.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (Adam ○ Eliott) Parce que l'amour, c'est beau mais, la fesse c'est mieux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: (Adam ○ Eliott) Parce que l'amour, c'est beau mais, la fesse c'est mieux.    Mar 14 Mar - 3:45

[...] La fesse, c'est mieux.
Adam & Eliott

Le jour qui s'estompe, la nuit qui s'impose. Lentement, un voile sur le soleil, les rues bondées s’appauvrissent. Lentement, un souffle froid qui s’écrase sur mes joues, faisant rougir celles ci. Le printemps pointe le bout de son nez mais, bien trop timidement a mon gout. Les boutiques se mettent a se fermer, et moi, sans trop savoir pourquoi, mon pas s’accélère. Je me suis vu sortir de chez moi, comme ça, soudainement. Une envie pressante de retrouver un peu de liberté. Besoin tout aussi vital que dormir ou manger, j'ai besoin de sortir quand les gens rentrent chez eux. Besoin de ce silence hostile, pour me sentir en paix.

La nuit tombe, brusquement, et pourtant sans un bruit. Elle arrive comme une caresse au dessous de nous. Ceux qui restent la, les pieds plantés dans le sol. Incapable de bouger pendant un petit moment, juste la force de lever le nez et de regarder les étoiles qui viennent tendrement se blottir dans cet obscur infini. La solitude est essentielle pour moi, pour que je n'étouffe pas mais, comme n'importe qui, trop de solitude tue la solitude. Tue cette sensation de plénitude presque divine quand je me retrouve enfin dans mon coin, après une journée chaotique.

Je sors mes écouteurs, une musique de cow boy, et moi qui marche, seul, dans le cœur de Cody. Je sais pertinemment ou je vais mais, j'avance ainsi, l'air de rien. Comme un enfant perdu, abandonné, un inconnu qui erre dans un terrain qu'il ne connait pas. Mes pas sont juste incertains, embrouillés et terriblement lents. Une pointe d'hésitation dans cette décision, et pourtant, pourtant j’avance toujours.

Le bar ferme bientôt. J'arrive devant, l'air un peu ailleurs, pensif. Mon père s’immisce dans mes pensées, et je le chasse du mieux que je le peux. Jeter un coup d’œil. Juste un homme, qui semble ne pas vouloir tarder. Cette vision m'arrache un sourire, un de ces sourires enfantin, preuve irréfutable que je suis encore un gamin. Je pousse lentement la porte, entrant ainsi, l'air de rien. Après tout, voila ce que je suis, un client comme un autre. Alors je me pose dans un coin, scrutant cette endroit que je me surprend a connaitre de mieux en mieux, depuis quelques semaines.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Chef de la tribu ✖
set me free, shed this off with me
avatar

Arrivée le : 07/03/2017
Messages : 139
Avatar : tom payne.
Crédits : babine.
Points : 25
DC : raylan & wyatt
Age : thirty-four yo but it's just on the paper, he's still a teenager on this head
Statut : single, still in love with his best friends, trying to forget him.
Occupation : owner of a wine bar with aidan.
Ton vote : democrate even if he don't care about it.
Quartier : sheridan avenue w/ aidan
Post-it : x oublier aidan
x oublier aidan
x oublier aidan
x fuck.
x trouver un passe-temps
x adopter un chien
x sauver un panda
x aller voir victor pour t'excuser
x apprendre à connaitre jamie
x aller changer les fleurs sur la tombe de ta mère
------------------------------

Rps : vicdim x victor x jamie → open

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: (Adam ○ Eliott) Parce que l'amour, c'est beau mais, la fesse c'est mieux.    Mar 14 Mar - 23:40

La journée arrive à son terme et tu soupires. Tu essuies quelques verres, échangeant quelques mots avec les derniers clients, des habitués. La saison touristique est sur le point de commencer et tu sais déjà que les journées seront deux fois plus longues et éprouvantes. Tu aimes ton nouveau job mais t'avais vraiment ça toi, tu te voyais plutôt dans un autre pays, un nouvel horizon, avec aidan, juste vous deux et la nature, l'aventure. Mais le destin en a décidé autrement et tu te retrouves dans ta ville natale, à servir des gens, forcé à garder ton secret enfoui, à subir chaque jour, rien de plus. Tu soupires, sortant de tes pensées alors que quelques clients quittent le bar. Tu les salues poliment, t'as besoin de ta clientèle, bien que tu sois blasé ce soir, tu restes professionnel. Tu t'occupes à ranger les bouteilles derrière le comptoir lorsque tu entends la porte s'ouvrir, tu soupires à l'idée qu'un nouveau client puisse débarquer si tard, t'es pas d'humeur à jouer les serveurs maintenant, tu t'es déjà fait à l'idée de pouvoir rentrer chez toi bientôt. Mais tu relèves la tête, prêt à remettre ton masque de propriétaire ravis d'accueillir un client. Tu aperçois alors la silhouette d'Eliott, qui pénètre dans le bâtiment, et instinctivement un sourire s'affiche sur ton visage, le souvenir de votre dernière rencontre te revienne en mémoire et tu te pinces les lèvres. il se place dans un coin de la salle et tu sors deux verres de sous le comptoir et attrape une bouteille en te dirigeant vers lui, alors que le dernier client quitte enfin la pièce. Tu t'approches avec un air sérieux. « bonsoir monsieur, puis-je vous servir un verre ? » tu poses les verres sur la table à côte de lui et ouvre la bouteille pour les remplir. « que me vaut cet honneur ? » tu souris en posant le bouteille sur la table. « ça me fait plaisir de te voir » tu termines ta phrase dans un murmure.



there's a hole in my parachute as big as your heart   and   the   gravity
 p u l l i n g  m y   d o w n.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adam ○ Eliott) Parce que l'amour, c'est beau mais, la fesse c'est mieux.    Mer 15 Mar - 0:11

[...] La fesse, c'est mieux.
Adam & Eliott

"Que me vaut cet honneur ?" Y a comme un frisson dans l'échine, un murmure électrique qui me traverse l'esprit. Je ne sais faire que des conneries depuis que j'ai compris que j'en étais capable. Oublier, jouer, fuir, et de temps en temps, bousiller. Arracher mon cœur, et le lancer contre un mur, des jours entiers. Un coup de poker toutes les nuits. Pousser la folie un peu plus loin. Ne pas s'attacher, faire valser les mots comme il faut, et faire dériver les mains dans des endroits en apparences inaccessibles. Soupir, sourire, sourire de petit con, sourire mesquin, un poil malsain. Sourire pervers, l'air de rien. "Ça me fait plaisir de te voir." Tu lance ça comme ça, simplement, alors que la nuit s'installe et que les magasins ferment les uns après les autres. "Ça me fait plaisir aussi, j'avais peur que tu fermes avant que j'arrive." Je dis ça tout aussi simplement, en haussant les épaules. Je dis ça en attrapant le verre devant moi, en buvant une rapide gorgée tout en te regardant. Je ne sais pas concrètement la raison de ma visite. Un petit coup de folie disons. Comme souvent, voir toujours. Je fonctionne comme ça, instinctivement, j'agis sur un coup de tete et quand tout est en place, sans possibilité de retour en arrière, je commence a réfléchir. Avec toi, je n'en suis pas encore la, et au final, tant mieux.

J'ai constamment besoin de me changer les idées dernièrement, reste à savoir pourquoi. Quelques conflits, amicaux, familiaux, quelques questions sur ce que je fais de ma vie, de que je construit et de ce que je détruit. Toujours la tete dans les étoiles, toujours ailleurs de la ou je me trouve. Meme la, je ne suis pas vraiment la. Une autre gorgée alors que je me redresse, besoin de contact, besoin de parler. D'un contact, autre que celui du boulot, autre que celui que je côtoie tous les jours. L'air de rien, innocemment, je viens me coller contre toi, mon verre dans une main et l'autre qui dérive sur ta taille. "Qu'est ce que tu deviens depuis la dernière fois alors, dis moi." J'hausse les épaules en riant doucement. Faussement sur de moi, faussement beaucoup de choses. Une pointe de honte, une once d'amertume, un soupçons de dégoût. Dans l'incapacité d'accepter cette facette de moi meme, cette attirance qui me malmène le cœur. Grandir dans un monde ou un homme aime une femme, une femme et rien d'autre. Aimer un homme revient a aimer un porc. Un autre frisson, une sensation qui me laisse de marbre. La gorge qui se serre, pendant que le cœur tente de trouver une cadence raisonnable. Foutu paraître.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Chef de la tribu ✖
set me free, shed this off with me
avatar

Arrivée le : 07/03/2017
Messages : 139
Avatar : tom payne.
Crédits : babine.
Points : 25
DC : raylan & wyatt
Age : thirty-four yo but it's just on the paper, he's still a teenager on this head
Statut : single, still in love with his best friends, trying to forget him.
Occupation : owner of a wine bar with aidan.
Ton vote : democrate even if he don't care about it.
Quartier : sheridan avenue w/ aidan
Post-it : x oublier aidan
x oublier aidan
x oublier aidan
x fuck.
x trouver un passe-temps
x adopter un chien
x sauver un panda
x aller voir victor pour t'excuser
x apprendre à connaitre jamie
x aller changer les fleurs sur la tombe de ta mère
------------------------------

Rps : vicdim x victor x jamie → open

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: (Adam ○ Eliott) Parce que l'amour, c'est beau mais, la fesse c'est mieux.    Mer 15 Mar - 2:10

"Ça me fait plaisir aussi, j'avais peur que tu fermes avant que j'arrive."  tu souris et c'est sincère. Ça fait à peine deux minutes qu'il est là et tu sens déjà la tension de la journée s'atténuer. Tu le connais à peine ce type au fond mais ça t'importe peu, t'as pas l'intention de l'épouser non plus, t'as juste besoin de contact, de chaleur humaine, d'oublier pendant un moment, quelques heures ou quelques minutes peu importe. Tu le regardes porter le verre à ses lèvres et tu ressens le goûts des ces dernières sur les tiennes. «  y a toujours quelqu'un pour tarder la fermeture ici, t'sais » tu soupires à cette idée, lassé par cette journée, une de plus de passer, une de moins à subir. Il se rapproche alors de toi, une main sur ta hanche, tu sens son souffle chaud sur ton visage alors qu'il te demande l'air de rien. « Qu'est ce que tu deviens depuis la dernière fois alors, dis moi. » tu poses ton regard un instant sur ses lèvres, avant de revenir sur ses yeux, tu te mords la lèvre inférieure avant de répondre dans un murmure. « la routine, malheureusement... rien de bien excitant depuis...la dernière fois » tu affiches un sourire charmeur, ta main venant se poser sur sa hanche alors que l'autre attrape son verre pour venir le remettre sur la table avant de glisser sur sa joue, ton regard plongé dans le sien durant quelques secondes. Mais la tentation est trop grande, l'envie trop présente, tu approches ton visage et embrasse ses lèvres avec douceur avant de les quitter quelques secondes pour finalement y retourner avec plus de ferveur, telle une drogue douce qui rend accro à la première injection. Tes doigts glissent dans ses cheveux.Tu romps finalement votre baiser et viens poser ton front contre le sien, ta main toujours emmêlée dans ses cheveux. « tu voudrais pas rester un peu par hasard ? » tu souris, accompagnant tes paroles d'un nouveau baiser furtif.



there's a hole in my parachute as big as your heart   and   the   gravity
 p u l l i n g  m y   d o w n.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adam ○ Eliott) Parce que l'amour, c'est beau mais, la fesse c'est mieux.    Mer 15 Mar - 2:39

[...] La fesse, c'est mieux.
Adam & Eliott

Un besoin, bestial, qui me comprime l'estomac. Enfant sauvage, j'ai du mal a ne pas sortir les griffes, a ne pas venir mordre ta peau. A y goûter, encore, au point d'en perdre la tete. Voila ce que je suis, ce que je deviens. Vivre ici, au cœur de la ville, activement, et de manière civilisé pour la plupart des gens n'y changera rien. Je reste de ceux qui grandissent ainsi, de ceux qui s'écorchent les genoux, et qui jouent dans les flaques, de ceux qui connaissent l'odeur du sang, qui connaissent le gout de la mort, tot, beaucoup trop tot. Il y a ce besoin, instinctif, indécent, qui me dévore vivant alors que je sens tes lèvres sur les miennes. Mes mains sur ta taille, mon corps qui se colle, qui danse contre le tien. Tes paroles sont flous, des bruits dans le vent dont je ne me souviens deja plus. Plus, j'ai besoin de plus, maintenant. Mais, quand cet instant suspendu vint a se rompre, je recule un peu, je me décolle de toi, timidement. Je fais celui qui est la, juste comme ça. L'air de rien, toujours l'air de rien, voila comment je fonctionne. Voila comment je vis.

"Tu voudrais pas rester un peu par hasard ?" Un nouveau sourire. Plus sage que les précédents, plus enfantin aussi. "Si c'est ce que tu veux, alors je reste." Tu me voles un baiser, et je décide de faire de meme. Le temps semble cesser d'exister dans ce genre de moment. Voila pourquoi j'aime autant agir ainsi. Meme sans amour, sans attachement, sans quelque chose de sincèrement beau, le temps s’arrête. Deux êtres dans un cocon, dans une petite bulle en dehors du monde. De ce monde bruyant, ce monde qui cogite, qui s'agite, ce monde qui hurle sa souffrance autant que sa haine. Loin de tout ça, juste un soir. Voila ce que nous nous accordons dans une telle folie. Il suffit de la maîtriser, cette douce démence. De ne pas se faire prendre dans son propre piège. Ne pas baisser sa garde, simplement couper son cerveau et dire a toutes ces minuscules questions, de s'en aller.

Je me rapproche, dangereusement. C'est a moi de t'embrasser, a moi de mener la danse. Te faisant reculer, juste un peu, juste assez pour que ton dos vienne percuter le mur, te plaquant contre celui ci. Mes mains qui remontent, désormais pus haut, l'une dans tes cheveux et l'autre sur ton torse. Qu'elle connerie que celle ci, mon dieu qu'elle connerie. Qu'importe. Je secoue inconsciemment la tete. Ne pas penser, bordel, tout couper, juste ce soir. Penser me tue, penser est mon quotidien. Penser a hier comme a demain, penser a lui, a elle, a eux, penser a moi aussi parfois, a moi dans ce bordel infini qu'est la vie.   
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Chef de la tribu ✖
set me free, shed this off with me
avatar

Arrivée le : 07/03/2017
Messages : 139
Avatar : tom payne.
Crédits : babine.
Points : 25
DC : raylan & wyatt
Age : thirty-four yo but it's just on the paper, he's still a teenager on this head
Statut : single, still in love with his best friends, trying to forget him.
Occupation : owner of a wine bar with aidan.
Ton vote : democrate even if he don't care about it.
Quartier : sheridan avenue w/ aidan
Post-it : x oublier aidan
x oublier aidan
x oublier aidan
x fuck.
x trouver un passe-temps
x adopter un chien
x sauver un panda
x aller voir victor pour t'excuser
x apprendre à connaitre jamie
x aller changer les fleurs sur la tombe de ta mère
------------------------------

Rps : vicdim x victor x jamie → open

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: (Adam ○ Eliott) Parce que l'amour, c'est beau mais, la fesse c'est mieux.    Mer 22 Mar - 23:50

Tu voudrais pas rester un peu par hasard ? t'as lancé ça avec un air charmeur, un sourire taquin, mais une réelle envie. Un besoin qu'il reste, une nouvelle possibilité d'une soirée bien différente de celle dont tu t'étais imaginée. Une bien meilleure. Si c'est ce que tu veux, alors je reste. Tu souris de nouveau, scellent tes lèvres contre les siennes, sans te soucier d'être surpris par quelqu'un, c'est ton bar après tout. T'aurais peut-être dû verrouiller la porte avant mais, l'heure de fermeture est passée maintenant et les habitants de cody respectent généralement les horaires. Mais t'es pas à l’abri que aidan passe par là même si si tu en doutes, il a d'autres choses à penser en ce moment. Et puis faudra bien qu'il le sache un jour, même si tu préférerais lui apprendre autrement. Mais tu chasses aidan de ton esprit, pour te concentrer sur eliott, ses lèvres contre les siennes, son corps collé au tien alors qu'il s'approche t'obligeant à reculer, ton dos percute le mur trop proche, sa main se glisse dans tes cheveux, l'autre sur ton torse. Tu ris face à la situation, ton crâne qui vient taper doucement le béton, tes longues mèches retombant sur ton visage. Tes doigts qui viennent caresser sa nuque, avant de remonter pour s'emmêler dans ses cheveux. Tu te laisser aller contre son corps, ta bouche collée à la sienne, l'air qui commence à se faire rare dans tes poumons mais tu ne romps pas votre baiser pas tout de suite, tu veux le sentir encore un peu contre toi. Mais l'oxygène disparaît totalement de ton corps et tu quittes ses lèvres un moment, reprenant ta respiration comme si tu remontais enfin à la surface après avoir sombré sous l'eau durant des heures. Tu poses tes mains sur ses joues entourant son visage, tu déposes un nouveau baiser avant de finalement répondre à sa remarque. J'aimerais beaucoup que tu restes. Tu souris de nouveau, déposant de furtifs baiser sur sa peau, descendant de sa mâchoire vers son cou, respirant son parfum au passage.



there's a hole in my parachute as big as your heart   and   the   gravity
 p u l l i n g  m y   d o w n.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Adam ○ Eliott) Parce que l'amour, c'est beau mais, la fesse c'est mieux.    Jeu 30 Mar - 2:58

[...] La fesse, c'est mieux.
Adam & Eliott

Accroc a la l'amour comme accroc à la drogue. Une fausse sensation de bonheur. Incapable d'aimer pour autant. Amoureux de cette sensation, de cette impression d'être invincible. Comme un super héros, le costume en moins. Immortel lorsque mon cœur s'enflamme. Il aime cramer, pour un rien, battre la chamade pour un inconnu, pour un coup d'un soir, il aime s'emballer au point de parfois venir a m'inquiéter. Oui, mon cœur me fait mal, la tout de suite mais, je m'en fou. Plus celui-ci tape contre ma poitrine, plus je me sens vivant. Ma poitrine entrain de se déchirer est le prix fort a payer pour ressentir quelque chose dernièrement. Un soupir. Ton souffle contre le mien. Pendant une fraction de seconde, presque une seule âme pour deux corps, deux cons qui ne font qu'empester les regrets maladroitement étouffés. De ces remords qu'on aiment noyer dans un verre d'alcool quand la lune s'installe. Quand elle arrive lentement, presque sans prévenir avec ces milliards d'étoiles toutes semblables mais ou tous les soirs, j'aime en aimer une plus qu'une autre. Voila comment je fonctionne. Tous les soirs, je rend quelqu'un exceptionnel avant de l'oublier, de le jeter, de ne pas le reconnaitre.

Mes amours sont des étoiles dont je viens à oublier l'apparence des le lendemain. Généralement en tout cas. Parfois, je reste plusieurs jours a chercher une étoile, comme maintenant. Mais, je le sais, je sais comment je suis et à quel point je peux être con a certains moments. Un jour ou l'autre, tu ne seras plus qu'un, parmi ces milliards de petits points dans la foule. Voila a quoi se résume mon existence. "J'aimerais beaucoup que tu restes." Il est de retour. Ce bam bam qui fait mal. Un sourire qu'on étouffe avec une maladresse touchante. Comme un enfant, j'agis sans réfléchir, j'agis comme ça, simplement. Mais, la simplicité n'a pas sa place dans un monde comme le notre. Elle est douloureuse, cette petite phrase qui fait dire que non, voyons, il ne faut pas se prendre la tête. Agissons ainsi, tête baissée, et nous verrons bien. J'ai vu, et j'en souffre encore. Je dors encore mal les nuits en repensant a mes actes irréfléchis causés par une innocence adolescente. Une innocence que je garde malgré tout, avec moi comme un fardeau. J'agis ainsi, sans penser car si je pense, mon esprit risque de ne pas le supporter. Un jour, quelqu'un est venu me dire que j'étais de ces gens un peu étranges, ceux qu'un rien écorche.

Depuis, je ne pense plus, depuis je suis la simplicité, la légèreté et l'innocence a moi tout seul. Une existence sans amour sincère, sans stabilité, une existence dénuée de toute nuit décente mais, une existence ou j'avance sans fondre en larmes toutes les secondes. Et dans un monde comme le notre, je crois que cela tient du miracle. "Alors, je reste." Un autre soupir, alors que le baiser vient a se rompre. Une question de survie que de le stopper, une question de survie que de le reprendre. Collant a nouveau mes levres sur les tiennes, le corps en feu et l'âme en peine. Plus rien ne marche correctement et dans le fond, tant mieux. Drogué a l'amour éphémère. A ces grands moments qui durent juste assez de temps pour qu'on ne vienne pas a totalement les oublier. Car dans le fond, je crois que je me souviens, aussi vaguement que cela puisse être, de toutes ces étoiles.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Chef de la tribu ✖
set me free, shed this off with me
avatar

Arrivée le : 07/03/2017
Messages : 139
Avatar : tom payne.
Crédits : babine.
Points : 25
DC : raylan & wyatt
Age : thirty-four yo but it's just on the paper, he's still a teenager on this head
Statut : single, still in love with his best friends, trying to forget him.
Occupation : owner of a wine bar with aidan.
Ton vote : democrate even if he don't care about it.
Quartier : sheridan avenue w/ aidan
Post-it : x oublier aidan
x oublier aidan
x oublier aidan
x fuck.
x trouver un passe-temps
x adopter un chien
x sauver un panda
x aller voir victor pour t'excuser
x apprendre à connaitre jamie
x aller changer les fleurs sur la tombe de ta mère
------------------------------

Rps : vicdim x victor x jamie → open

☼ MORE ABOUT ME
My loves, my troubles :

MessageSujet: Re: (Adam ○ Eliott) Parce que l'amour, c'est beau mais, la fesse c'est mieux.    Mer 5 Avr - 23:59

Le décor est planté. Un bar vide, deux étrangers attirés comme des aimants, une tension palpable, un désir soudain, sans remords, sans promesse, juste celle d'une nuit passionnée. Quelques heures, à l'abri des regards, à l'écart du reste du monde, dans leur bulle. Oubliant la réalité, ignorant tout le reste, juste pour sentir le corps de l'autre, la chaleur d'un contact sensuel. Une envie sans contrainte, sans à priori, sans attache, juste deux êtres complémentaires, deux adultes consentants. Et toi tu oublies vite tout ça, tu ne veux pas y penser, juste être là avec eliott, sa peau, ses lèvres, son corps collé au tien, son sourire qui te réchauffe le cœur, panse ta plaie le temps d'un baiser Alors, je reste. ses mots t'arrachent un nouveau sourire. Je préfère ça. et tu plonges une nouvelle fois sur ses lèvres, tes mains glissant sur sa nuque, avant de redescendre le long de ses bras, caressant sa peau du bout des doigts, rejoignant ses mains que t'enlacent un moment, avant de finir leur descente sur son torse, le tissu de son haut devenant de trop, tu glisses dessous, frôlant sa peau, tu remontes tes mains emmenant son pull avec toi pour lui retirer, quittant ses lèvres juste le temps de le passer au-dessus de sa tête. Une main posée sur sa nuque, l'autre vient caresser son torse, pressant dessus pour le faire reculer contre une table près de vous, ton bras vient entourer ses hanches pour le soulever légèrement pour l'asseoir sur le bois du meuble. Tes lèvres viennent embrasser la peau de sa mâchoire, avant de descendre le long de son cou, rejoignant sa clavicule, frôlant chaque partie de son épiderme.


there's a hole in my parachute as big as your heart   and   the   gravity
 p u l l i n g  m y   d o w n.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (Adam ○ Eliott) Parce que l'amour, c'est beau mais, la fesse c'est mieux.    

Revenir en haut Aller en bas
 

(Adam ○ Eliott) Parce que l'amour, c'est beau mais, la fesse c'est mieux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (m) ADAM GALLAGHER ☞ l'ennemie de l'amour, c'est la vie
» Par Amour
» Le fleur d'amour
» La saga de l'amour interdit, Stephenie Meyer
» POMME D'AMOUR LINGERIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mila Hanska :: Version 3 :: Rps inachevés-