parmi ses différents voyages, comptent bien plus qu’eux. Et le pire dans tout ça, c’est que ça ne lui fait ni chaud ni froid. Ce n’est pas comme s’il était véritablement attaché à lui. Aidan lui est étranger. Les souvenirs qu’il a avec lui sont pauvres. Pour autant, Noah ne souhaite pas l’éliminer de sa vie. Il serait même ravi de pouvoir renouer, mais il ne sait pas comment faire. « Tu… Tu pars, comme ça et je me doute bien qu’il y a quelque chose derrière tout ça, je ne suis pas plus qu’un con qu’un autre. » lâche-t-il, en tournant la tête vers lui, pour capter un peu mieux son regard. « Mais tu arrives comme un cheveu sur la soupe et t’as l’air de vouloir nous connaître, alors que t’as toujours pris si peu de nouvelles. A croire qu’au final, ça ne t’intéressait pas tant que ça. » Et ce n’est pas leur faire apprendre qu’il se renseigne sur ce qu’ils deviennent qui l’aidera à penser le contraire. Ce n’est pas passer par un intermédiaire qu’il aurait aimé. C’est qu’il les contacte, eux. Qu'il leur prouve qu'à ses yeux, ils existent un peu. Noah a toujours pensé que ses lettres et appels étaient pour se donner bonne conscience. « Tu nous balances une anecdote lorsqu'on était gosse, comme si ça allait alléger le truc, mais, ce n’est pas ce que j’attends, moi. Une explication, quelque chose, ce serait pas mal, non ? Au lieu de faire comme si de rien n'était. » Il en a assez des secrets, qu’on les tienne à l’écart de ce qui se passe, de la vérité. Le son de cloche, le vrai, il aimerait que ça sorte de la bouche du principal concerné. Ce n'est pas le tirer plus bas que terre qu'il souhaite faire, mais plutôt partir sur de bonnes bases.
Revenir en haut Aller en bas
Chef de la tribu
avatar

Arrivée le : 27/02/2017
Messages : 159
Avatar : Richard Madden
Crédits : Cristalline (avatar), Lions' tears. (sign')
Points : 0
DC : Elizabeth Warrens et Madison Stone

Age : 34 ans
Statut : Un célibataire endurci qui n'oublie pas son premier amour. Il ne l'a jamais revu depuis l'annonce de sa grossesse quand ils avaient quinze ans
Occupation : Il vient d'ouvrir un bar à vin avec son meilleur ami, Buffalo jump winery. Quinze longues années à faire un tour du monde. Vendeur de glace au Brésil, dessinateur en Ecosse, juriste à Philadelphie, bâtisseur au Kenya, pêcheur en Thaïlande, fermier en Australie.. Impossible d'énumérer tous les métiers entrepris pendant tout ce temps
Ton vote : Il n'a plus voté depuis son départ des Etats-Unis. Aucun avis sur ce monde corrompu
Quartier : En colocation avec son meilleur ami dans un appartement à Sheridan Avenue
Post-it : .
✘ Acheter un nouveau bouquin
✔️ Se remettre au dessin
✘ Passer du temps avec ses frères
✘ Discuter avec Mia
✘ Faire les courses
✔️ Nettoyer l’harmonica
✘ Revoir Scarlett
✘ Repartir avec Adam
✔️ Aller chez le coiffeur



☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: (Barnes) As before all this mess   Ven 10 Mar - 11:18

Noah dit ce que Caleb pense probablement tout bas. Il découvre un petit frère franc alors qu’il était q’un gamin la dernière fois qu’ils se sont vus. Aidan en a souffert du manque de communication avec les habitants de Cody, ainsi qu’avec ses frères. Du moins, surtout en Californie. Ils ont réussi a échangé au téléphone quand il était dans les études mais, dès qu’il est parti en Alaska, les nouvelles ont diminué radicalement. Ils avaient tout abandonné avec Adam. En sortant de la bibliothèque de l’université, ils se sont désinscrit de leur promotion. Il a suivi son ami dans cette folie sans prendre une nuit de réflexion. Par chance, les deux passeports étaient à jour et son ami s’était déniché un document expliquant les procédures à suivre concernant les frontières. Certes, la majeure partie du temps, ils n’en prenaient pas compte. Le plus difficile a été l’Amérique du sud. Aidan avait laissé son téléphone et une lettre dans le salon de son oncle avant de prendre le large. Une autre enveloppe était destinée à sa famille à Cody. Une lettre pour ses frères et une autre pour ses parents. Il a voulu séparer ses propos car l’intensité des mots était différente. A ses frères, la lettre énonçait le fait qu’il ne se plaisait pas dans ses études et voulait voyager, découvrir de nouveaux horizons pendant un certains temps. Une lettre d’une page expliquant ses choix. A cette époque, Aidan n’aurait jamais imaginé partir pour quinze ans. Dans son esprit, cette aventure allait durer deux ans. Et non, cinq, huit, dix, quinze ans. Les deux compères n’ont pas vu le temps passer. La lettre de ses parents, il y avait une seule phrase « vous vouliez que j’ai un diplôme après « mon erreur », je l’ai obtenu. Maintenant, je pars. » Aucun mot cordial à la fin, ni de souhait pour les prochaines années. Aidan a cette rancoeur qui ne le quitte pas et s’éteindra probablement jamais.  Ses frères ont pris pour leurs parents. Il ne souhaitait pas donner de nouvelles pour ne pas en avoir d’eux. Les rayer de sa vie quand il l’a pu. Ils voulaient qu’Aidan soit l’exemple parfait pour ses frères en ayant un parcours scolaire irréprochable dans l’espoir qu’ils suivent cette voie. Au final, Aidan est devenu père à seize ans et a stoppé l’université. Son diplôme est comme caduc à Cody. Juriste a Cody.. le métier inutile. Il semblerait que leur propos ont changé au fil du temps, ou que Caleb ait fait le sourd face à eux. Aidan en sait rien mais, il est content de les voir heureux. Il n’a pas souhaité donner une leçon à ses parents, loin de là. Un long sourire avant de regarder son petit frère. Cette balade allait surement tourner vers ce sujet. « Noah, je ne sais pas ce que les parents vous ont dit en fait. C’est assez compliqué.. Je.. ne voulais pas être contre vous mais, contre les parents. Je vous ai donné peu de nouvelles parce que je voulais retirer tout lien avec eux. » Il a juste détesté entrer dans un moule qui ne demeurait pas lui. Aidan est un rêveur, un homme étant dans son univers. Il aime la beauté des mots et dessiner la vie. Au diable les traditions trop sectaires. D’autres mondes sont aussi magnifiques que Cody en ayant des pratiques, des coutumes beaucoup plus intéressantes. Son esprit est devenu plus ouvert. La majorité des américains ne savent pas où se situe le Zimbabwe ou la Thaïlande. La réponse la plus courante est « on s’en moque, c’est loin. » des propos qui exaspèrent Aidan. « Je ne sais pas si tu le sais mais, j’ai dû quitter la ville parce que ma petite amie de l’époque est tombée enceinte. Sans me demander mon avis, ils m’ont envoyé chez notre oncle. Encore aujourd’hui, je leur en veux énormément pour ce geste. » Les retrouvailles ont été de courtes durée. Aidan a dû discuter cinq minutes avec ses parents le soir de son retour. Il ne cache pas sa haine et ils en sont parfaitement conscients. tout est clair. Ils sont l’élément déclencheur de tous ses tracas. Ce sont eux qui ne voulaient pas qu’il revienne pendant plusieurs années de peur que la réputation Barnes soit mis en jeu. Cependant, elle l’est encore aujourd’hui avec cet enfant vagabondant dans les rues de la Cody. Un départ forcé inutile, un gachis. En arrivant en Californie, l’ainé barnes a voulu se racheter en faisant des études de droit, comme son père lui avait conseillé avant la fin du lycée. « ils voulaient que je revienne avec un bon diplôme pour essayer d’effacer « ma faute ». Je leur ai dis merde au bout de trois ans et j’ai enfin fais mes propres choix, de vivre pour moi. » Il le sait à l’avance, il ne sera pas heureux à Cody sur du long terme. Rien ne le retient aujourd’hui, du moins, il est plutôt un perturbateur pour tout le monde. « Je suis revenu pour vous voir et prendre de vos nouvelles. Vous n’êtes pas une option. Mais la principale raison est de voir ma fille. » Il attend absolument rien de ses frères. Aucune sollicitude, aucune pitié. Il ne peut rien leur demander car il n’a pas été présent ses dix-huit dernières années. Il aimerait en savoir plus sur eux, comment ils ont évolué depuis tout ce temps. Il faut juste qu’Aidan soit accepté. « Je n’ai pas été présent pour vous, je n’attends pas que vous le soyez pour moi. Comme tu l’as dit, je reviens après dix-huit ans et c’est énorme comme absence. » Aidan a eu un autre frère pendant ses voyages : Adam. Il se sent plus proche de lui que ceux qui partagent son sang. Il le sait, ce n’est pas normal. Adam s’est mit en danger pour sauver Aidan, tout comme lui pour son meilleur ami. Ils ont vécu ensemble tous les jours pendant plus d’une décennie. Ils se sont sacrifiés pour l’autre. Si demain, Noah ou Caleb ont des problèmes, il sera évidemment présent pour les épauler. Il a surtout eu besoin de s’éloigner de tout contact avec ses parents, encore aujourd'hui. « Je voulais rester ici, faire mes études à Cody. Avoir un boulot a côté pour ma famille.. mais à quinze ans, je n’ai pas eu le choix. Ils n’ont pensé qu’à la réputation des Barnes » On peut ressentir toute la colère, la rancoeur dans ces derniers mots malgré qu’il tente de la camoufler. Aidan a été surpris de leur réaction le soir où il a annoncé la nouvelle. Aucune discussion. Ils se sont regardés et en ont déduis en trente secondes que leur enfant devait quitter l’état. Lui qui pensait avoir leur soutien. Il avait même rassuré Scarlett sur le fait que ses parents les soutiendraient dans cette épreuve. Cette nuit là, Aidan a essayé de fuir le ranch, de crier toute l’injustice de ce choix, de cet égoïsme. Et pourtant, il n’a pas eu le dernier mot et sans qu’il le sache encore, sa mère n’a pas eu l’audace de remettre en main propre une lettre écrite à Scarlett.


j'ai répondu pour que Caleb ait plus de propos wiz


Les seuls gens qui existent sont ceux qui ont la démence de vivre, de discourir, d'être sauvés, qui veulent jouir de tout dans un seul instant, ceux qui ne savent pas bâiller.  — . Jack Kerouac
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivée le : 03/03/2017
Messages : 50
Avatar : Jake Gyllenhaal
Crédits : Moi-même
Points : 0
Age : 30 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Guide touristique
Ton vote : Républicain, pour le port d'armes et contre l'avortement.

MessageSujet: Re: (Barnes) As before all this mess   Jeu 16 Mar - 17:38

Learn to forgive

Barnes Brothers


Dans les propos d’Aidan, je sens qu’il ne restera pas ici plus que ça. Il vient d’arriver que déjà, je sens en lui un désir irrésistible d’y retourner, même si je ne sais pas où il compte retourner exactement. Il a fait un tour du monde, ça je le sais, mais à part ça je n’en ai pas la moindre idée. « Un vrai globe-trotter, le frérot… » je réponds d’un ton amer. Je n’apporte rien à la conversation et je le sais, mais j’ai besoin d’évacuer enfin toute cette rancœur accumulée depuis tant d’années. J’aimerais retrouver immédiatement un lien fraternel avec Aidan, lui pardonner, en rigoler, mais je ne m’en sens pas capable. Trop de choses ont changé, et je ne le reconnais plus, que ce soit physiquement ou dans la personne qu’il est devenue.

Noah reprend la parole à son tour, et sa franchise me surprend. Non pas que ce ne soit pas dans ses habitudes, mais je pensais que ce serait moi le frère chiant et pas convaincu. Sauf qu’il s’y met aussi, et ses paroles traduisent parfaitement mes pensées. Mon petit frère lui demande des explications, et un léger sourire vient m’étirer les lèvres, malgré moi. Je suis fier de lui, fier de sa façon de penser, fier de la manière qu’il a de rentrer dans le vif du sujet. Puis c’est au tour d’Aidan de répondre. Il voulait éviter les parents, couper les ponts avec eux, et selon lui, on n’était que les victimes de cette envie. Des dommages collatéraux, en gros. Je soupire et secoue la tête, un sourire exaspéré aux lèvres. « Oh, s’il te plaît, Aidan… J’ai un téléphone, une adresse mail, t’aurais pu faire un effort. Je t’aurais même pas balancé aux parents si c’est ce que tu voulais, mais t’aurais au moins pu passer un coup de fil de temps en temps. Noah et la technologie ça fait peut-être dix mille, mais moi je t’aurais répondu même à une heure impossible de la nuit… » Je soupire à nouveau, posant mon regard sur le paysage pour calmer cette tension qui m’envahissait. Un bon coup dans la mâchoire, voilà ce qu’il mériterait. Je compte bien lui en foutre un, un jour. Quand il ne s’y attendra pas.

Il se met alors à expliquer les raisons de son départ à Noah, et j’écoute sans vraiment faire attention. Ça fait tellement longtemps qu’on n’en a pas parlé que je ne sais même plus si Noah était au courant. Après le départ d’Aidan, j’ai tout fait pour qu’on n’en parle plus, pour qu’il passe à l’arrière-plan. Il était toujours dans nos têtes, certes, mais on prononçait rarement son prénom. Pendant qu’il parle, je sors une cigarette de ma poche, que je cale entre mes lèvres. Je lâche les rênes de Spike quelques instants pour l’allumer – de toute façon il connaît par cœur les chemins qu’on emprunte. Lentement mais sûrement, le ranch disparaît de notre champ de vision. La principale raison est de voir ma fille. Je lève les yeux vers Aidan à sa phrase, recrachant lentement la fumée de ma clope. J’ai envie de lui répondre, mais je le laisse terminer son joli petit discours. Il n’attend peut-être pas qu’on soit présents pour lui, mais Noah doit savoir aussi bien que moi qu’on le sera malgré tout. L’amour triomphera le jour où on aura évacué toute cette colère, et ça arrivera probablement plus vite que prévu. « Ta fille est venue me voir, Aidan », je lâche soudainement, pas emballé à l’idée de lui cacher ça. « Avant que tu reviennes à Cody. C’était pas la joie au début, mais elle a fini par m’apprécier. » Je baisse les yeux vers la crinière de mon cheval, mal à l’aise. « J’ai appris à connaître ta fille avant toi. Y’a un truc qui cloche, tu crois pas ? » Je n’en suis pas spécialement fier, parce qu’après tout Mia reste sa fille et il avait le droit d’apprendre à la connaître avant moi. Mais encore une fois, il n’est pas revenu, et il en paye les conséquences maintenant. C’est comme ça.  

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Barnes) As before all this mess   Mar 21 Mar - 23:44

La tristesse se mêle à la déception. Noah n’arrive pourtant pas à en vouloir à ses parents ; ce sont les personnes qu’il admire le plus. Même s’ils ne font pas toujours les bons choix, même s’ils sont obstinés, même s’ils traitent les Warrens comme des pestiférés, il les aime. Leur éducation a été presque parfaite à ses yeux. Noah a été heureux auprès d’eux. Sa vie comme elle est, lui plaît presque bien. Il a des chevaux autour de lui, la nature, une meilleure amie avec qui il partage énormément de choses, une profession dans laquelle il s’épanouit. Noah ne pouvait rêver mieux, mais il comprend cependant que ce soit différent pour Aidan. Il a vécu des choses difficiles. A sa place, il suppose qu’il aurait réagi de la même manière, qu’il en aurait voulue aux parents, alors il essaie de prendre un peu de recul. Probablement qu’il est le mieux placé pour le faire, étant donné qu’il était jeune lorsqu’Aidan est parti. Son départ, il ne l’a pas vécu comme un abandon, puisque rapidement, Caleb a pris la relève, a comblé le vide. Il vivait plutôt ça comme de l’incompréhension, ayant que quelques éléments vagues de toute l’histoire. Chose différente aujourd’hui. Caleb en souffre bien plus que lui, à en voir sa réaction et il ne peut lui jeter la pierre pour ça. Il comprend aussi bien le point de vue de son grand-frère, que de celui du revenant. Il est pris entre deux feux, ne sait pas comment réagir. Il aimerait qu’on le guide, qu’on lui indique la route à prendre, mais à bien juger la situation, à observer la réaction de Caleb, Noah est probablement celui qui peut être le plus objectif. « Tu sais… La route vers Cody, ça se retrouve. » se permet-il de dire, en se mordant les lèvres. Il souffle, lâche un soupir et s’explique un peu plus : « Ce que je veux dire, c’est que tu n’as peut-être pas eu le choix à quinze ans, mais tu l’as eu trois ans après, lorsque tu as commencé à vivre pour toi. Et seulement pour toi. Je ne t’en veux pas, je suis… un peu déçu. Parce qu’en tenant rigueur aux parents, tu nous as tenus à l’écart. Tous tes proches. » Et il ne parle pas seulement d’eux, mais aussi de Mia, finalement. Noah considère que ses parents ne sont pas responsables de tous les malheurs d’Aidan. Pourquoi revenir après tant d’années, alors qu’il aurait pu réparer bien des choses bien avant ? Au fond, les réponses, Noah n’en a pas besoin. Il souhaite juste exprimer sa manière de voir la situation, de lui faire comprendre qu’il ne peut pas jeter la pierre sur les Barnes, tout en sachant qu’il avait son libre arbitre. « Que tu le veuilles ou non, on est une famille. Je ne lâche jamais les miens, Aidan. » dit-il, en insistant bien là-dessus, avant de lui adresser un faible sourire, avant de tourner la tête vers Caleb qui reprend sur Mia. Il ne sait pas si c’était la meilleure chose à dire. Ce n’est pas vraiment leur problème. Noah se tait, parce qu’ils sont soudés tous les deux, mais l’objet de l’issue de la conversation ne lui plaît pas. Il est certain qu’Aidan le sait. En tant que père, ça doit le blesser de ne pas avoir été là pour sa fille, de ne pas l’avoir vue grandir. Faire ses premiers pas, prononcer ses premiers mots. Il a raté tellement de choses. Cependant, son frère en a tellement gros sur le cœur qu’il a besoin de lâcher les vannes. Si on lit entre les lignes, on remarque bien que Caleb souffre. Alors il ne cherche pas à trouver un échappatoire pour faire doucement passer la pilule. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui lui manque.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (Barnes) As before all this mess   

Revenir en haut Aller en bas
 

(Barnes) As before all this mess

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ben Barnes
» “How you like me now ?” — J.B. Barnes
» Prend soin de toi... Garnier ~ Naoc
» Le repondeur Bbox évolue: alerte par SMS gratuit
» BEN BARNES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mila Hanska :: 
Cody - Wyoming
 :: Other places :: 
Somewhere
-